Lille, autre essor ?

Note
5.0 / 5 (3 notes)
Date
Catégorie
Avant-match
Lectures
Lu 1.850 fois
Auteur(s)
Par doubtful
Commentaires
5 comm.

Mince. Le fou est toujours là. Le technicien argentin n'a pas démissionné suite à la première sortie de sa nouvelle équipe. Peut-être qu'il souhaite, par courtoisie, laisser à son prestigieux homologue nantais une chance de se refaire au match retour ? Ou peut-être que la glacière lilloise est plus confortable que la phocéenne ? A moins que ce soit simplement parce que son équipe a donné entière satisfaction pour son entrée en lice.

Tout a commencé un vendredi 13…


Remplacer Seydoux, c’est dur. Les supporters lillois espèrent que son remplaçant saura faire au moins aussi bien que lui (un doublé championnat-Coupe de France en 2011, et la feue coupe Intertoto en 2004). Alors qu’il dévoilait sa volonté de se mettre au vert, un vendredi 13 janvier 2017, au moment d’accueillir...les Verts, Michel Seydoux a annoncé qu’il laissait les rennes du club à un hispano-luxembourgeois de 45 ans, Gérard Lopez, arrivé dans le Nord comme une fleur, de Lotus. L’écurie.

Changement radical, puisque le nouveau président et actionnaire majoritaire va officialiser l’arrivée de 7 recrues (dont Anwar El-Ghazi et Junior Alonso) dès le mercato hivernal et remercier Patrick Collot trois revers plus tard, qu’il va remplacer par « l’intérimaire » Franck Passi jusqu’à la fin de la saison (qui sauvera les meubles en assurant un maintien à la 35e journée). Il ne tardera pas, dès le mois de février, à annoncer le retour de Marcelo Bielsa en Ligue 1 pour la saison suivante.

On change tout et on recommence…


Le grand chambardement continue durant l’intersaison avec un remaniement en profondeur de l’équipe. La grande braderie de Lille pousse les cadres à s’en aller, comme Vincent Enyeama ou Rio Mavuba. Même le taulier Franck Béria, à qui il restait pourtant une année de contrat, a décidé de raccrocher les crampons en intégrant le staff lillois. Si beaucoup ont signé, beaucoup sont partis (comme Baptiste Guillaume, Rio Mavuba, Naim Sliti, Sébastien Corchia, Ricardo Kishna, Rony Lopes, Youssouf Koné et Marvin Martin hier) ou sont priés de se trouver un nouveau point de chute (Gadji Tallo, Julian Palmieri, Marko Basa, Vincent Enyeama, Éric Bauthéac, Lenny Nangis, Eder).

Place à la jeunesse ! En effet, le LOSC, qui ambitionne de retrouver l’Europe dès la saison prochaine, a misé sur un recrutement de jeunes joueurs prometteurs : Hervé Koffi et Adam Jakubech aux postes de gardien, Kévin Malcuit, Fodé Ballo-Touré et Edgar Ié en défense, les Thiago Mendes et Maia au milieu, Nicolas Pépé, Luiz Araujo ou encore Ezéquiel Ponce devant, tout en pariant sur la formation (Rominigue Kouamé, Yves Bissouma, Farès Bahlouli, Martin Terrier, Valère Pollet ou Imad Faraj). Un riche mercato d’une dizaine de recrues, à l’image de son entraîneur : joueuses, audacieuses et, semble-t-il, talentueuses.

Un groupe qui semble donc prometteur et équilibré, mais peut-être un peu limité en nombre ? Sauf nouvelles recrues, Marcelo Bielsa aura peut-être besoin, en cas de blessures ou de suspensions, d'aller sonner au loft pour voir s'il reste des locataires.

Les chiens aboient, la caravane trépasse



Les féroces Dogues, aux canines déjà bien acérées, ont, en trois coups de crocs, décimé onze canaris lors de la première journée. La meute de chiots (23 ans de moyenne d’âge) alignée par Marcelo Bielsa était composée en défense de Junior Alonso aux côtés du jeune Edgar Ié et d'Ibrahim Amadou (capitaine), redescendu d’un cran par rapport à la saison passée. La cage était quant à elle toujours gardée par Mike Maignan suite à l’évincement de Vincent Enyeama. Au milieu, Thiago Mendes, en sentinelle devant la défense était épaulé à droite par Kévin Malcuit et à gauche par Fado Ballo-Touré. Devant, Yassine Benzia en meneur de jeu était chargé de l’animation offensive, avec Anwar El-Ghazi à droite et Luiz Araujo à gauche, pour alimenter Nicolas De Préville qui a repris une place dans l’axe depuis qu’Eder a rejoint le loft des « indésirables ». Le banc présentait également de nouvelles têtes comme Thiago Maia, Rominigue Kouamé, Ezéquiel Ponce, Nicolas Pépé et le gardien Hervé Koffi. Adama Soumaoro et Hamza Mendyl sont quant à eux blessés.
Pour marquer encore un peu plus son emprunte tactique, « El Loco » a effectué un changement dès la mi-temps en remplaçant Ballo-Touré par Kouamé. Heureuse inspiration car le Malien a été à l’origine de deux des trois buts nordistes survenus en seconde période.

Equipe


Comme toute première sortie, la prestation reste bien entendu à confirmer. Mais quand on voit avec quelle facilité déconcertante Bielsa a su créer un groupe homogène, dont les automatismes semblent être là depuis bien plus longtemps que les quelques semaines de préparation, « El Loco » pourrait bien être rebaptisé « El Mayo », tant il sait si bien faire prendre la mayonnaise.

Mal aux cheveux ?


Le Racing quant à lui doit se remettre de sa gueule de bois après avoir un peu trop arrosé (4 Côtes-du-Rhône cul-sec, à jeun) sont retour en Ligue 1. Même si le score est lourd, il n’y a toutefois rien d’alarmant et peu d’enseignements à tirer de cette épreuve du feu, sinon de rappeler que le niveau n’est plus le même. Thierry Laurey, suite au dernier entrainement, a décidé de convoquer le même groupe qu'à Lyon. Reconduira-t-il le même onze ?

Ou bien a-t-il été convaincu par le 4-2-3-1 testé hier à l'entrainement ? Une composition qui, avec Jonas Martin aux côtés de Jean-Eudes Aholou, permettrait de densifier le milieu et de mieux prévenir les assauts Lillois. Un Benjamin Corgnet qui retrouverait son poste de prédilection dans l'axe, en meneur, et Idriss Saadi en point d'appui pour les véloces ailiers Nuno Da Costa et Stéphane Bahoken?

Equipe


A moins que le technicien strasbourgeois préfère récompenser Anthony Gonçalves de sa bonne entrée à Lyon et utiliser sa hargne pour contrer le pressing promis par les pensionnaires du domaine de Luchin ?

Un 4-2-3-1...
Equipe


...pouvant se muer en un 4-4-2 étoilé :

Equipe


Verdict dans quelques heures...

Parlons chiffres


Si sur les 37 réceptions des Nordistes à la Meinau, le bilan est largement favorable aux Bleus (23 victoires, 6 nuls et 8 défaites, 68 buts marqués pour 44 encaissés) et malgré que lors de leurs dernières confrontations en première division au cours de la saison 2007-2008, le Racing l’avait emporté au Stadium de Lille sur un score qui laisse rêveur 0-3, grâce notamment à un Éric Mouloungui inspiré, il ne faut pas oublier que le LOSC reste sur une victoire à la Meinau 0-1, lors de la phase retour le 22 mars 2008, durant laquelle Rio Mavuba avait battu Stéphane Cassard en fin de rencontre, terminée à 10 suite à l’expulsion de Rodrigo peu après la reprise.

La méfiance est donc de mise face à cette formation lilloise qui a déstabilisé le bloc Nantais en se présentant dans le schéma préféré de Bielsa qui lui permet de s’adapter à l’adversaire, de créer un surnombre à chaque ligne, d’évoluer avec un jeu direct et d’instaurer un pressing constant sur l’adversaire, et ce tout au long du match. Florian Bailleux aura donc lui aussi la pression pour que son équipe soit prête à subir ce défi physique. Pablo Martinez n’a pas fini d’avoir des crampes dans son couloir…

Un jeu direct et une forte pression qu’illustrent bien ces statistiques : 63% de possession et 451 passes directes sur les 528 passes du match contre Nantes, avec un taux de passes réussies de 80%. Il faut également relever les 28 centres et 15 corners, heureusement pas tous exploités par Nicolas De Préville et Ezéquiel Ponce. Le baptême a quant à lui été si difficile pour le Racing en terre rhodanienne, marqué par une crispation des premiers jours et une vista lyonnaise trop forte, qu’il n’y a sans doute rien à comparer avec les statistiques strasbourgeoises (38% de possession, pour 325 passes dont 78% réussies).

Mais les bleus pourront notamment compter sur une Meinau (qui s’oriente vers un guichet fermé) impatiente de fêter à domicile son retour dans l’élite.

Gare au fou !


On n’est pas à l’abri d’un nouveau tour du roi de la tactique. Celui qu’on appelle le fou pourrait bien nous damer le pion et nous mettre en échec…

Trêve de jeux de mots ; ne parlons plus de maux, mais de jeu ! Si le fantasque et emblématique tacticien semble avoir changé depuis son dernier passage dans l’Hexagone, du moins d’un point de vue relationnel avec la presse, il ne semble pas avoir changé de formule magique pour ce qui est du terrain. L’Argentin promet toujours un jeu spectaculaire, offensif et plaisant pour le public en pariant clairement sur les jeunes. S’il a pourtant laissé entendre un temps qu’il puisse changer de tactique en faveur d’un 4-2-3-1 qui a la cote actuellement, le natif de Rosario semble avoir fait une rechute pour l’ouverture du championnat. Il a effectivement utilisé un 4-2-3-1 lors du premier match amical contre Reims (victoire 2-0), ou même testé une esquisse de 3-4-3 lors de la victoire contre Rennes (4-2), histoire sans doute de brouiller un peu plus les pistes. Résultat, il a même dupé le journaliste de l’Equipe en charge de commenter le premier match face à Nantes, puisque la composition annoncée comme 4-2-3-1 cachait bien un 3-3-3-1 qui lui est si cher.

Au vu du bon résultat et de la prestation tout aussi convaincante de son équipe lors de sa dernière sortie, le coach argentin a annoncé en conférence de presse faire confiance à nouveau au même onze que la semaine dernière. A moins qu’il ne soit tenté de brouiller une fois de plus les pistes en lançant à la dernière minute les jeunes Ponce, Pepe, voire Faraj (en lieu et place de De Préville, qu'on envoie déjà à Rennes ou Burnley) ou encore Thiago Maia au milieu, recrue la plus chère du mercato lillois.

On ne le répètera jamais assez, il faudra se méfier de cette formation lilloise bien huilée, dotée d’articulations, une à chaque extrémité, qui transmet une force vers l’avant dans un mouvement perpétuel. En mécanique, on dirait que c'est une bielle ça.

doubtful

Commentaires (5)

Flux RSS 5 messages · 1.713 lectures · Premier message par kitl · Dernier message par sa3ntiago

Commenter


Voir aussi

RCS - Lille 3-0

· Stade de la Meinau (Strasbourg) · 2e journée · Ligue 1 2017/2018

Racing_Club_de_Strasbourg_Alsace_logo_2016.png losc_2012_3.png

Confrontations (54)

Dernières confrontations

Stats

Dernières confrontations

Vainqueurs entre RCS et Lille

Buts marqués

Par RCS
96
Par Lille
65

Derniers résultats

RCS
D
Lille
V

Pronostics racingstub.com

Cotes racingstub pour RCS - Lille 3-0

Voir tous les pronostics