27 janvier 1960 : Limoges-RCS : 8-0

17/05/2005 21:38
339 lectures
La débâcle : ce mercredi après-midi, au stade municipal de Limoges, le Racing subit la défaite la plus cuisante de son histoire en première division.
La saison 59/60 est déjà bien avancée lorsque les Strasbourgeois se déplacent à Limoges pour le compte de la 25e journée. En ce début d'année 1960, le Racing est mal en point : 18e au classement et sort de trois défaites d'affilée face à Rennes, le Racing Paris et Lyon. Le spectre de la relégation, deux ans après la remontée en première division, est déjà bien ancré dans l'entourage du club. Face à cette situation apparaissent déjà les premières critiques : le recrutement à l'intersaison est jugé insuffisant et la tactique prônée par l'entraîneur tchèque Pépi Humpal est décriée faute à une défense trop perméable. Une lourde défaite déjà subie au mois d'octobre à St Etienne (3-7) aurait dû être la sonnette d'alarme.

Avant ce match, Limoges jouent certes les premiers rôles en championnat mais n'est pas reconnue comme une équipe redoutable. Leurs résultats sont acquis sans génie, la défense est leur point fort alors que leur attaque est peu efficace : 29 buts marqués en 24 matchs pour 20 buts encaissés.

La composition strasbourgeoise :
Equipe


Du côté limougeaud, on note la présence du gardien de but international François Remetter, alsacien de surcroît. L'homme dangereux de cette équipe est l'attaquant Paul Sauvage. Celui-ci devriendra international en 1961 après avoir rejoint les rangs du Stade de Reims.

A 12h30, sous un ciel chargé de nuages, l'arbitre du match, M. Bois siffle le coup d'envoi de la rencontre. Les spectateurs sont peu nombreux pour cette affiche bien pâle: la population ouvrière de Limoges a d'autres priorités en cette saison hivernale que de payer pour assister à un match de football.

Les Alsaciens entament le mieux cette partie. Ils multiplient les frappes dès les premières minutes et mettent à contribution le gardien Remetter qui effectue un sans-faute. Mais le jeu dans l'ensemble manque de qualité et les joueurs privilégient les tirs de loin aux actions construites. Strasbourg poursuit sa domination sur une équipe de Limoges repliée en défense et aurait pu prendre l'avantage en l'espace de cinq minutes, suite à tir sauvé sur sa ligne par Kowal et une frappe sur la transversale signée Nabat.

A la 18e minute, suite à un coup franc tiré par Sauvage, Cornuel fusille à bout portant Djolakian, le gardien strasbourgeois et ouvre la marque contre le cours du jeu. 45 secondes plus tard, Duc, signalé en position de hors-jeu par l'arbitre de touche, s'élance vers le but strasbourgeois et est fauché par Haan. M. Bois lui accorde un penalty. Les esprits côté Racing s'échauffent mais l'arbitre reste sur sa position. Sauvage ne manque pas l'occasion pour porter le score à 2-0. Le capitaine Haan, furieux, ne cesse de protester contre la décision de l'arbitre, qui finira par le renvoyer au vestiaire à la 23e minute. Le défenseur bulgare Miziaszek sonne la rébellion strasbourgeoise, les joueurs menacent de quitter le terrain. Seul l'entraîneur Humpal parviendra à les ramener à la raison. Mais à 0-2, réduits à 10, la tâche s'annonce impossible.

A la 27e minute, Limoges bénéficie d'un nouveau coup franc. Sauvage, impériale sur les coups de pied arrêtés, trompe directement Djolakian. 3-0. Le score reste inchangé jusqu'à la mi-temps, malgré les nombreuses occasions de part et d'autre.

Le premier quart d'heure de la seconde mi-temps est insipide. Une nouvelle décision de l'arbitre finira par achever des Strasbourgeois épuisés et résignés : à la 59e minute, Tivoli se voit refuser un but pour hors-jeu. Peu après, en l'espace de 15 minutes, trois coups francs parmi ceux innombrables tirés par Sauvage permettent à Hatchi par 2 fois et à Duc de mener 6-0.

Le match devient sans intérêt tant Limoges malmène cette équipe du Racing abattue et déjà les spectateurs quittent en nombre le stade. Deux derniers buts seront marqués par Hatchi et Konrady dans l'indifférence générale, sous les yeux médusés de Strasbourgeois inertes.
Le naufrage côté Racing est collectif et le renoncement de la part des joueurs est aussi coupable que les défaillances individuelles. Quant à Edmond Haan, il envisage un instant de mettre un terme à sa carrière suite à cette débâcle.

Au soir de cette 25e journée, le Racing pointe à la 18e place et les espoirs de maintien sont bien maigres. Le club ne bougera plus de cette place jusqu'au terme de la saison et sera logiquement relégué.

RangEquipePJVNDBPBCGA
1Reims6038268410946+63
2Nimes533822977843+35
3RC_Paris49381911811856+62
4Monaco4538197127045+25
5Toulouse4438196137461+13
6Lens4438188125557-2
7Le_Havre42381512116368-5
8Valenciennes4038168146560+5
9Nice4038176157174-3
10Limoges383814101446460
11Sedan373812131362620
12ST_Etienne36381212146265-3
13Angers36381310156067-7
14St.Francais3438146185970-11
15Rennes3338137184759-12
16Lyon31381011174152-11
17Sochaux2738811194067-27
18Strasbourg253897225592-37
19Toulon253897225085-35
20Bordeaux2138772452102-50



Fiche :
27.01.60 : Limoges-RCS : 8-0
Stade municipal, 3 911 spectateurs
Arbitre : M. Bois
Buts: Cornuel (18e), Sauvage (19e sp, 27e), Konrady (60e, 85e), Duc (71e), Hatchi (72e, 75e)
Limoges: Remetter - Loiseau, Kowal, Tholon – Cicci, Delcampe – Cornuel, Konrady, Hatchi, Duc, Sauvage. Entraîneur: P. Flamion
RCS : Djolakian – Miziaszek, Hauss, Kazmarek – Ocwarzak, Nabat – Rustichelli, Tivoli, Koza, Hann, Tison. Entraineur : P. Humpal
Expulsion : Haan (23e)

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter

Flux RSS Le stublog de jeanclaude : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...

jeanclaude

Voir son profil complet

Archives

2007

2006

2005