No limit !

Note
4.5 / 5 (4 notes)
Date
Catégorie
Côté tribunes
Lectures
Lu 2.111 fois
Auteur(s)
Par guigues
Commentaires
1 comm.
20170417_204407-2016x1512.jpg
© rachmaninov

En ce lundi de Pâques c’est dans une ambiance quasi biblique qu’une Meinau pleine à craquer célébrait la résurrection du club.


Les dieux sont tombés sur la tête



Le football français ne tourne pas rond, voilà une ritournelle qui par contre a tourné en boucle ce long weekend dans les médias. Et bien à Strasbourg également il y a quelque chose de pas très catholique. Comment une rencontre de seconde division peut elle se jouer à "quasi guichets fermés" un lundi soir ?
Encore une fois l’irrationnel a frappé du coté de la Meinau et plus de 24 000 spectateurs ont frénétiquement pris le chemin du stade, pour un match même pas de gala mais qui présentait il est vrai un enjeu comptable.

En plus il ne faisait pas beau, tout du moins pas chaud au moment d’arriver aux guichets. Le club a renforcé son organisation mais c’est un peu juste tout de même. Enfin avec un coup d’envoi à 20h45 pas d’excuse pour ne pas être en place en avance. Le kop s’échauffe déjà lorsque Baptiste Guillaume reçoit le trophée du meilleur livreur de pizza du mois de mars.

Mars, dieu de la Guerre mais mis à part les désormais classique camions poubelles bloquant les accès au stade, l’ambiance est apaisée. Peu de maréchaussée et encore moins de supporteurs corses. Le parking visiteur a été réquisitionné pour les locaux et au final seuls 3, 4 acéistes sont en tribune derrière le drapeau à la tête de Maure.

On ira tous au paradis



Ce soir c’est du coté de la tribune Est ou famille qu’il faut se tourner pour un tifo feuille simple mais presque réussi. En tout cas pas si mal pour une première. En Nord les spectateurs ont reçu des gadgets du nouveau sponsor du club. Au comptoir ou les supporteurs du Racing aiment bien refaire le match et manger du rosbif. Enfin dans la tribune Ouest outre la marée d’écharpes, les grands drapeaux sont de sortie pour une tribune chamarrée.

La rencontre elle ne commence pas sous les meilleurs augures. Madri trompe la défense malgré la correcte entame strasbourgeoise. Et le public se demande tout à coup si les corses n’ont pas l’intention de rejouer le même tour qu’aux Brestois. Heureusement Dimitri Liénard sort le grand jeu et fait se lever la Meinau d’une superbe frappe enroulée. Si ensuite la rencontre met quelques minutes à se décider, les impatients et autres adeptes du sifflet auront ce soir 100% tort.
Dans le kop, les capos sont également obligés de motiver les troupes. Ainsi la tribune prend le temps d’une respiration et laisse le chef d’orchestre réexpliquer la situation. Le Racing joue la seconde place pour retrouver l’élite !!! «Si jamais certains ne prennent pas leur pied maintenant, ils ne le prendront jamais ». Entre temps Boutaïb, tout sourire, exécute Riffi Mandanda pour le 8ème de ses 10 buts encaissés en 8 jours. Nouvelle explosion des gradins, l’ambiance peut décoller, le cœur léger.

Une banderole de soutien aux fans de Karlsruhe est également déployée par les ultra boys 90. Le KSC va tout droit rejoindre la troisième division que nous avons eue tant de mal à quitter. Les liens forts unissant les 2 tribunes font que dans ces moments difficiles il est bon de pouvoir compter sur ses amis.

Pirates des caraïbes


Pas le temps de se désaltérer à la mi-temps, l’entracte a été réservé par les UB90 pour le lancement d’un nouveau chant. Les paroles ont été distribuées et la musique passée sur la sono de la tribune Ouest. Il s’agît du hit carnaval madin Germany Johnny Däpp par Lorenz Büffel. Plusieurs tentatives sont lancées, avec quelques modifications improvisées pour parfaire la machine.

