Le footballeur à lunettes

L'entretien de Thuram dans le Monde a réveillé une lointaine polémique, où le défenseur tente de faire passer Alain Finkielkraut pour un petit Le pen, et ce après avoir lu deux bouts de phrases dans les cahiers du football. A quand Johnny Hallyday et ses optic 2000 critiquant la nocivité des thèses de ce fachos de Sloterdijk?
Il est tout de même un peu pénible qu'un joueur de football qui joue dans un club dont la pharmacie équivalait à trois hôpitaux de province, ait la légitimité de critiquer un philosophe dont l'autorité est reconnue dans les universités étrangères, sous prétexte qu'il porte des lunettes et surtout qu'ils transportent bien plus facilement qu'un scribouillard la facile rhétorique du bon coeur.
Alain finkielkraut s'est largement expliqué sur ces citations qu'un journaliste peu scrupuleux, Sylvain Sipel (dont les publications sur Israël laisse penser à peu d'aménité pour le philosophe) s'est satisfait à reprendre à la louche alors qu'il aurait pu demander à Finkielkraut de s'en expliquer préalablement. Non, le monde a dit que Finkielkraut pensait que "l'équipe de France de football fait rigoler toute l'Europe parce que, aujourd'hui, elle est "black, black, black", que celui-ci se soit expliqué dans diverses émissions de radio, journaux, n'a certainement pas retenu l'attention de ce footballeur de grand talent. Alain Finkielkraut, pendant les "incivilités civiques" de nos banlieues avait rappellé que la France s'était gargarisée, une fois championne du monde, d'être la terre de l'intégration heureuse, de l'harmonieuse osmose entre les communautés sous un même maillot. Peu avare d'autosatisfaction, on n'avait parlé de la France qui gagne, "la France black, blanc, beur", sauf voilà que les exclus se rebiffent et que les donneurs de leçon ne comprennent pas que la France black, black, black, c'est un modèle qui perd et fait doucement rigoler l'europe.

Voilà ce que n'a pas voulu comprendre Lilian Thuram, qui pour le bonheur du monde, trop occupé à détecter les racistes qui sont les lynchés par les lyncheurs, eux mêmes les victimes des lynchés, et qui aurait pu s'en prendre à Kouchner, qui avait pourtant remarqué à peu prés l'inverse du locataire transalpin°.

Espérons que Jérôme Rothen ne diffame pas un jour M.Camdessus, pour son rapport sur l'évasion fiscale, que Lizarazu ne prenne à parti Jean baudrillard ou que thierry Henry, Mr Nike et "prime de match un tiers sur les recettes reversées aux victimes d ela martinique", ne se flatte trop publiquement de l'emprisonnement de Aung San Suu Ky.


°Lilian thuram vit en Italie.
Je vous conseille l'entretien d'A.Finkielkraut l'émission du 26:
http://www.radiorcj.info/reecouter.tpl?-eqemission_archdatarq=60
les écrits de Nietzsche sur la moraline

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter