August 2009


Comme un hiver qui va durer. Voyage sur les bords du krimmeri

08/08/2009 14:26
624 lectures
Cher Kevin,

J'imagine déjà les froncements de tes sourcils moqueurs qui me questionnent sur les résultats plus que décevants de mon équipe.

Pour le peu que le streaming put me laisser voir du match contre Châteauroux (fort peu, mais suffisamment pour être décapité), je peux te fournir quelques explications, quelques tentatives de supputations, car je suis bien loin, tu le sais, de l'agitation interne. Sache que mon impatience de voir la saison commencer est déjà douchée, la saison s'annonce bien triste, c'est un long hiver qui vient. Il n'est pas impossible que la préparation fut si lourde qu'elle pesa dans les jambes. A voir la défense dépassée sur le second but, à voir les passes lamentablement ratées, on peut se dire que les joueurs sont empruntés et manquent de jus. Mais, c'est une autre hypothèse qui me vient malheureusement à l'esprit, les joueurs sont en cabale contre l'entraîneur. Sur le second but, une banale contre-attaque de cinq contre deux, alors que Sikimic se troue, Fanchone revient sur l'attaquant... en trottinant. Il y a des signes qui ne mentent pas. Bezzaz a tout raté, j'ai vu un florilège de passes faciles ratées, je ne suis pas sûr d'avoir vu cela de ma vie en match professionnel . Le manque d'imagination semblait être un malin plaisir à forcer les mêmes portes et à s'y taper la tête. Je le sais il m'est arrivé de le faire dans ma petite carrière. On appliquait le schéma de l'entraîneur d'une façon si manichéenne que ce la ne pouvait qu'échouer et on persévérait. Contre l'entraîneur. Dans ces cas, kéké, que faire?

Dans l'attente d'une réponse et d'une solution miracle, veille à l'expression de mes sentiments les plus déglingués,
D'Almendralejo
  • 1 (current)