Le stublog de jeanclaude







Coupe des Villes de Foires 1964-65 (6)

07/09/2006 10:30
368 lectures
8e de finale face au FC Barcelone :

Le matche retour: Barcelone - RCS: 2-2

En ce mois de février, les Strasbourgeois retrouvent un peu de chaleur lors de ce déplacement en Espagne. Surtout, 75 000 spectateurs sont venus soutenir leurs protégés, déjà de quoi impressionner n'importe lequel Strasbourgeois.

Frantz fait confiance aux joueurs qui ont participé au matche aller et aligne la même composition. A Barcelone, seul Re remplace poste pour poste Fuste.

Dès le coup d'envoi, Barcelone met la pression sur son adversaire. Mais rapidement, Hausser libère les siens et ouvre le score à la 15e minute, sur une frappe des 16 mètres qui laisse Sadurni sans réaction. Les Strasbourgeois sont euphoriques l'espace d'un instant et mènent le jeu. Mais pour une courte durée, le Barça, à ce moment éliminé, se doit de réagir, tout en restant vigilant face aux contres dangereux. La défense strasbourgeoise souffre, tout le monde s'attend à ce qu'elle craque. Acculé dans sa surface le Racing ne franchit plus la ligne médiane. C'est avec soulagement que la mi-temps est sifflée, Kaelbel, une fois de plus, a été impérial pour contenir les assauts espagnols.

A la reprise, les avants barcelonais reprennent leur travail de sape qui finit par payer. A la 50e, suite à un corner de Rife, Benitez propulse le ballon au fond des buts de Schuth. 1-1, rien n'est joué. Le Barça continue sur sa lancée, les Strasbourgeois sont un peu minés et se demandent comment ils se sortiront de ce guêpier. La solution vient d'un contre, lorsqu'à la 71e minute Gress sert idéalement Farias qui redonne l'avantage au Racing, se faisant ainsi pardonner sa piètre performance à l'aller. Pour essayer de se mettre à l'abri, les Strasbourgeois pressent haut les Espagnols et dégarnissent leur défense. La fin approche, le Racing se dirige droit vers les ¼ lorsque Seminario offre l'égalisation aux siens à la 90e.

Avec ce nouveau nul, les deux équipes sont à égalité parfaite : les buts marqués à l'extérieur ne comptent pas comme aujourd'hui, un matche d'appui sera nécessaire pour départager les 2 équipes.

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Barcelone :
Equipe



Le matche d'appui: Barcelone - RCS: 0-0 ap

Le Racing d'apprête à vivre 90 nouvelles minutes difficiles. L'entraîneur Paul Frantz innove et fait un choix tactique : Kaelbel, pourtant irréprochable, est laissé de côté, et Stieber prend sa place dans l'entre-jeu, histoire de muscler le milieu strasbourgeois.

Les Strasbourgeois tiennent bon les 90 minutes et les prolongations, ils décrochent un nouveau matche nul. La décision se fera au tirage au sort: au jeu du pile ou face, l'entraîneur strasbourgeois est le plus fort. Frantz décide du côté de la pièce, Hauss le capitaine, se contente de relayer son choix. Et la chance est de leur côté, le Racing réalise un nouvel exploit et se qualifie pour les ¼ de finale !

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Barcelone :
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (4)

06/09/2006 18:03
315 lectures
Matche retour: RCS - FC Bâle: 5-2

La Meinau est bien vide pour ce matche, un peu plus de 5000 personnes y assistent. Il est vrai qu'après avoir accueilli les Milanais, les Bâlois font pâle figure.

En moins d'une ½ heure le Racing assure sa qualification. Farias, sur un service de Szczepaniak, tire à ras de terre dans le coin gauche (1-0, 13e). Sbaiz intercepte une balle, accélère sur 25 mètres et frappe en pleine lucarne (2-0, 21e). Les Strasbourgeois, qui se relâchent après ce but, trembleront une première fois, lorsque Frigerio réduit le score sur pénalty (2-1, 22e). Hausser redonne de l'air après un centre de ce même Szczepaniak (3-0, 28e). Les Suisses n'abdiquent pas et Blumer leur redonne rapidement espoir, après une bourde de Schuth, lui qui est si irréprochable depuis le début de l'aventure (3-2, 35e).

