Philippe


Rencontre avec « Big moustache »

02/12/2009 17:24
1.557 lectures
Bon, c'est vrai qu'on n'est pas super forts au foot en ce moment, le racing. Philippe, ça le rend triste. Le pire, c'était après quand on a perdu à Montpellier. Philippe, il s'est fâché et il s'est enfermé dans sa chambre pendant 2 jours. Avec monsieur Herzog, on a tout essayé : «  c'est pas grave Philippe ! 4Ème, c'est déjà pas mal... Et puis, le foot, c'est qu'un jeu ! ». En vin ! Il a fini par ressortir, en marmonnant qu'il en avait marre de perdre toujours et que d'abord, c'était de la triche si le racing perdait : « Si c'est comme ça, j'arrête tout, je veux bien laisser quelqu'un d'autre jouer avec. Ce club, il est tout pourri ! »

Monsieur Herzog, il a passé des coups de fil pour savoir qui avait envie de jouer un peu avec le racing, en expliquant que Philippe en avait marre. Mais bon, personne ne voulait. Enfin, presque. Finalement, y a Léonard Chpechte qui a accepté. Apparemment, il voulait pas trop s'occuper du racing, Léonard. Mais il a signé un papier en fin de soirée, il avait un peu trop bu de bière du racing (ah non, ça existait pas encore... je sais plus alors) et il a pas fait attention. Bref, au début, Philippe était content car il pouvait à nouveau s'amuser avec d'autres jouets qui ne sont pas cassés, eux au moins. Mais Léonard a demandé à Gress de venir. Et Philippe et Gress, ils sont pas vraiment copains d'après ce qu'on raconte. A l'époque, Philippe a fait du foot avec le fils à Gilbert et ils se faisaient jamais de passe alors depuis, les Gress et les Ginestet, c'est pas tip-top...

Au bout de quelques semaines, ça n'allait plus du tout. Gress a dit que Philippe ne faisait rien que lui mettre des planches savonnées dans les roues. Philippe a répondu «  ouh, Gilberte la menteuse, elle est amoureuse !! ». Et Léonard Chpechte, il se bouchait les oreilles en pleurant, il déteste quand les gens se disputent. Philippe, il est devenu tout rouge et a dit à Gilbert que c'était fini. Apparemment, c'est pour ça que Papy Janine est entraineur aujourd'hui.

Mais le racing est toujours aussi pas fort. Alors Philippe, il a dit « ça suffit maintenant, je vends pour du vrai ! ». Hier, il m'a appelé pour aller rencontrer un candidat et il a dit que je ne devais rien dire à personne, car c'était secret. J'adore les secrets ! On a joué aux espions pour aller rencontrer l'acheteur, un anglais. Pour être discrets, Philippe avait donné rendez-vous à Big Moustache (son petit nom) aux bains romains (aucun rapport avec Gasmi y parait) à la piscine de la Victoire. Avec Philippe, on a sifflé la chanson des Gospel Kids, c'était le signal pour retrouver Big Moustache. Quand on l'a trouvé, Philippe m'a demandé de faire le gay pour vérifier que personne ne nous avait suivi. J'ai pas entendu ce qu'ils disaient, mais ils faisaient plein de nombres sur leurs doigts, ouh la la, ça rigolait pas ! Au bout d'un moment, Big Moustache a disparu comme il était arrivé et Philippe m'a rejoint : « C'est bon ! ». Content, Philippe... Moi aussi, mais est-ce que je vais devoir partir maintenant ?!

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/001/big-mousta...
Avec Philippe, à la Victoire, à la recherche de Big Moustache

Foot grave : un automne à la Meinau

C'est rigolo le racing ! Tu le quittes pendant plusieurs mois et rien n'a changé quand tu reviens. Bon, ok, les maillots c'est plus les mêmes. Maintenant, on a un joli bleu roi, y paraît que c'est pour faire plaisir aux supporters. Mais rien n'a changé sinon ! Enfin, presque parce qu'il y a des nouveaux copains à l'entraînement, y paraît que c'est les nouveaux joueurs. Au début, j'étais un peu perdu avec tous ces nouveaux ! Alors j'ai demandé à Guigui Lacour : « dis, copain, c'est qui le méchant crâne rasé qui fait semblant de défendre ? ». Guigui a répondu : « ah, lui c'est Milou Sikimiche, il vient de monté Negro ». J'ai pas tout compris mais bon, c'est ça le racing... Bizarre ce Sikimiche, d'après Guigui, il est encore moins bon qu'Elvis Paisley. Là, j'ai bien rigolé mais apparemment c'est pas une blague.

L'entraînement, ça a pas changé. Ca court dans tous les sens, y a toujours des exercices technico-taquetiques qui veulent rien dire, et surtout, on s'amuse toujours autant. Sauf quand y faut courir sans le ballon. Là, ça rigole moins, « Ca nous rappelle Amfion » m'a expliqué Stéph'. J'ai essayé de comprendre cette histoire d'Amfion mais apparemment c'est interdit d'en discuter.

Le premier jour où je suis retourné à l'entraînement, j'ai pas trop compris qui c'est qui était le coach. « Il est où Monsieur Furlan ? ». Stéph' m'a expliqué que Jean-Marc était parti pour jouer au journaliste sportif sur son skyblog avec sa copine de travers. J'ai demandé à Stéph' : « Mais alors c'est qui le coach ?! ». Il a montré un pépé moustachu et il est reparti faire un 180 avec Régis Gurtner. Le pépé, j'ai cru que c'était un mec à la retraite qui vient voir les entraînements avec ses copains. Sauf qu'il parle pas Alsacien et qu'il râle jamais donc ça doit être vraiment lui le coach. C'est comme ça que j'ai découvert Pépé Janine. C'est rigolo le racing quand même !

Hier matin, je suis arrivé au retard au rendez vous avec Philippe. Tout ça parce que je voulais acheter les croissants à la boulangerie dans le quartier. Et y avait trop trop de monde rassemblé autour d'un vieux pépé qui disait toujours la même chose. J'ai réussi à doubler les gens, j'ai juste entendu le pépé qui disait « Moi, en 1979... ». Quand je lui ai raconté ça, Philippe, il a pas rigolé du tout et a changé sa tête de déprimé en tête en colère. Pas compris pourquoi mais bon, c'est toujours comme ça avec le racing...

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/001/gress-berl...
Le papy de la boulangerie qui raconte ses exploits d'y a super longtemps

Opération Task-force !

Mardi, à l'entrainement, on a fait le "débriefing" du match de Bordo. Le débriefing, c'est une technique très spychologique que Monsieur Furlan adore : on regarde le match à la télé et on doit dire qu'on est mauvais et, comme ça, le coach est content. L'ambiance était tendue, mais on a quand même bien rigolé quand on a vu le tir du petit Kevin en touche. Elvis a rigolé un peu plus fort que les autres et a dit : " Et sinon, quand tu cadres, ça donne quoi ? " Kevin n'a pas aimé et a répondu : " Et toi, quand tu prends pas 3 buts par match, ça donne quoi ?". Les deux se sont levés et ont fait une baston de regard. On les a calmés, fait rassoir, et on a continué à dire qu'on était mauvais.

A la fin de la séance, Quentin au Thon s'est fâché tout rouge. On a été surpris, il avait jamais osé parler jusqu'à présent : " C'est trop zinjuste ! D'accord, contre Mess, on a pas été bons, mais là, c'est de la triche, c'est de la faute à l'arbitre ! ". Monsieur Furlan a soupiré et répondu qu'il ne comprenait pas ce qui s'était passé. Faut dire que depuis que Philippe a été appelé par les services secrets pour cette task-force, il était persuadé que les arbitres allaient nous avantager comme contre Mess. La task-force, c'est un truc qu'on a pas trop compris. L'autre jour, lorsque cette histoire est sortie, le petit Kevin m'a demandé ce qu'était cette task-force. "C'est un truc top secret pour que les arbitres soient plus pour le Racing. Philippe a dit que c'était aussi important qu'un nouveau stade ! Cela a bien marché contre Mess, mais contre Bordo, y a eu un couac...", que j'ai répondu en chuchotant. "Mais faut rien dire, c'est secret ! ". Le petit Kevin a pris un air grave, a hoché la tête et est reparti en vérifiant que personne ne le suivait.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/men-in-black-f...

Y en a un seul qui est content au club en ce moment, c'est Monsieur Herzog. Il est devenu le chef de son village dimanche dernier. Hier, il est passé, tout sourire, à la fin de l'entrainement. Stéph' et Alex Vencel l'ont félicité. Romain et le petit Kevin ont demandé comment ça marchait pour devenir le chef de la ville. Monsieur Herzog a dit que les habitants de la ville mettent un bulletin avec le nom du chef qu'ils veulent dans un isoloir dans une enveloppe dans une urne et celui qui a le plus de bulletins a gagné. Les deux jeunes était étonnés. Romain a rétorqué : "c'est marrant, je pensais que ça marchait comme dans les battle de tecktonik, à l'applaudimètre...". Monsieur Herzog a souri et a demandé à Romain s'il avait voté. "Nan, j'ai pas besoin de désigner un chef ! Mon chef, c'est moi ! ".

Pour préparer le match de Lille, Monsieur Furlan a eu une idée. A la fin de l'entrainement, hier, il est allé parler avec Yac'. " Yac', on pêche au niveau de la benégation ! ", qu'il lui a dit. Yac' a regardé le coach avec un regard façon Rantanplan dans les Lucky Luke : "De la pêche ? Quoi !?" "Mais non, je te dis juste que l'équipe manque de combattivité, alors j'ai pensé faire appel à ton père pour faire une activité karaté avec le groupe, comme après le match de Mess : t'en penses quoi ?" Yac' a répondu par un regard encore plus vide qu'avant et il a bredouillé un truc inodile. Le coach n'a pas eu l'air content, il a foncé les sourcils et est reparti en soupirant. Monsieur Furlan m'a fait de la peine, y doit pas être bien pour faire appel à Cheikh Yacine !
  • 1 (current)