Dés la reprise c’est la grande première et après 4 tentatives on a presque l’impression que la Meinau a toujours chanté cette chanson dont voici les paroles :
Nous sommes strasbourgeois & chantons pour toi
Depuis des années Tu es notre fierté
Nous sommes les Ultras On sera toujours la
Allez Racing Allez les Strasbourgeois


La seconde mi-temps est bel et bien lancée alors que le Racing a la bonne idée de planter 2 nouveaux pions et par la même occasion de libérer ses supporteurs. La Meinau ayant fait le plein, c’est l’occasion pour le kop de tester ses 3 homologues Nord, Sud et Est. Et surtout de faire chanter le stade à l’unisson. On commence donc par un « lève toi si t’es Strasbourgeois » que le public maîtrise grâce à son lancement à chaque match par le speaker avant la rencontre. Ensuite le classique « Aux armes » résonnent aux 4 coins des gradins.

Le reste du stade semblant plus que réceptif c’est avec plusieurs « la Meinau avec nous » que le kop invite l’ensemble des spectateurs à participer à un « no limit » inédit. Cette fois ci la tribune Ouest ne se divise pas en 2 pour se répondre mais elle répond à l’ensemble de la Meinau. Pour une première c’est plutôt une réussite, les latérales & la tribune famille sont encore un peu timides mais de mémoire on rarement vu l’ensemble des spectateurs bouger de la sorte.

Khalid Boutaib rejoint le vestiaire sur une standing ovation de la Meinau, fait somme toute assez rare en Alsace. La réduction du score passe inaperçu, une ola étant même lancée dans les derniers instants. Ensuite les joueurs entament un tour d’honneur, sous les caméras de la télévision qui immortaliseront ensuite le « pouce en avant » dans les vestiaires. Reste encore quelques exaltés qui s’époumonent sur un air qui prend chaque weekend tout son sens. « Nous sommes les Strasbourgeois, toujours présents pour toi, même en CFA ». Deux.

guigues

Commentaires (1)

Flux RSS 1 message · 2.090 lectures · Premier message par sa3ntiago · Dernier message par sa3ntiago

  • sa3ntiago.png
    Modifié par sa3ntiago ·
    sa3ntiago • 38 ans
    J'aime beaucoup cette image, d'abord abstraite lorsqu'on essaye de la voir sur un smartphone de moins de cinq pouces, et qui devient une allégorie des dernières années d'un club passé de déchet bleu jeté dans les arrières-championnats amateurs à prétendant officiel à la lumière, là, en ligne de mire.
    https://www.youtube.com/watch?v=LocpGdw4m8w
    En plus j'apprends que le stade tout entier a fait le no limit! qui est si beau dans la tribune Ouest : franchement, les gars, si Amiens, Nîmes, Troyes ou Reims nous passent devant sur le fil, ils se doivent moralement nous laisser monter en L1 ou la LFP doit sportivement nous filer un ou deux points en plus… C'est quoi pour le match contre Le Havre : une ola réalisée en sautant tous d'un siège à l'autre et d'une tribune à l'autre ? Un Kop mobile ? Un Kop installé sur une tribune flottante au-dessus du terrain ? Sous le gazon, la mer ?
    Enfin, juste un commentaire qui va dans le sens du capo : si on monte, on va devoir serrer les dents toute une saison pour justifier notre audace et nous maintenir à coup de taules prévisibles contre les gros. Si on reste en L2, la rechute émotionnelle va être dure à vivre (punition pour qui a mordu le fruit défendu en début de saison !) et si on commence la première journée de 18/19 en jouant Concarneau ou Bourg-Peronnas, ça va être compliqué de se remotiver. Alors, oui, cet espoir, ces matchs qu'on vit à 200% même contre les modestes ajacciens ou lavallois dans trois jours, c'est le Paradis !

Commenter