A la reprise, Hausser finit d'achever les Suisses, sur une erreur du gardien bâlois (4-2 52e). Szczepaniak, qui a été très altruiste depuis le début, est lui aussi récompensé en marquant de volée le dernier but sur une passe de Hausser (5-2, 83e).

Le Racing passe un nouveau tour après avoir réalisé un matche plein ; alors que les défenseurs peuvent être salués pour leur prestation face aux Milanais, les attaquants ont su cette fois faire la différence.

La fiche

Strasbourg:
Equipe


Bâle:
Equipe

"Trésor de l'Ouest"

16/03/2006 16:00
371 lectures
Pour la Chine, le Tibet est depuis toujours une dépendance chinoise, la question tibétaine n'est pour eux qu'une affaire interne. Pour les résistants tibétains, le Tibet est un pays indépendant agressé par les envahisseurs chinois. Petit retour sur l'histoire de cette région...

Lire la suite...




Coupe des Villes de Foire 1965-1966 (3)

14/09/2006 18:54
649 lectures
Le matche d'appui : Milan AC - RCS: 1-1 ap

La rencontre est marquée par un événement d'avant matche assez incroyable de nos jours ! La veille de cette rencontre européenne, l'équipe de France dispute un matche qualificatif pour la Coupe de Monde 66 à Marseille face au Luxembourg. Deux Strasbourgeois ont été appelés, Schuth, remplaçant en sélection, et Hausser, qui dispute l'intégralité de la partie. Ces deux-là doivent rejoindre leurs coéquipiers à Milan pour y disputer ce matche d'appui. Ils sont deux titulaires indiscutables au sein de l'équipe strasbourgeoise, tout le monde compte sur eux, même si Hausser a déjà 90 minutes dans les jambes.
En ce dimanche matin, ils gagnent Paris d'où doit s'envoler leur avion pour l'Italie. Mais les conditions météo sont exécrables, leur avion part en retard. Il n'atterrit à Milan qu'à 14h15 alors que le coup d'envoi doit être donné à 14h30. Les Milanais font preuve d'un fair-play remarquable, ils acceptent de repousser le coup d'envoi et dépêchent un dirigeant à l'aéroport pour récupérer Schuth et Hausser. Le chemin du retour est épique, ils se changent dans la voiture qui grille tous les feux rouges au passage. Arrivés à San Siro, ils sont envoyés directement sur la pelouse, la partie peut commencer !

Les Strasbourgeois sont encore abasourdis par cette mésaventure, les Milanais ne se font pas prier pour mettre la pression d'entrée. Merschel effectue un premier sauvetage devant Fortunato, puis Schuth à peine arrivé sur la pelouse doit montrer toute sa classe pour repousser les assauts milanais. Au cours de cette mi-temps le Racing reprend du poil de la bête, la rencontre s'équilibre, même si Hausser encore émoussé manque une belle action suite à une erreur de Maldini. A la mi-temps, le score est inchangé, toujours 0-0.

A la reprise, Hausser prouve qu'il ne s'est pas fait attendre pour rien. Il effectue une course de 60 mètres, dribble la défense milanaise et se présente face au but, malheureusement sa frappe est trop enlevée. Une belle action entre Amarildo et Angelillo se termine par le premier but pour les Milanais. Ce dernier est même proche du doublé lorsqu'il frappe la transversale. Gress lui réplique rapidement et en fait de même rapidement en frappant de la tête un corner de Hausser, le ballon ricoche sur la barre. La pression strasbourgeoise s'intensifie et c'est Szczepaniak qui sauve les siens de la tête. Décidément, la victoire a du mal à se dessiner entre les 2 équipes.

Vient alors le temps des prolongations. Le Racing continue sur sa lancée mais sa domination est stérile. Hausser croit bien pouvoir être le héros du matche mais sa frappe violent vient une nouvelle fois mourir sur la transversale. Plus rien n'est marqué, il va falloir procéder au tirage au sort du vainqueur.

Au pile ou face, Hauss est le plus chanceux. Etrangement, il y alors un second tirage effectué par Hauss : l'arbitre présente deux billets au capitaine strasbourgeois, son choix sera alors décisif. Il tire un papier, le mauvais, et on peut lire la déception sur son visage : les Milanais sont déclarés vainqueurs. Plus chanceux à ce jeu face à Barcelone, le Racing est cette fois-ci éliminé de manière tragique...

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Milan :
Equipe

Coupe des Villes de Foire 1965-1966 (2)

14/09/2006 18:22
508 lectures
Le matche retour : RCS – Milan AC : 2-1

On se souvient que la saison passée, le Racing s'était imposé 2-0 face aux Milanais, malgré la défaite 1-0 en terres italiennes, l'espoir d'une qualification est permis.

Les deux équipes se retrouvent donc un mois après à la Meinau. Kaelbel blessé à l'aller fait son apparition dans le 11 de départ, au détriment de Piat. Côté italien on note pas moins de 6 changements.

Les Strasbourgeois sont les plus vaillants à l'entame de la partie. Mais les Milanais se procurent les meilleures occasions, tout d'abord Benigni à la 5e minute dont le tir frôle le cadre, puis Sormani qui frappe la transversale sur coup franc. Le Racing reprend la possession de la balle mais les Italiens, qui attendent des possibilités de contre, ne laissent rien passer en défense. Seul le danger peut venir de frappes lointaines. Gress s'y essaie à la demi-heure de jeu, imité par Stieber dont le tir heurte le poteau gauche.

En seconde mi-temps, alors que les 2 équipes se sont maîtrisées depuis le début, les Milanais à nouveau ouvrent les débats. Schuth stoppe une première frappe de Fortunato. Malheureusement il ne peut que s'incliner face à Benigni qui reprend un bon centre de Grossetti. Menés 1-0, les Strasbourgeois ont 30 minutes pour inscrire 2 buts à cette solide défense italienne. Szczepaniak est le premier à montrer la voie : sa percée parmi la défense italienne est irrégulièrement stoppée, l'arbitre désigne le point de pénalty. Le capitaine Hauss ne se fait pas prier pour ramener les deux équipes à égalité. Bien porté par les 21000 supporters strasbourgeois, le Racing pousse pour mettre ce 2e but tant espéré. Mais le temps ne cesse de s'écouler... Dans les dernières minutes du matche, un long centre de Devaux atterrit sur Farias qui, d'une tête plongeante, crucifie le gardien milanais. C'est l'euphorie, le Racing a refait son retard !!! Lors de la dernière minute, Szczepaniak est à deux doigts de donner la qualification à son équipe mais sa tête n'est pas assez appuyée. Le Racing manque de peu l'exploit.

Sur les 2 rencontres, Strasbourgeois et Milanais sont à égalité 2-2. La règle des buts marqués à l'extérieur, heureusement pour le Racing, ne compte pas, il faudra disputer un matche d'appui en Italie, après que Trappatoni a remporté le tirage au sort.

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Milan :
Equipe

Coupe des Villes de Foire 1965-1966 (1)

12/09/2006 23:13
486 lectures
1er tour face au Milan AC

Le contexte :

Le Racing, classé 5e à l'issue de la saison 1964-65, retrouve pour la seconde année consécutive la compétition européenne. En ce début de saison 1965-66, le Racing se situe à une 8e place, après un bon début en championnat.

Le Milan AC s'est qualifié en terminant vice-champion d'Italie. Le sort a voulu que ces deux équipes se retrouvent à nouveau en ce 1er tour. Vexés par leur élimination face au Racing la saison passée, les Italiens comptent bien prendre leur rechange.

