March 2006





l'avenir du Kosovo

25/03/2006 11:38
261 lectures
Notre pool d'experts internationaux a dépêché almendralejinho, spécialiste de haut vol des balkans pour une rapide mais précise, comme un double enchaînement crochet droit double contact gauche, regard à droite, regard à gauche Maloudéen, explication sur la résolution du conflit du Kosovo

Lire la suite...



Le pays d'origine

20/03/2006 20:00
239 lectures
Les universités de la Belgique francophone attirent un nombre anormalement élevé de français qui barrés par le numérus clausus des formations de pharmacies, kinésithérapies ou école d'infirmières etc... viennent parfaire leur vocation Outre-Quiévrain. Les effectifs surabondent d'étudiants français si bien qu'il est problématique pour un jeune belge de se voir ouvrir les portes des écoles financées par leurs parents. Les français profitent légitimement des enseignements peu onéreux et de bonne qualité pour repartir exercer dans leur pays d'origine, fort d'un diplôme reconnu internationalement. Très maladroitement, l'administration belge veut régler ce problème en fixant des quotas, qui se heurteront sans aucun doute aux directives européennes et à la morale en vigueur, libérale et tolérante.
Moi et mon pote Lionel, que vous commencez à connaître, je l'espère, en ma qualité de titulaire d'une chaire en supporter de Racing, avons une petite solution tout à fait astucieuse. Nous conseillons que lors des concours d'admission, il y ait des épreuves de néerlandais. Vous n'êtes pas sans savoir que la question linguistique secoue les deux communautés, l'une et l'autre se reprochent de se barricader dans leur langue. Sur mes suggestions très avisées de flamand francophone, les étudiants wallons devront avoir un bagage de néerlandais. Ce serait imposer une contrainte spécifique au pays d'accueil et user de quelque chose qui a toujours divisé pour mieux se protéger.

Sur ces questions, en guise d'initiation:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-752629@51-730526,0.html

Duguépéroux vs Baup (la montée en épingle)

17/03/2006 20:15
880 lectures
La défaite bâloise consommée, l'entraîneur strasbourgeois, Jacky duguépéroux a lancé l'assaut d'une guerilla verbale tout aussi violente qu'inattendue contre ses adversaires du weekend prochain. Les stéphanois dont on connaît l'ardeur belliqueuse ne se sont pas faits prier pour envenimer une situation que la presse, soucieuse de ne jamais dire la vérité, a obnubilé. C'est triste mais notre chronique ne pouvait pas taire cette lente et sûre déflagration.



Duguépéroux: « Désormais, nous allons nous consacrer à 200% au championnat. Nous disputerons une finale d'UEFA, ce dimanche à Saint-Etienne. La qualification, c'est au match aller que nous la perdons et surtout lors de la première période à Bâle. » (Site officiel)

Elie Baup: "J'ai appris que Strasbourg jouait une finale de coupe de l'Uefa contre nous. Je serais fier d'apporter un titre de plus à ce club mythique, même si Strasbourg est une redoutable équipe qui peut compter sur un gardien ex-lyonnais, club que j'admire fondamentalement." La gazette des petits verts

Jusque là, tranquille.

Duguépéroux:2h31" si Monsieur Baup croit qu'il a déjà gagné la coupe de l'Uefa, je lui conseille de manger sa casquette, parce que son chaudron, mes joueurs vont le refroidir.C'est pas parce qu'il a 35000 chômeurs qui gueulent comme des boeufs que nous allons nous décourager pour si peu, surtout que je verrais mieux St étienne à notre place." le racingstub.com

Elie Baup:2h35 "Au match aller, Strasbourg m'avait fait de la peine, on avait été mauvais et on les avait battu sans forcer. Je dirais à mes joueurs de le prendre comme un match de coupe de france, cette équipe a le niveau de Lyon-duchère. Je demanderais à diawara de porter le maillot de Strasbourg et quand Kante lui fera une passe, il enlévera le maillot car en dessous, il y a aura celui des Verts et il marquera. Encore une fois, on les aura bien eu ces nigauds." Journal intime de Mme Baup, citée par St étienne-match

Duguépéroux:3h08 "L'identité de st étienne? Je rigole doucement. Les meilleurs ne rêvent que de jouer à Lyon, l'autre moitié supportent marseille. Les seuls qui fêtent St étienne, ce sont ceux qui sont nés un 26 décembre." (chez nino, avec lenain)

Sablé: 5h12 "St Etienne joue la finale de la coupe de l'Uefa? Je croyais qu'il avait été éliminé en coupe intertoto."
non, ce n'est qu'un subterfuge de la part de duguépéroux pour faire croire à son équipe et à des supporters naifs qu'il y a encore un but outre la relégation". (les verts.fr)


A suivre...

Les grands promoteurs du rêve

15/03/2006 18:17
267 lectures
Bientôt, dans des sites à contenu informatif, des mots apparaîtront en surbrillance et d'un clic, nous projetterons, non pas dans un dictionnaire, mais dans une lucarne....publicitaire. Ces mots dit mots sponsorisés auront été achetés. Partout où il y a de la place, la publicité s'invite, mais de sorte à ce qu'elle ne soit pas annoncée telle quelle, pour que "la cible" ne soit pas méfiante. L'homme moderne harcelé de messages a su peu à peu les décrypter, il n'est plus le gogo de foire, il faut en conséquence l'approcher différemment. Un des tours de force de nos promoteurs les décennies passées a été l'identification aux marques. La jeunesse affichait très ostensiblement les logos, les marques marquaient, c'étaient même des codes. Notre époque a fait de la consommation son unique mode de distinction. Peu à peu, cette grossiéreté s'est estompée et la marque essayait de se faire reconnaître dans une communauté de valeurs, avec des messages plus abstraits. La tendance inclinerait désormais vers l'anticipation des rêves (création d'univers, comme pour les entreprises de télécommunications, soyez une star) et être au centre de communautés, être le ferment de groupes (par exemple, les blogs hébergés par des stations de radios, les tribus).

Le Business plan de la jeunesse

14/03/2006 18:08
224 lectures
"C'est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale. Quand la jeunesse refroidit, le reste du monde claque des dents. " G.Bernanos

Et bien, cher Georges, rassure-toi, moi et mon pote Lionel, des idées pour décongeler les banquiers, nous n'en manquons pas. Je te propose un petit business plan d'action à affoler ton taux de dopamine.

Dans un certain temps, après avoir fait fortune dans la vente de poulet de l'amour et de tartelette pour célibataire, nous montons notre start-up de biotechs, ouvrons un labo avec salle blanche, centrifugeuses et autoclaves. Lionel sera le responsable scientifique et je lui donnerais carte white pour qu'il mette au point la molécule de l'amour (sobrement intitulé Boubou Npchoc 23)! J'embaucherais également ma petite femme, qui s'occupera des subventions européennes, de la recherche brevet et du respect de la propriété intellectuelle, son petit frère, grand laborantin sévillan, spécialiste reconnu de la salmonelle viendra en tant que conseiller technique seconder Lionel, et pendant que je m'occupe du business developpement et de la supervision des phases précliniques, I, II, III, mon frère Goetz réfléchira à divers outils informatiques de diagnostic et de veille concurrentielle. Bref, la ch'tite PME familiale par excellence! Je me payerais le luxe, peut-être, de prendre comme stagiaires non rémunérés des écrivains maudits qui rédigeront mes compte-rendus avec les investisseurs dans un style baudelairien (j'aime bien Baudelaire) et qui m'escorteront quand je recevrais la légion d'honneur des mains de nicolas Sarkozy. Et après, quand je toucherais un petit pactole, je racheterais le Racing, j'y injecterais des fonds, mais là, soyons réalistes mais modestes, je ne peux pas préjuger de ma réussite dans cette entreprise casse-gueule.

Bien à toi, Georges, je t'embrasse, je te maile, je te kiffe

Baisse de la croissance

10/03/2006 18:02
296 lectures
Je propose d'ouvrir une étique réflexion sur un thème qui sort des limbes, "la décroissance".

Signe des temps, la richesse d'un pays se mesure à l'aune d'un indicateur qui est sur toutes les lèvres et au bout des mauvaises langues, la croissance. "Le moral des ménages" est en hausse lorsque la production d'un pays chemine à toute vapeur. Or, selon les sceptiques, on ne produit qu'en vue de la consommation, si bien que celle-ci doit inflexiblement augmenter pour que le pays aille bien. De la sorte, c'est favoriser le matérialisme, l'avidité et le gaspillage. Il est tout aussi significatif que tout le monde se félicite de la hausse de la natalité et de la population uniquement parce que les bouches à nourrir goberont la production, sans se soucier de l'équilibre et de l'harmonie de notre société.

Remettant logiquement en question cette marche forcée, des professionnels de la contestation se sont donnés pour mission , et ils n'y sont pas allés de main morte, puisque à la croissance, il lui balance son antagonique frère de la pensée mutante : la décroissance.

l'Air du Temps (sur des brèves de l'an 2020)

09/03/2006 00:58
323 lectures
Citation:
se regarder dans les yeux/ c'était comme faire l'amour à deux/", Ph.Katerine, "1978" (année 2006)



En 2020, une étrange pollution aura densifié l'air. Certains prétendront que le virtuel prend forme et qu'il sort de sa réserve, d'autres penseront qu'ils avaient raison d'être inquiet sur les techniques pas très au point de biodépollution atmosphérique.
Il s'agirait en fait d'une surcharge due à l'électricité qui affole l'équilibre moléculaire, des réseaux qui quadrillent l'atmosphère de leurs ondes de transmission. Aucune entreprise ne s'était associée, chacune croyant en sa technologie, si bien que l'air en était saturé. C'est à peine un brouillard auquel on s'habitue très bien, "quelque chose d'indescriptible, quelque chose d'invisible mais qui a de l'épaisseur". Cependant, les conséquences seront très importantes, la vitesse du son sera modifiée selon un mode de calcul aléatoire. La réception des mails ne sera plus instantanée, les coups de fil n'aboutiront pas toujours et pire, les paroles de votre vis-à-vis pourraient ne vous parvenir que quelques minutes après qu'elles aient été prononcées. Un nouveau média se mettra en travers de l'homme et du temps. Ironique revanche sur ce qu'internet nous avait offert une vingtaine d'années plus tôt.
Pour n'être pas poursuivi par des voix, l'homme, de façon tout à fait allégorique, se retirera dans sa bulle et réduira sa communication au minimum. Il renforcera la solitude que les temps modernes lui avait prodigué, le matériel comme seule compagnie. Ce curieux déréglement aura mené l'homme à la solitude et à la patience.


WL&nL

06/03/2006 06:41
206 lectures
"Pendant ce temps, Takeshi Fumimota, à Tokyo et dans les environs, était très occupé à cause de la disparition mystérieuse d'un centre de recherche, pièce par pièce, qui avait appartenu à Wawazume Life & Non-Life, une multinationale mal connue."

Je crois pouvoir dire que nous avons retrouvé la fabrique du futur.

Le souvenir du match aller

05/03/2006 11:49
227 lectures
Le stade rennais s'était déplacé à la Meinau et j'étais à cette époque contraint par mon petit job au Mc Donald's de l'Esplanade. Je servais, je m'en souviens, de rares clients pendant que là-bas, les feux et la clameur accompagneraient le spectacle. Je m'étais résigné à ne plus pouvoir assister aux matchs du Racing, parce que les heures où je m'étudierais pas seraient occupées ici. Par chance, deux semaines uaparavant, du fiat que j'avais excédé les trente-cinq heures de travail dans la semaine, chassé du fast-food, je courus vers le stade pour voir la défaite des nôtres contre Toulouse - dès lors cette résignation était donc atténuée. Je me souviens aussi qu'il me tardait d'apprendre le résultat.
Les clients, rebutés par la foule au Mc Donald's en face du stade, allaient affluer, une fois le coup de sifflet donné, la voiture en marche, le pont d'Ankara au-dessus du bras du Rhin franchi. Pour nos effectifs, c'était un "rush" inattendu. Les pères et les fils, l'écharpe autour du cou, se pressaient à commander et à repartir. Malgré l'affluence, je demandais le score. Le type était dépité, 0-1, sur une grossière erreur du gardien, j'eus le droit à une description. Des plus jeunes aux plus mûrs, le peine était de mise et ils finissaient leur soirée médiocre dans un fast-food sale en enviant peut-être celui, qui derrière sa caisse, n' a pas perdu sa soirée et eu en une phrase l'essentiel et la totalité de leur mauvais souvenir.

le milieu défensif et les fautes de frappe

Le football est un monde et même un écosystème où cohabitent diverses espèces dans le même pré. C'est pourquoi, nous inaugurons ici un cahier d'étude des spécimens en short.

Comme l'avaient bien signalé les traqueurs de tendance, le latéral qui centre correctement est en voie d'extinction. Nous, nous allons ouvir notre classification par le milieu défensif qui ne sait pas frapper de loin.

Dans les zones à climat tempéré, terrains hivernaux impraticables et été caniculaire, le numéro six est la véritable vedette du troupeau. A la meinau, des sous-specimens comme Balmont, sablé ou fernando ont facilement émergé de la foule des anonymes. Pour d'aucuns, mettre un récupérateur au coeur de son système, c'est détériorer le spectacle et l'offensive, mais il semble que les spectateurs et entraîneurs soient respectueux de ces adaptes guerriers du zéro zéro, ces interlocuteurs privilégiés des ramasseurs de balle et des soigneurs. Le six moderne court, il court beaucoup, n'aime pas beaucoup la technique, mais aime donner de la voix. Ils ont introduit "le toro" et le demi-fond dans le football. Discipline tactique, premier rempart et lampe de lancement des contre-attaques, une bonne équipe a un excellent six, une très bonne équipe en a deux, une équipe diabolique en a trois (ah! ah!, j'arrête là). Toutefois, notre époque consacre un six qui a toutes les qualités sauf une et à la meinau, nous sommes bien placé pour le savoir. Le six ne sait pas être dangereux, balle au pied, des trente mètres et cela n'est pas sans incidence. Le coach qui a supervisé Loué peut facilement donné la consigne de ne pas l'attaquer. Lorsqu'une attaque s'amorce, le six va chercher un partenaire. Aucun défenseur adverse ne va "sortir" pour le contrer, il restera à son marquage, pourra reculer et ainsi il n'y aura pas d'espace. on se retrouve dans une configuration de hand ball, où la défense sera bien regroupé, compacte, resserrée. alors que si notre six décoche une frappe limpide, surpuissante, dangereuse, le défenseur devra faire le choix de déstabiliser sa défense, créant une phase de jeu dynamique, car incertaine.

C'est pourquoi nous souhaitons dans la charte des bonnes pratiques pour un football de qualité que dans les académies de football soit institué le programme "rétablir le numéro 6 et sa puissance de frappe".
  • 1 (current)