April 2006


Macao, l'enfer du jeu

Pour commencer, quelques extraits de mon journal de Californie. 11 mars 1942
Ce matin, je crois bien avoir découvert la trace d'un nouveau pudendum, d'un nouveau motif de honte encore inconnu dans le passé. Pour le moment, je l'appelle « /la honte prométhéenne/ », et j'entends par là « /la honte qui s'empare de l'homme devant l'humiliante qualité des choses qu'il a lui-même fabriquées/ ».
Günther Anders, L'obsolescence de l'homme/ Sur l'âme à l'époque de la deuxième révolution industrielle (1956)

Lire la suite...




Il a plu à Séville

23/04/2006 23:25
323 lectures
Montesquieu a longuement évoqué le climat pour expliquer entre autres les caractères nationaux, avant d'être sérieusement raillé par ma maîtresse du Cm1. Toutefois, le temps meuble bien des discussions et notamment celles des andalous, si bien que j'ai l'impression que le "hace calor" est l'équivalent du "how do you do? british ou du "ça geht's?" nord-alsacien. De ce fait, je dois vous parler d'un évenement important à Seville, il a plu.

Lire la suite...






Métastase du ressentiment

Si les classes se sont déversées dans les rues, ces dernières semaines, c'est probablement parce que les figures de l'autorité ont incité ces révoltes du doigt levé, facilitant l'hystérie et la petite-jouissance de l'impunité. Il suffit de faire une petite visite dans une salle des professeurs, pour constater l'ambiance pré-communiste qui y règne, le ressentiment qui fait fleur, la hargne idéologique et qui rendent d'actualité quelques pages des démons de Dostoïevski.

Lire la suite...


La maladie des doigts gourds

12/04/2006 22:52
3.687 lectures
Un des collaborateurs récurrents et attentifs du stublog (Stéphanek) est atteint d'une maladie rare et crispante, la maladie des doigts gourds. Quelques mots, pour comprendre ce qu'on a toujours apparenté, bien malhonnêtement, à de la fainéantise.

Lire la suite...





Perdu dans la nature : La mouche et la medecine légale

04/04/2006 23:57
287 lectures
Nous avons tous en tête la mouche reine de la fable de La fontaine, "le coche et la mouche"

Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt:
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.
Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires:
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

Mais la soirée d'hier à la maison de l'image et la diffusion d'un reportage sur la police technique et scientifique se sont importées à lui donner une autre image en soulignant le rôle qu'elle pouvait avoir dans la datation de la mort d'un cadavre. La mouche auxiliaire de police ?

Lire la suite...



Riget

02/04/2006 23:50
197 lectures
Il y a dix ans, je mâchais avec délectation une série danoise, "l'hôpital et les fantômes". Je viens de me procurer pour une somme tout à fait modique la collection complète en format dvd. A l'époque, je m'étais étonné que Lars von Trier, ronchon parmi les ronchons, pesta contre la chaîne franco-allemande qui diffusait sa série, une sitcom horrifique, en version française.

Je viens de comprendre.

Le protagoniste est un neurochirurgien véreux et infréquentable qui vient donner ses services au fleuron de la médecine danoise, le riget de Copenhague. Stil Helmer, comme tout bon suédois, méprise les danois, c'est pourquoi il ne daigne pas s'exprimer dans leur langue mais donne ses ordres dans son patois local, le suédois, compréhensible pour ses subalternes danois. Effet comique que la version française gomme et qui rend baroque le fameux "danois de mes fesses", ritournelle aussi incontournable au Danemark que "ils ont tué Kenny" dans le reste du monde.

Blague de l'année?

01/04/2006 11:31
221 lectures
Natation

Trois hommes s'inscrivent à un concours de natation pour handicapés. Le premier n'a pas de bras, le second n'a pas de jambes, quant au troisième, il n'a pas de corps, rien qu'une tête.

Ils s'alignent sur les plongeoirs, " Bang ! " fait le pistolet, puis " Splash ", les voilà tous dans la flotte.

Le manchot prend instantanément la première place, serré de près par le cul-de-jatte. L'homme-tête coule comme un plomb.

Dix longueurs de bassin plus tard, le cul-de-jatte est vainqueur. Il voit des bulles qui remontent du fond de la pistoche, devine que c'est l'homme-tête qui est en difficulté, et décide d'aller à sa rescousse. Il replonge, attrape l'homme-tête, remonte à la surface, et le repose sur le bord de la piscine.

L'homme-tête recrache l'eau de Javel, tousse, s'étrangle, puis finit par s'exclamer : " Tu passes trois ans à t'entraîner à nager avec tes oreilles, et trente secondes avant le départ, y'a un connard qui te fout un bonnet de bain.
  • 1 (current)