Jean-Eudes Aholou, joueur du mois de novembre

Note
4.7 / 5 (3 notes)
Date
Catégorie
Joueur du mois
Lectures
Lu 678 fois
Auteur(s)
Par amalinho
Commentaires
2 comm.
rcsvittel - 56.jpg
Cet enfant a ouvert les yeux et changé d'idole © schillou

Jean-Eudes Aholou, milieu tout-terrain du Racing, est élu joueur du mois par les internautes de racingstub.com pour la deuxième fois de la saison. II succède à Kenny Lala, lauréat en septembre et octobre.

Les tops



Jean-Eudes Aholou, monument de Strasbourg


4 matchs joués, 1 victoire, 2 nuls, 1 défaite et un but marqué. Jean-Eudes Aholou s’est surtout illustré pour son activité au cœur du jeu alsacien. Si la débâcle troyenne ne se résume pas qu’à sa prestation neutre, elle s’est tout de même fait sentir. Sa science du placement et de l’anticipation permettent à la défense strasbourgeoise de rester en place, être structurée. Son calme et sa justesse technique favorisent aussi le jeu au sol et la relance courte, éléments essentiels aux yeux de Thierry Laurey. Le vendredi, contre Saint-Etienne, le milieu de terrain togo-ivoirien, peut-être le joueur le plus bankable de l’effectif, a permis aux siens d’égaliser juste avant la pause. D’un geste souvent aperçu dans Shaolin Soccer ou Kung-Fu Panda. Son mois se termine par un spectacle de piètre qualité, un mardi soir frigorifiant, aux horaires dont seule la Ligue a le secret. A 19h, devant plus de 20 000 supporters à la Meinau, dans une ambiance qui n’a attendu que le coup de sifflet final et l’arrivée du PSG quelques jours plus tard. L’état d’esprit des joueurs a semblé sur la même longueur d’onde. A l’arrivée, un score nul et vierge plutôt heureux pour le scénario observé. Lors de ce match, seul Jean-Eudes Aholou a semblé au-dessus de ses coéquipiers. Les muscles froids et la tête au samedi.

Martin Terrier, le dogue a du flair


Le Lillois prêté à Strasbourg a loupé une rencontre ce mois-ci. C’est contre Rennes, lors de la seule victoire du mois du Racing, qu’il a été absent. Il a accompagné son compère d’attaque, Nuno Da Costa, en tribune, tous les deux suspendus. Frustrante est sa situation. Si ses prestations sont effectivement convaincantes, ses statistiques demeurent maigres pour un élément clé de l’effectif bleu et blanc. 2 buts inscrits, 1 passe décisive depuis le début de la saison. Le néant ce mois-ci. Cependant, il apporte de la technique et de la vivacité dans les offensives alsaciennes. Il parvient à créer le danger, faire la différence en un contre un. Sait défendre, attaquer, courir, calculer. Sa palette est diversifiée et sa polyvalence est un véritable atout. Capable d’évoluer en pointe, sur les ailes, dans l’axe en soutien de l’attaquant voire un cran plus bas, il est une solution viable pour Thierry Laurey, qui apprécie beaucoup le profil. En attendant, surement, des jours meilleurs… Et à Strasbourg.

Kenny Lala, encore et toujours là


Oh mon Dieu, on a recruté Kenny. Rien à voir avec le petit bonhomme animé et sa capuche orange. Rien à voir, non plus, avec cette peluche pour enfant dans cet accoutrement jaune. Chez nous, c’est Kenny Lala. A priori, son enfance et ses années à l’école primaire ont dû être difficiles. Idéal pour lui forger un caractère et un mental de sportif de haut-niveau. Le talent et le travail ont fait le reste. Aujourd’hui, certains internautes en appellent même à Didier Deschamps pour l’emmener dans la soute en Russie. #Lala2018 se répand sur Twitter. Ses performances sont appréciées et de plus en plus repérées. Il est, depuis samedi et l’offrande de Dimitri Liénard, le deuxième meilleur passeur. Trois passes délivrées, au total. Et un but inscrit sur pénalty. Ce mois-ci il a touché en moyenne 80 ballons par match et détient le record de la rencontre contre Caen. 98 ballons joués. A deux doigts de la centaine. Et des ballons, souvent, bonifiés.

