les démons du métabolisme


L'aquoibonisme du mercredi vingt

21/02/2008 10:38
516 lectures
Après avoir vaguement appris à quoi ressemblaient les longues routes américaines où il est loisible de croiser des "apparitions", comme nous l'enseigne (bonheur de l'abonnement au câble) l'émission "les enquêtes impossibles", je décidais de revisionner l'épisode pilote de Twin Peaks, puis me vint l'idée de recenser tous les personnages en les qualifiant à l'aide d'un adjectif qualificatif précis, tel qu'aurait pu le faire les scénaristes dans leur premier jet. Lucy, "simple et bavarde", etc..., mais à quoi bon? Immobilisé sur le petit canapé à cause de mon pied gauche douloureux, je me suis pris d'intérêt pour le match de football, qui fut intéressant et dont j'entrepris d'en faire un compte-rendu à mon ami juju-du-69, qui ne l'a probablement pas vu. Mais il me semble que nous aurons tout intérêt à nous jeter sur le site d'informations sportives où oeuvrent des techniciens plus compétents. J'ai voulu m'intéresser à l'émission de LCRFrance 3, qui parlait des jeunes, puis cela ne me disait trop rien de partager le vide de nos esprits incultes, j'en souffre déjà assez lorsque je me prends en charge. Puis je savais qu'en suivant ce genre de discussion, cela me soufflerait des paragraphes grincheux que je déverserais sur le forum de leur site internet à la manière d'un consommateur continuellement revêche et insatisfait. Je me suis installé dans le lit, parcourant les dernières pages du troisième chapitre du livre en cours, dont j'ai oublié certains ressorts de la trame.
En m'endormant, je me suis dit que je devrais ouvrir un blog sur ma voisine de bureau. On verra demain.

Quitter Paris

06/04/2007 11:56
326 lectures
Paris, 2000. Pendant qu'une nuée de personnes détendues courent les quais en rollers profitant de la lumière du jour et des chaussées restreintes, une plus large majorité, innombrable, grouille dans ses souterrains, noircis et suffocants. Des milliers de fourmis, rituellement, font tourner la machine, pour qu'une poignée puisse se griser d'être dans un lieu incontournable, "la plus belle ville du monde".

Ne nous-sommes pas demandés : pourquoi ces sacrifices, pourquoi ces privilèges?

Des files moscovites attendent la visite d'un appartement hors de prix, des métros bondés comme à Tokyo vous amènent au métro suivant, les places de parking sont hors la loi et pour vos études, vous devez avoir le budget d'un cadre moyen.

Fucking Paris.

Les démons du métabolisme

07/02/2007 23:32
191 lectures
Je viens de quitter la porte Kirschleger, après deux mois d'études cliniques. J'ai gagné quelques sous, en prêtant mon corps. Je suis un habitué de la Science. Dans ce cas, on testait sur mon "corps sain" des substances et leur degré de toxicité, je n'ai jamais eu trop mal, on a arrêté l'expérience plutôt que prévue. Par contre, la peau de mon bras s'est durcie, je ne reconnais plus, mon petit derme doux imberbe et érogène. Ma copine est partie, je le voyais bien qu'elle s'amusait mieux avec son groupe d'amis, elle riait avec eux, évoquer des choses futiles et moi, j'avais droit aux plaintes et douleurs physiques. J'attendas qu'elle finisse de dormir, en général. Je ne sens plus mes dents, ce n'est pas désagréable.

Je repense à ce russe avec qui je jouais aux échecs chaque jour et ce marocain flambeur qui revenait d'Angleterre où il s'était fait oublié des institutions françaises, il a aiguisé son sens des affaires. Je lui souhaite du succès.

On a résilié mon forfait de téléphone. Une fois que mon argent tombera, je m'achéterais un forfait hors de prix et une petite merveille technologique.

J'ai été contacté. J'appartiens au panel. Je devrais participer à une émission de grande audience, car j'ai une question à poser à un ambitieux ministre. J'aimerais lui dire que les gens ne sont pas assez progressistes pour élire un nabot de 1m68, cocu et d'origine étrangère (sinon je serais président, hé hé). Mais cela ne fait rire que moi, j'ai les lèvres gercées et ce serait douloureux.

Je lui ai dit que j'aimerais partir en Afrique du Sud, j'aimerais aider dans une vaste exploitation agricole de boers, puis, apprendre, avec l'esprit bâtisseur, cultiver l'esprit pionnier, qui nous manque ici, dans notre pays, puis, pourquoi pas ? si la violence se calme là-bas, reprendre une ferme avec des animaux, des potagers et des jardins, des beaux jardins. S'il pouvait me payer le billet d'avion, lui dis-je, je serais content, je voterais pour lui, lui dis-je.



Les salles blanches

08/11/2006 13:42
227 lectures
Huningue, sud-alsace à deux pas de la Suisse.
Une petite entreprise qui s'était lancée dans le nettoyage javelisé en tout genre a profité des possibilités offertes par la concentration du business pharmaceutique pour offrir ses services à cette clientèle particulière mais fortunée. Armée de ces balayettes et serpillières, elle s'occupe désormais du nettoyage des salles blanches.
Les salles blanches sont des pièces propres qui doivent être nettoyées sans cesse pour éviter toute présence microbienne.
De nombreuses personnes ont démissionné, touchées par la légère folie de devoir nettoyer ce qui est déjà propre et dont les résultats du plus blanc que blanc ne se perçoivent pas.



les démons du métabolisme: Le charme des effets secondaires

19/07/2006 15:09
264 lectures
Je perds mes cheveux, indiscutablement, encore une fois lors d'une énième défaite au spider solitaire, je secoue ma tête de dépit et un amas de cheveux morts se déploie sur la table. Je ne m'en fais pas trop, à vrai dire, j'aurais l'air peut-être plus sexy, même, avec mes tempes dégagées, car je ne mesure pas encore combien mes coupes de cheveux avaient quelques décennies de retard sur la norme et la bienséance et que j'ai l'air "ringard-victim" depuis toujours. Ces petits follicules d'acides gras, donc, qui se mêlent aux miettes de mes brioches choky doky (1,39 euros les 8 briochettes au lidl), rejoignant la poussière, me rendaient presque euphorique. J'ai lu, par ailleurs, qu'Amgen allait solliciter trois mille huit cents personnes pour une étude clinique, j'espère que cela va marcher, car on a besoin de nouveaux médicaments, je le sens. Les médecins sont incapables de diagnostiquer mes maladies, parce qu'ils ne connaissent pas les molécules qui vont les guérir. Vivement que les visiteurs médicaux viennent refaire leur éducation à ces trous duc'. Ces petits ignares ne connaissent pas le génie des commerciaux qui sont capable de faire rapporter des milliards pour des médicaments rien qu'en réécrivant l'indication, comme pour le viagra, de panne sexuelle (pas vraiment médicale) à "trouble de l'érection" (nettement plus sérieux pour les disciples d'Hippocrate). J'en ai consommé une fois, de la pilule bleue, non pas pour un problème d'ordre érectile, au contraire, -c'est désagréable ces effets primaires que je ne désirais pas vraiment-, mais pour les accélérations du rythme cardiaque, je dois avouer, j'ai honte, que j'y ai pris du plaisir, c'était intense et doux à la fois. Cet été, je somnole dans mon une-pièce. Ma mononucléose prolongée et mes doigts gourds ne me permettent pas de travailler, ni même de chercher un travail, mon frère et ma mère m'aident financièrement ainsi que quelques études cliniques qui me font rencontrer quelques personnes muy simpatico et mettent du beurre dans mes épinards toxiques.

  • 1 (current)