L'homme à surveiller côté italien sera incontestablement le meneur de jeu Giovanni Rivera, absent face au Racing en 1964. Rivera a connu une carrière impressionnante, tant en Italie que sur la scène internationale. Alors qu'il a joué la quasi-totalité de sa carrière avec le Milan AC, il fait ses débuts dans le Calcio en 1959, à tout juste 15 ans (!!!) avec son club formateur Alessandria. Il rejoint Milan à 16 ans, remporte un premier championnat en 1962 puis la coupe des Champions en 1963. Il est au sommet de sa gloire en 1968 : un second Scudetto, la coupe des Coupes et le Champion d'Europe des Nations avec l'Italie. En 1969, il gagne une seconde coupe des Champions, la coupe Intercontinentale. Sa saison est logiquement récompensée par le Ballon d'Or. Il ajoute une nouvelle coupe des Coupes en 1973 et la perd en finale en 1974. Son dernier titre est un 3e Scudetto remporté en 1979. Il a disputé 501 matches dans le Calcio avec Milan pour 122 buts.
Le seul titre qu'il lui manque est la coupe du Monde qu'il manque de peu en 1970, en finale face au Brésil. En tout il porta 60 fois le maillot italien pour 14 buts.

Le matche aller : Milan – RCS : 1-0

Kaelbel blessé doit déclarer forfait. Le reste de l'équipe a peu changé par rapport à la saison passée, comme à Milan où Rivera est le seul véritable changement.

La partie est très vite intense, Hausser frappe le poteau dès la 16e minutes. Peu après, à la 19e, Szczepaniak échoue de peu, alors que le public milanais voyait déjà la balle au fond des buts. Les débats sont équilibrés et le Racing fait bonne figure. Mais ce sont les Italiens qui ouvre le score peu avant la pause, par l'intermédiaire de Fortunato.
En seconde mi-temps, Piat, à 2 mètres des buts milanais, est fauché par derrière par Trebbi mais l'arbitre ne réagit pas. Le Racing ne parvient pas à refaire son retard même si le nul aurait été mérité. Déçus les Strasbourgeois peuvent tout de même quitter San Siro en espérant accrocher les Milanais à la Meinau.

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Milan :
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (8)

12/09/2006 22:22
1.286 lectures
Le matche retour: Manchester - RCS : 0-0

8 jours après leur déroute subie à la Meinau, les Strasbourgeois n'ont plus grand-chose à espérer. Remonter 5 buts à cette équipe est mission impossible. L'objectif consistera à ne pas se ridiculiser une seconde fois. Franz effectue quelques changements : Sbaïz remplace Hauss en défense et Biernat prend la place de Heiné en attaque.

Les Red Devils sont bien décidés à remporter cette seconde manche, les 5 premières minutes du matche sont difficiles pour le Racing. On note quelques actions de chaque côté, la 1ère alerte est à l'actif du Racing mais Merschel ne trouve pas les 2 avants biernat et Hausser dans la surface. Crerand réplique d'une lourde frappe mais Schuth est attentif. Merschel, à l'origine de la seconde occasion strasbourgeoise, sert Biernat, celui-ci tergiverse et manque l'immanquable. Puis Herd, coup sur coup, tente une volée en vain, puis sert Best qui manque de marquer. La domination est anglaise, le Racing procède par contre. Surtout Schuth est impérial dans ses cages et sauve son camp successivement devant Herd, Stiles et Crerand.

A la fin du matche, le Racing décroche un nul très satisfaisant, J. Schuth a été l'homme du matche, même si ses coéquipiers se sont battus sur chaque ballon, respectant à la lettre les consignes de Frantz. Peu d'équipes ont cette année-là décrocher le nul à Old Trafford, le Racing peut ainsi quitter cette compétition européenne la tête haute, de manière fort honorable.

