Il était une fois 1922 (1ère partie)

12/05/2005 21:13
320 lectures
L'année 1922 au sein du Racing Club de Strasbourg à travers des anecdotes publiées dans le Bulletin Mensuel du Racing. A cette époque, les joueurs de football sont encore des pionniers et pratiquent leur passion dans des conditions d'un autre temps.
Au cours du mois de janvier 1922 paraît pour la première fois le Bulletin Mensuel du Racing, qui relate les différents événements du club. Les articles sont souvent emprunts de chauvinisme, voire de mauvaise foi, mais toujours animés de la même passion et du même amour pour le club.

Janvier 1922

A cette époque, le championnat de France n'existe pas encore ; de 1919 à 1932 se disputent les meilleures équipes françaises le titre de champion de Région à laquelle elles sont rattachées.
La première partie de saison du Racing est morose : 4 défaites face au FC Mulhouse 93, à Sélestat, à Bischwiller et au Football Club 06 pour 2 nuls face au Red Star et l'AS Strasbourg et une seule victoire contre Lingolsheim.

Le parcours en coupe de France n'est guère réjouissant : après avoir passé 2 tours contre Toul (4-0) puis St Dié (2-0), le Racing est éliminé par l'US Suisse Paris (0-2).
Les meilleurs résultats seront obtenus en matchs amicaux, notamment face au champion lorrain, le CA Metz.

Les plus beau résultats obtenus sont des succès de notre équipe lors de son voyage à Prague. On nous avait prédit une défaite épouvantable. Aussi est-ce avec étonnement que les résultats suivants nous parvinrent. Tels furent les mots du président Belling suite à la première tournée à l'étranger du Racing, en Tchécoslovaquie, lorsqu'il apprit les défaites face au Slavia Prague (1-4) et Vrsovice (1-2) et surtout la victoire sur le SK Nuselsky.

Pour les fêtes de fin d'année 1921, l'équipe se déplace à Paris pour un match amical. En voici le récit :
Le départ à Strasbourg eut lieu avec accompagnement de tous les amis du Racing. On vida plusieurs bouteilles de champagne dans le train pour fêter la Saint Sylvestre. A l'arrivée, une promenade à travers Paris a délassé les joueurs de la trop grande tranquillité du trajet.
Le 2 janvier, les nôtres se trouvèrent en présence des champions parisiens. Le temps déplorable gêna tout le cours du jeu. Olympique commença avec une effroyable rapidité et notre gardien de but avait toutes les peines du monde d'arrêter la balle. Mi-temps : 0-0
Il commença à pleuvoir, le vent soufflait plus fort. Les nôtres qui jouait contre le vent avaient un fort désavantage.
Olympique marqua alors rapidement 4 buts. Cependant, un fait certain et reconnu, plusieurs de ces buts ne sont pas tout à fait réguliers d'après les règlements ; l'équipe olympique fut favorisée, la nôtre déprimée (mauvaise foi, quand tu nous tient !!!)
Le résultat fut 7-0 pour les Parisiens. Malgré ce nombre énorme de buts, il a été reconnu que le beau jeu du Racing fut pour le moins égal à celui de l'adversaire. Ouf, l'honneur est sauf !


Février 1922

Le seul grand événement du mois de janvier est la visite dont nous avons été honoré du FC La Chaux-de-Fonds. On aime à voir les Suisses, nos sympathiques voisins.
Plus de 3000 personnes ont assisté au match. Nos amis du FC La Chaux-de-Fonds nous ont montré un jeu de grande finesse technique sans aucune brutalité. Leur victoire 4-2 est bien méritée.


L'équipe alignée côté Racing est
Equipe

Les journalistes devaient s'amuser avec les noms de joueurs !!

Suite à un litige avec l'AS Strasbourg, concernant un joueur que l'ASS essaie d'attirer, est rédigée une proposition de convention entre les 2 clubs interdissant pendant 3 ans aux joueurs de football d'un club de venir jouer dans l'équipe de l'autre.


Mars 1922

En championnat, les résultats s'améliorent un peu : le Racing décroche le nul face au Red Star et surtout bat le leader, Sélestat.
Les joueurs partent aussi faire un match amical à Belfort dans des conditions incroyables, sur un terrain impraticable, recouvert par 40 cm de neige.

Alors que certains supporters s'échauffent sur les terrains d'Alsace, le président Belling rappelle à nos membres de modérer leurs nerfs. Un beau jeu demande à être applaudi, toutes les décisions de l'arbitre doivent être respectées, même si l'arbitre fait une faute, ce n'est pas une raison pour crier et faire du vacarme. Nous prions les gens trop bruyants ou poussant l'amour de leur club jusqu'à un fanatisme désespéré de rester chez eux.

A suivre


Source : Bulletin Mensuel

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 41 lectures · Premier message par rcsforever · Dernier message par jeanclaude

Commenter

Flux RSS Le stublog de jeanclaude : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...

jeanclaude

Voir son profil complet

Archives

2007

2006

2005