Kenny Lala, joueur du mois de septembre

Note
5.0 / 5 (3 notes)
Date
Catégorie
Joueur du mois
Lectures
Lu 482 fois
Auteur(s)
Par amalinho
Commentaires
1 comm.
kenny.JPG
© rachmaninov

Arrivé gratuitement du RC Lens cet été, pour une durée de deux ans, il n’a pas fallu longtemps à Kenny Lala pour prendre ses marques. Il succède à Jean-Eudes Aholou pour ce mois de septembre.

Les tops


Kenny Lala au top.



Après un premier mois difficile mais pas si mal négocié, avec à la clé quatre points en quatre matchs, nourris d’une victoire, les Strasbourgeois visaient un bilan au moins équivalent en septembre, avec des matchs plus abordables sur le papier. Amiens, Monaco, Nantes, Dijon. Pourtant, le Racing n’empochera qu’un tout petit point, acquis sur le fil du rasoir : à la dernière minute du dernier jour de septembre. Nerveux contre Amiens, dans un match tout autant frustrant et rendu difficile plus tôt qu’imaginé, Kenny Lala quittait ses coéquipiers avant la fin du temps règlementaire, averti de deux cartons jaunes successifs. Mal embarqués, les bleus et blancs devaient finir ce match en infériorité numérique. La suite, on la connait. Exclu face à Monaco, il ne sera pas du voyage lors de la débâcle, 3-0, des siens sur le Rocher. Il fit son retour sur la pelouse meinauvienne, qu’il semble d’ores-et-déjà apprécié. Hyperactif dans un couloir gauche qui n’est pas le sien, Kenny Lala rend une excellente copie dans un match où les alsaciens ont pourtant mené au score pendant …. 3 minutes. Rapidement, Nantes et Ranieri ont renversé la tendance. S’en suivait une folle course-poursuite après le score. Les bleus pensaient y parvenir, mais Alcibiade, entré en jeu en cours de match et issu de l’équipe réserve, sauvait sur sa ligne l’ultime tentative de Dimitri Liénard. Une semaine plus tard, encore aligné à gauche en raison des absences conjuguées de Dimitri Foulquier, Pablo Martinez et Abdallah N’Dour. Et dont les absences compteront encore en octobre. On pensait rire jaune avec lui, mais pour l’instant, Lala nous laisse voir la vie en rose.

Jérémy Blayac, increvable roue de secours.



Avec Jérémy Blayac, le débat est éternel. La conclusion, souvent la même. La division, toujours présente. A chaque saison, le tombeau, le corbillard et les croque-morts sont là, prêts à enterrer Jérémy Blayac. A chaque saison, finalement, ils repartent bredouilles et restent au placard jusqu’à la saison suivante. Les saisons se suivent et, parfois, se ressemblent. Un temps courtisé par des clubs de Ligue 2, et alors qu’on le pensait à la fois sur le départ ou bien cantonné à un troisième choix en attaque, dans la concurrence d’Idriss Saadi, Nuno Da Costa, Stéphane Bahoken. Pourtant peu utilisé, avec un temps de jeu total de 66 minutes en 3 apparitions, ses minutes passées sur le pré semblent avoir été bénéfiques et bien utilisées. Il a notamment touché 16 ballons, dont 6 dans les 16 mètres adverses. Impérial dans les airs, il est impliqué sur l’égalisation de Martin Terrier, en toute fin de match. Son entrée a permis un point d’appui dans la possession du ballon et dans le jeu vers l’avant, que le Racing a su concrétiser. Ses quelques minutes de jeu auront peut-être suffit pour convaincre de l’aligner prochainement, à la place d’autres joueurs plus en difficulté. Revanchard, Jérémy Blayac n’a pas dit son dernier pour ce qui est, probablement, sa dernière saison en Ligue 1.

Nuno Da Costa, podium accosté.