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Manchester :
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (7)

11/09/2006 21:51
685 lectures
1/4 de finale face à Manchester United

Le contexte

Après le Milan AC, le FC Bâle et le FC Barcelone, le Racing ne pouvait tomber que contre un gros client, il s'agit des Anglais de Manchester United.
Contrairement à leurs prédécesseurs, le Milan et Barcelone, leur palmarès international est encore vierge, néanmoins, au cours de leurs 3 précédentes participations, ils ont manqué de peu la finale: 1/2 finalistes en coupe des Champions en 1957 et en 1958 et 1/4 de finaliste de la coupe des coupes en 1964.

Mais après 5 championnats et 3 coupes glanés sur leurs terres, les Mancunéens montent en puissance tant en Angleterre qu'au niveau européen. Ils finiront d'ailleurs champion à la fin de cette saison 1965 et éliminés de justesse face aux futurs vainqueurs, les Hongrois de Ferencvaros, en coupe d'Europe. Surtout cette équipe sert de base à la formation qui remporta la coupe des champions en 1968, premier titre européen des Red Devils. On retrouve aussi deux joueurs qui battent l'Allemagne en finale de la Coupe du Monde en 1966, Charlton et Stiles.

Bobby Charlton, justement, est la star de cette équipe. Ce milieu, très porté vers l'avant, est professionnel depuis l'âge de 18 ans, il effectue toute sa carrière à MU. Il y remporte 3 championnats et la prestigieuse coupe des champions. Il dispute pas moins de 752 (!!!) matches avec MU pour 247 buts. Sélectionné à 106 reprises, il est recordman de buts en sélection (45) et participe grandement à décrocher la seule coupe du Monde anglaise en 1966. Cette même année, il est le second anglais sacré Ballon d'Or.

Le matche aller: RCS - Manchester : 0-5

MU aligne ni plus ni moins que 11 internationaux. Le Racing, lui, doit se priver de son buteur, J. Farias, blessé.
Avant le coup d'envoi, les joueurs s'opposent au choix tactique de leur entraîneur, P. Franz, vexé, les laisse libre de toute consigne. Bien mal leur prit...

Les Strasbourgeois essaient dès le début de prendre le matche à leur compte, Gress qui remplace poste pour poste Farias se montre dangereux dès la 5e minute. Les Red Devils laissent venir, profitant de quelques contres. A la 11e minute, Herd échoue mais on sent que la rencontre a changé de cours.
A la 18e Schuth sauve son camp devant Connelly, mais pas pour longtemps. Une minute plus tard, ce même Connelly ne manque pas le cadre lorsque Herd centre de la droite: Schuth est battu pour la première fois de la soirée.
Le Racing tente de réagir dans la foulée: Gress et Szczepaniak sont les plus dangereux, Heiné frappe de loin sans inquiéter Dunne, Merschel sur un corner de Hausser met en danger le gardien adverse qui relâche sur Hauss. En vain !
Côté mancunéen, Herd sème le trouble dans la défense alsacienne. D'abord à la 39e minute. Puis ses efforts sont rapidement récompensés, il double le score à la 40e, sur un centre de Charlton, il fusille Schuth. 2-0 à la pause, le Racing n'est pas verni...

Les Strasbourgeois ne sont pas pour autant résignés, à la reprise ils se ruent à l'attaque par l'intermédiaire de Szczepaniak et Gonzales. Mais leurs attaques sont stériles et du côté anglais, Charlton, l'homme du matche, fait un malheur sur son aile droite. Sur un de ses nombreux centres, Law marque le 3e but. 10 minutes plus tard, Charlton remporte son duel face à Schuth et corse l'addition: 4-0. Les Strasbourgeois continuent à jouer mais n'inquiètent plus que très rarement la défense adverse. Au contraire, Law scelle le score à la 88e minute et enfonce le Racing avec ce 5e but.

La défaite est lourde même si le Racing n'a pas démérité. Mais Mancheste r évolue une classe au-dessus.

La fiche

Strasbourg:
Equipe


Manchester:
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (5)

07/09/2006 10:29
271 lectures
8e de finale face au FC Barcelone :

Le contexte :

Héroïque face au Milan AC et après un tour à sa portée face à Bâle, le Racing hérite d'un gros morceau : Barcelone. En 1965, les Espagnols ont déjà écrit une partie de leur légende : 8 titres de champion d'Espagne, 15 coupes du Roi et déjà 2 coupes des Villes des Foires acquises en 1958 et en 1960, ainsi que 2 finales perdues en coupe des Champions (en 1960 face au Benfica) et en coupe des Villes de Foires (en 1962 face à Valence).

Les Barcelonais se sont qualifiés pour cette compétition en finissant 2e de la dernière Liga et ils ont surtout une revanche à prendre en coupe d'Europe après leurs deux échecs consécutifs en 63 et en 64, éliminés précocement au 2e tour.

La star vieillissante de l'équipe est Sandor Kocsis, l'attaquant qui brilla à la pointe de l'équipe hongroise dans les années 50, vice-champion du monde et meilleur buteur lors de la coupe du Monde 1954. A Barcelone depuis 1957, il a grandement participé à contrarier la domination du grand rival madrilène.

De la finale perdue en 1960 subsistent, outre Kocsis, Verges et Garay.


Le matche aller : RCS - Barcelone : 0-0

Le matche se déroule en plein hiver, la pelouse est enneigée. Barcelone s'est déplacé avec son équipe-type, truffée d'internationaux.

Même si les Espagnols se montrent les plus en jambe, le Racing se crée les meilleures occasions : après un contre de Gress, Szczepaniak manque le cadre, malheureusement imité par Hausser. A la 15e minute, Devaux sauve son gardien qui ne peut maîtriser une balle dangereuse. Farias, peu en forme, manque plusieurs occasions franches. Barcelone parvient à marquer mais le but est logiquement refusé suite à une faute de main. Hausser continue à distribuer de bons ballons, sur l'un d'eux Sadurni est tout heureux de voir Farias, à quelques mètres, manquer le cadre, encore une fois. Vient la pause sur ce score de 0-0.

Les Espagnols n'ont pas montré grand chose en attaque depuis le début. A la reprise, ils ne semblent pas vouloir en faire plus, le nul leur convient, sûrs qu'ils sont de remporter le matche retour sur leurs terres. Le Racing lance encore quelques escarmouches, face au danger les Barcelonais décident d'hausser le rythme. Schuth sauve les siens in-extremis face à Rife, Hauss stoppe Kocsis qui file droit vers le but, Benitez sollicite Schuth sur une frappe des 30 mètres. Mais rien ne rentre, bien que le matche se débride de part et d'autre à l'approche du coup de sifflet final.

Les Barcelonais, très expérimentés, ont bien cadenassé le jeu et ont su accéléré lorsqu'il fallait, ils repartent de la Meinau avec ce score nul qui fait leur affaire.

La fiche

Strasbourg :
Equipe


Barcelone :
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (3)

06/09/2006 18:02
265 lectures
Deuxième tour face au FC Bâle:

Le contexte :

Le second adversaire du Racing est assurément d'un autre calibre : il s'agit des Suisses du FC Bâle. Club moyen du championnat de Suisse, Bâle n'a alors à son actif qu'un championnat remporté en 1953 et 3 coupes. Au milieu de années 60, le club se traîne dans le ventre mou du classement. Tous comme les Strasbourgeois, les Suisses apparaissent pour la première fois au 2e tour d'une coupe d'Europe, après s'être fait sèchement sortir par le Celtic en 1963. Après les stars italiennes, ce sont donc des anonymes qui se présentent face au Racing.

Matche aller : FC Bâle – RCS : 0-1

Hauss grippé et Farias doivent déclarer forfait pour ce déplacement. Les Strasbourgeois partent favoris, pourtant les Suisses sont les plus dangereux jusqu'à la pause. Un tir sur le poteau, quelques exploits de Schuth et les joueurs regagnent les vestiaires.
A la mi-temps, l'entraîneur Frantz sermonne ses joueurs, ceux-ci se montrent plus entreprenants à la reprise : dès la 53e minute, Gress ouvre le score après un corner. Mais le Racing continue à tergiverser et ne parvient pas à assumer son statut de favori. Schuth est à nouveau le héros de ce matche, il sauve une dernière fois les siens à la 88e minute en détournant un coup franc sur la barre.
Peu brillant, le Racing retourne en Alsace avec une victoire précieuse.

