25 octobre 1997 : Rennes-RCS : 3-1

15/05/2005 17:52
246 lectures
Après la brillante victoire face à Liverpool en coupe de l'UEFA, les Strasbourgeois retrouvent le quotidien du championnat. Mal en point en ce début de saison, un déplacement déjà capital à Rennes les attend.
Au soir de la 11e journée, le Racing encaisse sa 5e défaite de la saison en à peine 11 matchs de championnat, après son déplacement perdu à Châteauroux (0-2). Le club se traîne à une 14e place peu glorieuse, le spectre de la relégation faisant déjà son apparition alors que les Strasbourgeois n'ont qu'une marge de 2 points sur le 1er reléguable, Rennes. Des échéances importantes se profilent, la réception du dernier de la classe, Cannes, le déplacement à Rennes et surtout la confrontation attendue face au géant européen Liverpool. Bernard Gardon, le manager sportif du club, annonce ni plus ni moins que les joueurs devront prendre les 6 points au cours des 2 prochaines journées de championnat.

Depuis le début de la saison 97/98, les Strasbourgeois alternent le meilleur et le moins bon : brillants contre Metz en championnat et irrésistibles en Coupe de l'UEFA face aux Glasgow Rangers, ils sont plus généralement en difficulté en championnat, comme lors de la lourde défaite face au PSG à domicile (0-3). Ils parviennent néanmoins à remplir la première partie du contrat lancé par Bernard Gardon en battant laborieusement une équipe de Cannes aux aboies à la Meinau. Le match suivant, en Coupe de l'UEFA face à Liverpool, sera bien plus brillant. Les Reds quittent Strasbourg avec 3 buts dans la valise. Pourtant, ces deux victoires d'affilée ne lèvent pas les doutes sur les capacités des racingmen et ce déplacement important à Rennes s'annonce pour le moins délicat.

Pour ce match à Rennes, l'entraîneur strasbourgeois, Jacky Duguépéroux, semble vouloir accorder sa confiance aux 11 joueurs vainqueurs de Liverpool. Seul Dacourt, expulsé à Châteauroux, est d'ores et déjà forfait. Duguépéroux affirme que "lui seul (Dacourt) sera remplacé. Les dix autres ne bougeront pas. Certains joueurs ont profité des absences pour se mettre en évidence. Il n'y a aucune raison de leur retirer leur place. Les suspendus (Kinet, Nouma et Ismaël) se sont punis d'eux-mêmes en ratant la victoire contre les Reds. Maintenant, ils doivent se battre pour retrouver leur poste de titulaire." Mais les forfaits de dernières minutes de Suchoparek et Zitelli l'obligeront à modifier cette équipe : c'est logiquement qu'Ismael vient se positionner en défense et que Nouma épaule en attaque Conteh, buteur cette semaine-là face aux Reds. Du côté breton, la situation n'est guère plus réjouissante : la défense est une véritable passoire et les Rennais occupent une place de reléguable. Mais leur entraîneur, Guy David, espère ouvertement une victoire face aux tombeurs des Reds qui permettrait à ses joueurs de revenir sur les talons du Racing au classement.

Au cours de ce match, les Strasbourgeois ont été malmenés pendant toute la 1ère période. Les vagues d'assaut rouges et noires cantonnent les Strasbourgeois devant leur but, jusqu'à la 16e minute, lorsque les Rennais ouvrent logiquement le score : Goussé qui fustige toute la défense sert Bigné qui reprend d'une volée victorieuse ce centre au point de pénalty. Le Racing, qui reste sans réaction, encaisse après 28 minutes un 2nd but : Bigné sert Darcheville, dont le centre est repris par Goussé. Trois minutes plus tard, le Racing va complètement explosé : Baticle détourne un centre de l'Allemand Weiser dans ses propres filets. Le malheureux capitaine inscrit un but contre son camp mais le tableau d'affichage est cruel : 3-0, la messe est dite. Peu avant la pause, Philippe Raschke paiera les frais de cette déroute et Duguépéroux le remplacera par Yannick Rott. Les joueurs regagnent les vestiaires sur ce score lourd mais logique, les Rennais peuvent se contenter d'attendre les Strasbourgeois en seconde mi-temps.

Le Racing prend alors le jeu à son compte mais sans véritable génie. Kinet parvient néanmoins à marquer son 1er but sous les couleurs strasbourgeoises à la 61e minute, d'une frappe enroulée du gauche qui file dans la lucarne. Les Strasbourgeois tentent de revenir au score mais restent sous la menace des contres rennais. Peu à peu, les esprits s'échauffent, Nouma se frictionne avec Brinquin, apparemment coupable de lui avoir craché dessus. Nouma craquera complètement à la fin du match en adressant un bras d'honneur au public rennais qui n'a de cesse de le chambrer. La sanction de M. Lhermite tombe, carton rouge, déjà le 3e de la saison pour Nouma. Les deux équipes se quittent sur ce score de 3-1 pour les Rennais, les Strasbourgeois n'ayant visiblement pas récupéré de leurs efforts face aux Reds.

Au soir de cette 13e journée, la crise pointe son nez à Strasbourg : les joueurs qui sortent d'une saison remarquable en championnat ne peuvent déjà plus rien espérer de ce championnat, si ce n'est assurer le maintien le plus rapidement. Et Bernard Gardon ne cesse de répéter à qui veut l'entendre qu'un gros renfort – du calibre de Ravanelli à l'OM (sic) – devrait prochainement débarquer pour prendre le rôle de meneur de jeu...

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter

Flux RSS Le stublog de jeanclaude : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...

jeanclaude

Voir son profil complet

Archives

2007

2006

2005