RCS-Nantes 1995

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Souvenir/anecdote
Lectures
Lu 2.249 fois
Auteur(s)
Par conan
Commentaires
0 comm.

Si depuis plus de trente ans le Racing rentre quasiment systématiquement bredouille de son déplacement à la Beaujoire, c'est face à Nantes qu'il réalisa l'un des plus grands exploits de son histoire récente. C'était le 15 avril 1995, il y a presque

Il avait une fière allure ce Racing version 94/95. L'arrivée de Rolland Weller à la Présidence ne s'était pas déroulée sans remous, notamment avec le tumultueux départ de Gilbert Gress. Le Suisse Daniel Jeandupeux le remplaça et le recrutement fut ouvertement ambitieux. Si des joueurs tels que Frank Leboeuf, Marc Keller ou Rémi Garde étaient des talents confirmés ils furent rejoint à l'intersaison par deux internationaux français (Sauzée et Gravelaine), et par Alex Vencel dont on ne se doutait pas encore qu'il allait devenir un gardien légendaire du club. Mais c'est en août que le transfert le plus marquant de l'époque allait survenir. Le génie russe Alex Mostovoï allait en effet durant deux saisons émerveiller la Meinau. Une bien belle équipe donc qui était de surcroît renforcée par la dernière brillante génération sortie du centre de formation strasbourgeois. Les Djetou, Dacourt, Ismaël, Rott et Frankowski commençaient en effet à pointer le bout de leur nez dans l'équipe première.

Après un très bon début de saison, le Racing pointait à la 3ème place du classement début novembre. Malheureusement, des problèmes internes allaient miner un groupe au fort potentiel et le Racing allait entrer dans le rang au classement. Daniel Jeandupeux fut remercié au printemps et remplacé par Jacky Duguépéroux. Le Racing sembla retrouver un certain enthousiasme et remporta en coupe de France une demi finale mémorable face à Metz à la Meinau.

Trois jours après ce succès, c'est le FC Nantes qui défiait le Racing à la Meinau pour le compte du championnat. Nantes en 94/95 était une formidable machine, invaincue après 32 journées d'un championnat qu'il écrasait. Symbole de cette domination, la victoire 3-0 au Parc des Princes face au PSG, pourtant favoris de ce début de championnat. Vraiment les Ferri, Karembeu, Makélélé, N'Doram, Loko, Pedros et Ouedec constituaient une formidable armada...

Porté par l'euphorie de sa qualification en finale, le Racing ne fit aucun complexe face au monstre nantais. Une première heure de jeu tendue et très équilibrée au cours de laquelle Nicolas Ouedec rata une occasion immanquable fut le prélude à une dernière demi heure de folie. Ce fut Frank Leboeuf qui propulsa le ballon au fond des filets, reprenant d'une tête bizarre un corner et faisant chavirer la Meinau. Nantes se rua à l'attaque mais le Racing résista avec un cran admirable. Jusqu'à la 87éme minute et LE chef d'oeuvre de la soirée, un coup franc pleine lucarne de l'artiste Mostovoï qui scella la victoire définitive du Racing sur le score de 2-0. Ce fut la seule défaite du FC Nantes lors de cette saison, le Racing avait réalisé l'exploit !

En championnat, le FC Nantes ne perdit finalement qu'une seule rencontre en 38 journées, exploit unique et inégalé. Et cette rencontre fut face au Racing ! Cet exploit démontre que cette génération là avait les moyens de viser très haut, malheureusement ce Racing n'offrit à ses supporters que quelques rares occasions de s'enflammer (une finale de Coupe de France perdue de justesse un mois plus tard face au PSG et une brillante campagne d'Intertoto l'été suivant qui lui permit d'affronter le Milan AC en coupe UEFA, Milan contre qui le Racing fut loin d'être ridicule d'ailleurs...). Cette équipe là connu sa fin de cycle en Juin 1996 sous les effets de l'arrêt Bosman et avec le sentiment qu'elle fut loin d'avoir donné tout ce qu'elle aurait pu, comme le prouve notamment le coup d'éclat du 15 Avril 1995....

15 avril 1995, championnat de France, 33ème journée.

Stade de la Meinau, pelouse en bon état, temps frais.
19 354 spectateurs. Arbitre Mr Chéron.
RC Strasbourg bat FC Nantes 2-0

RCS : Vencel - Baills, Djetou, Leboeuf, Régis - Garde (Thys, 80'), Pouliquen, Mostovoï, Bouafia (Gohel 33') - Gravelaine, Keller. Entraîneur : Duguépéroux.

FCN : Casagrande – Karembeu, Capron, Guyot (Renou 80') Le Dizet – Ferri, Makélélé, Pedros, N'Doram- Ouédec, Loko. Entraîneur Suaudeau.

Buts pour Strasbourg : Leboeuf (65'), Mostovoï (87')
Avertissements : Leboeuf (25'), Karembeu (27')

conan

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter