Grovaro


Ohé, ohé, entraîneur abandonné !

Ce matin, quand on a vu Monsieur Furlan débarquer sur le terrain d'entraînement, on a tout de suite compris que quelque chose n'allait pas. D'habitude, même quand ça ne va pas, il a toujours le sourire, Monsieur Furlan, surtout quand il y a une caméra ou un micro à proximité. Cette fois, il ne souriait pas du tout, il avait même l'air un peu crispé, un peu comme quand on a mal au ventre et qu'on a l'eau courante. Même Edgare qui, d'habitude, n'arrête pas de chambrer, il a senti qu'il devait se tenir sur le carreau. Nous, on s'est demandé pourquoi il faisait la gueule comme ça, puisque, même quand on était mauvais, il était toujours tout gentil avec nous.

http://www.racingstub.com/ressources/photos/009/_min700/pict0774.jpg

Là, il nous a à peine dit "bonjour" qu'il nous a envoyés fissa en séance vidéo. Il nous a repassé la cassette du match contre Amiens et il faut avouer que c'était pas beau à voir. On a tous manqué s'endormir, sauf Monsieur Furlan qui s'est mis à gesticuler dans tous les Sence, en faisant de grands signes avec les mains, et en arrêtant pas de dire qu'on avait été nuls, mais nuls. C'est quand on est arrivé au moment où Abou se fait expulser qu'on s'est rendu compte qu'il n'était pas venu ce matin. Alors, Romain, qui a toujours un portable sur lui, même quand il dort, il l'a appelé pour savoir ce qu'il foutait, parce que, là, on était à l'entraînement et que Monsieur Furlan, il était pas super content après lui. Abou lui a répondu qu'il n'était pas venu, vu qu'il s'était pris un rouge contre Amiens, et qu'il était persuadé qu'il était suspendu automatiquement pour les séances d'entraînement qui suivaient. Là, Monsieur Furlan a étouffé un sanglot et Steph' a levé les yeux en disant : "il faut donc tout lui expliquer à celui-là !". Alors, on a expliqué à Abou que ce n'était pas parce qu'on ne jouait pas au match suivant qu'il ne fallait pas s'entraîner et qu'Edgare, lui, au moins, il venait à l'entraînement, alors qu'on savait qu'il ne jouerait pas le match d'après. Edgare, il était tout surpris d'être montré en exemple, parce qu'il n'avait pas l'habitude.

Monsieur Furlan, il nous a envoyés sur le terrain en nous demandant d'être "sérieux et appliqués". A ce moment-là, Pagalou s'est fâché tout rouge, parce qu'il l'a pris pour lui. Il a même quitté le terrain, en râlant et en disant que c'était pas juste, que personne l'aimait, et qu'il voulait jouer contre les messois, parce que c'était à ces moments-là qu'il était le meilleur. Le problème, c'est quand il a shooté dans un plot : le plot a fini sa course sur Emile qui n'était pas loin. Emile, il s'est effondré subitement, parce que ça avait réveillé une vieille douleur. Alors, Edgare l'a pris sous son bras et l'a conduit à l'infirmerie. Nous, on s'est demandé si c'était pas une manière pour Pagalou d'éliminer la concurrence à son poste. Mais Coco nous a rassurés en disant que, de toute façon, personne ne savait quel était le vrai poste à Johansen. Même pas Monsieur Furlan.

D'ailleurs, celui-ci avait l'air très embêté : il nous a mis en rang et nous a comptés afin de savoir qui pouvait jouer contre Metz. Quand il est arrivé devant Grovaro, il a poussé un gros soupir et a murmuré : "Ce vieux fourbe de Plessis nous a bien eus sur ce coup-là". On a même cru sur le moment qu'il allait se mettre à pleurer. A la fin du petit match d'entraînement, il était tellement désespéré par Eric et par Wason qu'il leur a dit : "Non, mais vous vous croyez au rugby pour balancer la balle au-dessus du but comme ça ?". Alors, pour détendre l'atmosphère, je lui ai demandé s'il n'aurait pas préféré faire entraîneur de rugby, d'autant qu'il avait l'accent qui allait avec. Là, il m'a regardé d'un air bizarre et il m'a dit : "Tiens, bonne idée, j'ai bien envie de me rendre à Cardiff samedi soir !". On l'aime bien, Monsieur Furlan, mais, quand il est fatigué, il commence à faire des phrases et nous, on comprend plus très bien ce qu'il veut dire.
  • 1 (current)