Anthony Gonçalves, Ernest Seka et Bakary Koné complètent le top du mois.

Les flops



Yoann Salmier, la faille après la gloire


Titulaire en l’absence de Kader Mangane, écarté sur blessure, Yoann Salmier a bénéficié d’un temps de jeu qu’il n’espérait probablement pas aussi rapidement. Mais Strasbourg est l’avant-dernière défense de Ligue 1. Seul Metz fait pire. Forcément, les défenseurs ont leur part de responsabilité. Depuis Caen, Kader Mangane est revenu et Salmier retrouve une place sur le banc. Pas de problème pour lui à priori, car l’enfant de Sarcelles a souvent été habitué à occuper cette place là depuis son arrivée au club. Il sait que de nouvelles opportunités vont se présenter. Et le sosie de Lacazette, au sourire de Luc Abalo, s’y prépare et espère être plus convaincant. Tirant les leçons du passé.

Nuno Da Costa, numéro de soliste


Dans un orchestre, Nuno Da Costa n’est ni le chef, ni le musicien. Il est ce mec, là, avec le triangle. Celui qui dit, par fierté personnelle, qu’il change toute l’intonation musicale quand il cloue le spectacle en tapant dessus. Celui, aussi, qui agit en solitaire, indépendamment des autres. Nuno Da Costa, depuis le début de saison, montre beaucoup de qualités. Offensives, athlétiques. Mais le cap-verdien s’est souvent montré trop individuel. D’ailleurs, il n’a encore délivré aucune passe décisive, pour quatre buts inscrits. Comme Martin Terrier, il a été absent contre Rennes, suite à une expulsion immédiate une semaine plus tôt, contre toi. Et de laisser ses coéquipiers en infériorité numérique.

Bingourou Kamara, mur de béton sans béton.


Beaucoup d’espoirs placés en lui. Titulaire en début de saison avec l’Equipe de France Espoirs, ses performances l’ont relégué à une place de doublure de Paul Bernardoni. A Strasbourg, il commet quelques erreurs de jeunesse souvent sanctionnées immédiatement. Des erreurs pas forcément grossières, mais lourdes de conséquences. Des erreurs d’appréciation de trajectoire, un placement maladroit ou une mauvaise anticipation, par exemple. Les axes de progression sont nombreux. On attend encore de lui qu’il réalise de réelles parades décisives, à sauver un match, des points. Pour l’instant, le jeune gardien recherche encore son match de référence. Chaque semaine, des progrès sont effectués, tirés par Jean-Yves Hours et Alexandre Oukidja, qui l’aident beaucoup. Son jeu au pied progresse, il domine les débats aériens. Grand gardien par la taille. En attendant le reste de son talent.

Jérémy Grimm, Jonas Martin et Dimitri Liénard achèvent le tableau des flops du mois.

Le classement complet


JoueurMatchsTroyes - RCS 3-0RCS - Rennes 2-1St-Etienne - RCS 2-2RCS - Caen 0-0Moyenne
Jean-Eudes Aholou401.92.412.661.74
Martin Terrier31.651.740.721.37
Kenny Lala41.1-1.40.711.470.47
Anthony Gonçalves32.120.52-1.660.33
Ernest Seka4-1.33-0.071.170.650.11
Bakary Koné4-1.781.330.390.180.03
Dimitri Liénard32.55-1.53-1.25-0.08
Jonas Martin4-0.73-2.171.98-1.32-0.56
Jérémy Grimm31.96-1.33-2.65-0.67
Bingourou Kamara4-1.50.73-1.65-1.51-0.98
Nuno Da Costa3-1.28-1.19-1.78-1.42
Yoann Salmier3-2.33-2.11-1.05-1.83

amalinho

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 651 lectures · Premier message par jean jacques leingang · Dernier message par franzinthesky

Commenter