Une mise en route assez neutre

Note
5.0 / 5 (5 notes)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.687 fois
Auteur(s)
Par kitl
Commentaires
3 comm.
IMG_0463.JPG
© kitl

Pour son premier match de préparation face au coriace FC Zurich, le Racing s'est offert un galop d'essai assez tranquille. Si le score est anecdotique, on a retrouvé certains automatismes tandis que le temps de jeu fut largement ventilé.

De retour en première division suisse, le FC Zurich s'avance dans la sous-préfecture d'Alsace du Nord avec déjà deux rencontres dans les pattes, la première contre des amateurs helvètes, la seconde face au FC Thoune. Les sociétaires du célèbre Letzigrund, eux aussi promus, ont donc quelques jours d'avance sur leur préparation par rapport aux Racingmen, dont les premiers contacts avec le ballon remontent à seulement une semaine.

Pour ce premier rendez-vous, Thierry Laurey dispose d'un effectif encore incomplet. Trois recrues sont en tenue (Kenny Lala, Pablo Martinez et Nuno Da Costa), tandis que Benjamin Corgnet est resté en civil. Les jeunes incorporés au groupe sont naturellement de la partie, de même que certains joueurs dont le club a émis la volonté de se séparer, comme Ndoye ou Pouye.

Le onze aligné au coup d'envoi, sous une chaleur agréable, intègre les deux recrues défensives, dans un schéma ressemblant à un 4-2-3-1 :
Equipe


A vrai dire, il ne se passe pas grand chose durant la première demi-heure, plutôt dominée par les Zurichois. Ce match typique de reprise décolle après la première pause fraîcheur, lorsque Nogueira adresse un ballon bien dosé sur coup franc, dans le dos de la défense. Mais l'arrière-garde suisse parvient à se dégager juste avant que Blayac ne se saisisse du cuir.

Le même Blayac, capitaine au coup d'envoi, manque de peu le cadre sur une frappe des vingt mètres. S'en suit la plus belle action de la période : sur un renvoi d'Oukidja, Kenny Lala feinte adroitement son vis-à-vis et lance Gonçalves. Ce dernier repique au centre et adresse un extérieur du pied millimétré à Sacko côté gauche, dont le centre-tir sème la panique.
La mi-temps est anticipée d'une minute par un arbitre visiblement désireux de faire la queue pour le barbecue, sur le score logique de 0-0.

A la reprise, le Racing fait peau neuve, avec une composition assez expérimentale où seuls trois cadres "historiques" encadrent la marmaille :
Equipe


Logiquement, les automatismes manquants ne permettent pas au Racing d'emballer la rencontre. Côté FCZ, on retrouve quelques visages connus tels l'Ivoirien Gilles Yapi Yapo ou le déménageur Michael Frey, passé par Lille.

La marque est finalement déflorée à la 72ème minute, ouvrant la voie à un final assez olé-olé. Sur une ouverture anodine de Grimm, Dimitri Liénard grille la politesse à la défense et au gardien zurichois pour reprendre de volée, plat du pied gauche. Dès l'engagement, les hommes d'Uli Forte, lointain héritier de Daniel Jeandupeux et Gilbert Gress, réagissent et obtiennent l'égalisation. Sur une action partie de la gauche, profitant d'un semblant de surnombre et de l'apathie de la défense alsacienne, Rodriguez ne laisse aucune chance à Hilaire.

Le portier strasbourgeois, issu de l'équipe réserve, sera plusieurs fois mis à contribution en fin de match et réussira à maintenir le score en l'état. Ce résultat nul 1-1 est finalement logique pour un RCS en rodage, qui a su montrer de belles choses en l'espace d'un temps fort en fin de première mi-temps.

Difficile et forcément réducteur d'établir un bilan joueur par joueur. Pour s'en tenir aux nouveaux, Lala a laissé paraître de belles qualités de contre-attaquant mais parfois pêché par manque de rigueur. Martinez a au contraire fait le plein de duels, dévoilant une maîtrise de la chose défensive. Quant à Da Costa, arrivé seulement la veille, il a montré par intermittence son sens de la provocation mais à l'évidence n'a pas encore le sens du timing du précédent numéro 29 du RCS dans le jeu aérien.
Kévin Zohi a souvent été imprécis, tandis qu'Oumar Pouye semblait être là pour faire le nombre. A un poste inhabituel, Anthony Caci a fait le job. Enfin en première période, on a retrouvé quelques points saillants de l'exercice 2016-17 du RC Strasbourg : la gnac de Blayac, la grinta de Gonçalves, les dégagements d'Oukidja, la solidité de Mangane, les interceptions d'Aholou, les percussions de Sacko ou encore les hésitations de Nogueira.

Impressions plutôt positives à confirmer samedi à Vittel contre un autre représentant de la Super League suisse, le FC Lucerne (ou Luzern), entraîné par Markus Babbel et engagé très prochainement dans les qualifications pour la C3.

kitl

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 1.629 lectures · Premier message par guigues · Dernier message par strohteam

Commenter