Portrait pas du tout objectif : Anthony Gonçalves

Note
5.0 / 5 (8 notes)
Date
Catégorie
Portrait
Lectures
Lu 2.099 fois
Auteur(s)
Par kaniber68
Commentaires
7 comm.
goncalves2.JPG
© rachmaninov

Maman, Anthony Gonçalves est dans l’équipe !

Laisseriez-vous votre petite sœur sortir avec Anthony Gonçalves ? Personnellement non ! Bon, je n’ai pas de petite sœur et même si elle existait, elle aurait largement dépassé la date de péremption. Mais quand même… Anthony Gonçalves, quelle tronche et quelle dégaine inquiétantes ! Peut-on l’imaginer chantant une berceuse à son bébé ? Tourner la mayonnaise pendant que maman décortique les crevettes ? Assister à une réunion de rentrée dans la classe de sa progéniture ? Lui apprendre à faire du vélo ?

Tip top, la coiffure !

Rien que de poser les questions, on imagine un peu le tableau. Car ce type fait froid dans le dos. Ses yeux, déjà ses yeux… Injectés d’hémoglobine, ils disent au malheureux qui croise sa route : « Dégage ou t’es mort ! » Ses guiboles, cintrées comme s’il avait vécu toute sa vie sur un cheval, te font comprendre tout de suite qu’il sait ce qu’est une ruade. Ses tatouages, pas vraiment « La petite maison dans la prairie », te rappellent que des gars de son calibre ont séjourné naguère à Cayenne. Et sa coiffure, alors là, tip top car sculptée au ciment à prise rapide, dont personne au monde, à l’heure actuelle, ne songerait à se moquer. Tout chez ce garçon rappelle la machine de guerre, Mad Max et les Sept Samouraïs.

Du biceps de chez Laval

Évidemment, on se dit rapidement qu’il vaut mieux être son copain et surtout ne pas jouer dans son couloir. Car il s’y entend l’Anthony pour dégommer, sans en avoir l’air, l’impétrant qui ose lui disputer son morceau de bidoche. Et quand ça clashe, il n’a pas son pareil pour gonfler ses biceps, faire sortir ses yeux de leurs orbites, ramener son nez sous celui de l’adversaire comme pour lui dire : « Vas-y, vas-y, dis qu’c’est moi, dis qu’c’est moi ! Essaye pour voir ! » Alors oui, avouons-le franchement, il vaut mieux l’avoir de notre côté. Au début, ça surprend : « Donc, si j’comprends bien, ce mec est dans notre équipe ? Ben oui, on l’a piqué à une équipe en forme du moment qui s’appelle Laval et en plus ça se lit dans les deux sens. » Et puis, petit à petit, on s’y habitue. On le voit débouler sur son côté, faire des centres pas si mal, sauter plus haut que tout l’monde quand y’a un but, et même en marquer un à l’occasion. Côté baston, il est au four et au moulin. C'est-à-dire qu’il l’organise, qu’il y tient le rôle principal et qu’il se pointe à la fin en justicier qui surgit hors de la nuit. Nom d’une pipe, mais ce gars, ce gars, ce gars !

Anthony, gonze à l’aise

Et puis un jour, disons un soir, sur le rectangle très vert, il claque un péno pas dégueu et vachement important, même qu’on a tous un doute en le voyant se rappliquer pour le tirer. Et puis, ce gars, il le marque sans pitié (normal, c’est Antho !) et après, il fait un geste qu’on n’a peut-être jamais vu ici, un geste qui nous laisse le derche sur le canapé, du genre « Eh p’tit mec, ici c’est l’Racing, tu t’imagines que j’allais tirer à côté ? » Et là, nom de diou, là, i s’passe un truc au fond de nous qui fait qu’on est tout d’un coup fier de ce mec, fier qu’il soit bleu alors que les autres sont verts, fier de l’avoir ici, en direct, pour nous, avec le plus beau maillot de la Ligue1 sur les épaules. Honteux d’avoir douté un instant de la valeur de ce baroudeur, de ce béret rouge, de ce crapahuteur indestructible qui porte fièrement les couleurs de notre seul amour et pour toujours Racing Club de Strasbourg.
L’encyclopédie m’apprend que le patronyme Gonçalves est issu du germanique « gundi » qui signifie « combat » et du latin « salvus » qui signifie « bien portant, bien conservé. » Anthony, vous êtes effectivement un combattant bien conservé. Avec vous, et les autres, on est pénard et on devrait se maintenir.

kaniber68

Commentaires (7)

Flux RSS 7 messages · 1.985 lectures · Premier message par Gilbert Greyss · Dernier message par stubiste

  • Merci pour ces 50 nuances de Goncalves, synonyme d'orgasme brutal.
  • Merci M. @Kaniber68 ,

    Super papier, et avec "impétrant" dedans, comme un symbole et la cherry sur la Forêt Noire.

    Ce qui a résonné chez moi : l'évocation des yeux du Monsieur. C'est tellement ça. Le sang, l'exophtalmie sur commande.

    Brrrr, quel homme !

    Blourg

    JPDarky
  • J'aime beaucoup le style. Très bon texte !

    Ce serait super d'en faire une série de "portraits pas du tout objectifs" où on passerait tous les joueurs en revue.
    Mais bon, c'est vrai que tous les joueurs ne sont pas aussi charismatiques et ne provoquent pas les mêmes sentiments que Goncalves.
  • bravo pour ce 1er article!

    le style est sympa effectivement avec nos joueurs il y a de quoi faire plein d'article du même style .

    concernant Gonzo avez vous remarqué qu'il retourne toujours ses manches pour montrer le liseré rouge et blanc de notre belle Alsace.
    Pas de doute il nous à conquis et il est lui même conquis pour sa seconde partie de carrière par ce que Laval c'est bien beau mais niveau émotions ce n'est pas Strasbourg,
    Il doit se sentir renaître par ici avec une monté, la l1 pour la première fois de sa carrière et ce public qui le rend aussi volontaire qu'un pitbull sous amphétamine!

    j'admire ce monsieur moi!
  • Quel joueur ;)
  • Super article ! (+)
  • J'en ai des frissons. Il nous en faudrait onze comme lui, et on jouerait pour le titre !

Commenter