Le concessionnaire de Vézéronce

15/01/2008 16:37
648 lectures
Dans le village, la nouvelle fait grand bruit. Nicolas Bruni, le vendeur de voiture, a épousé à la sauvette une jeunette qu'il avait rencontré au moulin-du-champ, la discothèque la moins éloignée de sa concession. Le tintamarre qui a précédé les noces, bruits de klaxons, autoradios à plein volume et rigolades sur la terrasse du « gibees » n'a pas laissé la nouvelle longtemps inaperçue dans les alentours. Les voisins ont été seulement surpris de voir que c'est avec miss Elégance Terres froides 2003 que Bruni fait désormais couple. Il y avait Georges Bouche, son sourire benêt et ses santiags, Lionel Cadaffon, vêtu de son gilet trop grand et des copains à eux, éberlués et ravis que cette histoire-là, « c'est du terrible ». Le chanteur du dernier bal a donné une interprétation des succès d'Elvis. La soirée s'est terminée à épuiser les disques du karaoké debout sur les tables, pendant que le gentil organisateur soudoyait les gendarmes pour laisser chacun, quoiqu' éméché, rentrer en véhicule tout terrain, chez lui, à travers les champs.

Commentaires (5)

Flux RSS 5 messages · 131 lectures · Premier message par Petite mort · Dernier message par almendralejo

  • La nuit s'achève et, bientôt, les derniers flon-flon du mariage se métamorphoseront en souvenirs avant de s'effilocher jusqu'à s'effacer des mémoires, rejoignant au cimetière des déséspérantes gesticulations humaines le fracas d'une vieille bataille oubliée. Peut-être qu'on découvrira un jour, creusant la terre, relique d'une nuit d'insignifiance, une bouteille de champagne, peut-être quelques tessons seulement...

    Ce serait beaucoup de chose, à vrai dire, pour cette union de déraison. Discrète, bien sûr, mais il fallait que ça se sache. Nicolas, déjà, se réveille, gueule de bois, repense à ses amis, tiens donc, qui ont bien du rigoler, hier soir, dans son dos, en pensant à la nuit de noces... Il faut dire qu'ils se l'étaient tous faite, la miss Terre froides, plutôt chaude au demeurant... Et ça continuerait, comme avant d'ailleurs, de gueule de bois en gueule de bois... Le petit mari bafoué, pour la fierté, exacerbée, d'un encart dans le canard local... D'une photo à son bras... De cette beauté plantée derrière le comptoir, avant d'aller rejoindre un autre plumard... Il devrait la ravaler, mais c'est sa fierté, sa revanche et sa souffrance. Il peut l'avoir, il peut toutes les avoir ! Mais elle non plus il ne pourra la garder, malgré la plus belle voiture, alors toujours se prouver...

    Mais ça, le tesson ne le dira jamais... Comme un casque ne dira jamais la souffrance de ce roi mort à Vérézon...
  • petite mort? Petite mort du site du même nom?
  • Il me fallait un titre post-orgasmique en guise de pseudo, voilà tout !
  • Je m'excuse, au passage, pour m'être ainsi invité, sans autorisation ni préavis, au bas de votre billet ! Petit manque de savoir vivre tout de même...
  • Pas d'excuse. Vous êtes bienvenu.

Commenter