Déjà présent sur le podium du mois dernier, « Nuno » confirme les espoirs placés en lui et ses bonnes premières performances. Mieux, encore, il a finalement été récompensé de ses efforts en ouvrant la marque lors de la réception du FC Nantes, pourtant intraitable depuis quatre matchs au moment de se déplacer à Strasbourg. Il a d’ailleurs marqué sur son seul tir cadré du mois. Il est, avec Kenny Lala, le strasbourgeois qui tente le plus de dribbles… Mais surtout celui qui en réussit le plus. Ses qualités techniques et sa vitesse sont des forces de percussion que le Racing n’hésite pas à utiliser, à raison. Plutôt habile dans le domaine aérien, il est souvent la cible des longues relances des défenseurs et de Bingourou Kamara. Au final, il est un attaquant complet qui, même s’il a découvert un rôle d’attaquant de couloir en début de saison, pourrait gagner sa place dans l’axe avec le récent réajustement tactique de Thierry Laurey, revenu aux bases avec son losange axial. Nul doute que les points forts de Da Costa apporteront des occasions et de la complémentarité avec son binôme d’attaque, quel que soit le nom. Volontaire, disponible, parfois agaçant, le profil de Nuno Da Costa plaît pour l’instant et le joueur se présente comme l’une des rares recrues à avoir fait ses preuves jusqu’à présent, accompagné, une fois encore, de Kenny Lala. La réussite offensive et le prochain succès alsacien passeront peut-être par l’attaquant cap-verdien…

Les flops


Ihsan Sacko, espoir déchu



Il est l’éternel espoir du Racing. Le joueur le plus bankable. Les échelons très vite franchis avec Jacky Duguépéroux, puis Thierry Laurey ensuite, avant de s’éclipser suite à une grosse blessure, le tenant éloigné plusieurs mois. Oui, mais voilà. L’inter-saison passée, pleine de prouesses, comme à son habitude, et des buts à la clé, Ihsan Sacko, qui avouait vouloir inscrire « 10 buts en Ligue 1 » en est encore si loin. Prolongé jusqu’en 2021 et maintenu dans la confiance de Thierry Laurey, bien que son rôle de titulaire soit de plus en plus discuté et mis en exergue, le jeune joueur strasbourgeois, issu d’Alfortville en région parisienne, est encore en apprentissage. Celui-ci est nettement plus compliqué que ce qu’il a déjà pu vivre en CFA 2, National ou Ligue 2. Animateur des vestiaires et dynamiteur sur les terrains, c’est un joueur qui marche à la confiance, encore à la quête d’un match référence au plus haut niveau. D’un but et d’une passe décisive aussi. Lui, qui tente beaucoup. Parfois trop. Mais sans jamais vraiment réussir, à l’exception d’une barre transversale venue d’ailleurs à Guingamp. Son insouciance mais surtout sa naïveté lui font beaucoup défauts. Mais, travailleur, consciencieux, motivé et ambitieux, Ihsan Sacko ne lâchera pas les bras. Et ses performances n’en seront que meilleures. Les fruits de son travail arriveront.

Idriss Saadi, le fennec sommeille encore.



On attendait son réveil. Buteur, en août, à Montpellier, les performances de Saadi agitent la toile. Tel un feuilleton hebdomadaire. Depuis, il a même assisté, impuissant, à la défaite des Bleus dans leur jardin, contre Nantes, une rencontre qu’il aura intégralement suivi depuis le banc de touche. Jérémy Blayac lui étant préféré en rôle de joker, Nuno Da Costa et Ihsan Sacko en tant que titulaires. A Dijon, il retrouvait les terrains et découvrait par la même occasion le jeu à deux attaquants. Là encore, il a semblé impuissant. Il touchera au total 22 ballons, dont seulement 4 dans les 25m adverses. Relativement peu pour un attaquant axial. Paradoxe encore plus fort lorsqu’à la Heat Map, on découvre que Saadi a touché la plupart de ses ballons sur un côté et effectué beaucoup de déplacements dans ces zones. A l’inverse de Jérémy Blayac, par exemple, qui, contre Nantes, est plus resté « axial droit », respectivement à son rôle d’attaquant central droit, et a touché plus de ballons dans les zones de vérité. Chaque semaine, le nom de « Saadi » fait réagir. Qu’il soit titulaire : « Yo mais il est encore titulaire celui là ?! ». Remplaçant : « Ah, enfin il est remplaçant cette chèvre ! ». Si l’animation défensive inquiète cette saison encore, cette fois-ci, elle n’est pas compensée par une attaque au régime infernale. Pour l’instant, ce régime s’apparente plutôt à de l’anorexie. Malheureusement.

Kader Mangane, capitaine abandonné.



Ohé ohé, capitaine abandonné… Si le navire n’a pas totalement coulé, que ses passagers sont pour la plupart équipés d’une bouée de sauvetage ou, pour les plus chanceux, à l’abri dans une cabine, Kader Mangane, lui, se retrouve en difficulté, dans une mer agitée, bousculé par les vagues, à la recherche d’un bateau de secours, d’un radeau, d’une plateforme sur laquelle s’abriter. Ses compères, de la défense dans un premier temps, lui tendent le bras pour pas qu’il coule. Mais celui-ci est loin, et Kader doit faire beaucoup d’effort pour l’attraper. Les vagues, comparables aux attaques de Ligue 1, sont trop agitées pour qu’il puisse combler l’écart entre lui et la perche qu’on lui tend pour s’en sortir. Le navire bleu et blanc est abandonné de son capitaine. Thierry Laurey, le commandant, semble en difficulté à l’heure de lui trouver un remplaçant, même intérimaire. La côte est là, derrière le navire, d’où il vient. Kader Mangane y est emporté par la mer. Le navire, lui, continue vers l’avant, malgré les secousses et la météo capricieuse. Faut-il faire demi-tour, au risque de chavirer, pour récupérer Kader Mangane ? Faut-il le laisser se battre et tenter de rattraper le navire à temps ? Faut-il avancer, sans lui ? Cette métaphore digne d’un périple d’Ulysse se prête à la situation actuelle du Racing. Et les questions autour des performances de son capitaine également. Aux dernières nouvelles, sa participation contre l’OM est incertaine. L’occasion, sans doute, voir Yoann Salmier aux côtés de Bakary Koné ? Et peut-être découvrir une charnière centrale complémentaire et au niveau ? On a connu de jours meilleurs pour Kader Mangane. Mais il a l’expérience et la force mentale pour se relever. Et les efforts pour remonter dans le navire seront faits.

Le classement complet


JoueurMatchsRCS - Amiens 0-1Monaco - RCS 3-0RCS - Nantes 1-2Dijon - RCS 1-1Moyenne
Kenny Lala3-0.472.432.11.35
Jérémy Blayac21.651.051.35
Nuno Da Costa4-0.521.462.241.581.19
Martin Terrier31.5-0.942.110.89
Dimitri Liénard31.120.290.540.65
Benjamin Corgnet32.460.73-1.40.6
Jean-Eudes Aholou4-0.421.73-0.521.30.52
Bakary Koné31.96-0.6-0.590.26
Bingourou Kamara4-1.290.67-1.441.34-0.18
Ernest Seka3-0.11-0.930.33-0.24
Pablo Martinez20.19-1.69-0.75
Jonas Martin4-0.57-1.21-0.47-1.13-0.85
Kader Mangane41.47-2.57-1.28-2.29-1.17
Idriss Saadi3-2.01-1.28-1.82-1.7
Ihsan Sacko3-1.87-1.39-2.53-1.93

amalinho

Commentaires (1)

Flux RSS 1 message · 441 lectures · Premier message par islay · Dernier message par islay

Commenter