La fiche

Strasbourg:
Equipe


Bâle:
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (2)

06/09/2006 18:01
264 lectures
Matche retour: Milan AC - RCS: 1-0

Pour ce matche retour, l'entraîneur milanais aligne deux autres champions d'Europe, Mora eTrebbi.

Les Milanais mettent le feu dès l'entame du matche, les Strasbourgeois repliés en défense vicent un premier ¼ d'heure d'enfer. L'avant-centre brésilien Amarido met rapidement à contribution Johnny Schuth. C'est lui qui sert Ferrario qui ouvre le score à la 10e minute. Il reste alors 80 minutes à tenir aux Strasbourgeois pour réaliser un exploit. Quelques rares attaques sont à signaler du côté du Racing, essentiellement une frappe de Farias des 20 mètres qui échoue sur le poteau. Même si les Milanais sont dominateurs, la défense emmenée par Gonzales, Hauss, Devaux et Kaelbel ne se laisse pas surprendre. Les Milanais, comme au matche aller sont trop maladroits, les défenseurs strasbourgeois, eux, sont héroïques.
Au bout de 90 minutes de souffrance, les Bleus obtiennent une qualification difficile mais méritée vue la solidarité affichée pendant ces 2 matches.

La fiche

Strasbourg:
Equipe


Milan:
Equipe

Coupe des Villes de Foires 1964-65 (1)

06/09/2006 18:00
272 lectures
Premier tour face au Milan AC :

Le contexte :

Le Racing, après une courte confrontation face au MTK Bucarest, fait son apparition pour la seconde fois sur la scène européenne. Son premier adversaire n'est autre que le Milan AC, 3e du dernier Calcio, mais surtout champion d'Europe un an plus tôt, en 1963 face au Benfica d'Eusebio !

Matche aller: RCS – Milan AC : 2-0

Pour ce premier matche à la Meinau, on ne donne pas cher de la peau des Strasbourgeois, même si 4 anciens champions d'Europe seulement foulent la Meinau. Parmi eux Cesare Maldini, le solide défenseur italien qui fit ses débuts dans le Calcio en 1953 avec Trieste, et son cadet en milieu défensif, Giovanni Trapattoni (les 2 autres étant David et Benitez).

Les Italiens prennent rapidement le jeu à leur compte, Amarildo et Bachetta sur coup franc donnent des sueurs froides aux 15000 Strasbourgeois venus assister à cette joute européenne. Les actions milanaises sont de plus en plus tranchantes et les Strasbourgeois ne doivent leur salut qu'à leur gardien Schuth. Après 20 minutes, Germano manque de peu d'ouvrir le score, la tension est palpable, Devaux et Benitez en viennent aux mains. Puis l'arbitre suisse ne dit rien lorsque Gress est arrêté de manière douteuse dans la surface. Schuth réalise un dernier exploit devant Bachetta juste avant le coup de sifflet de l'arbitre qui renvoit les 22 joueurs au vestiaire. 0-0 à la pause, les Strasbourgeois peuvent s'estimer heureux.

A la reprise, le Racing est plus entreprenant. Kaelbel, lui le défenseur, multiplie les montées, alors que Merschel oblige le gardien milanais Barluzzi à se coucher sur une balle dangereuse. Bachetta échoue de peu, la chance est du côté de Schuth. Est-ce un présage ? Rien ne semble pouvoir arriver aux Strasbourgeois ce soir-là tant les Milanais manquent de réalisme. Hausser est à 2 doigts de libérer le public mais sa frappe s'écrase sur le poteau. Sur une grossière erreur de la défense italienne, Farias intercepte une balle en retrait, lance Merschel qui n'a plus qu'à tromper Barluzzi. 1-0 à la 74e minute, c'est l'euphorie. Les Strasbourgeois se replient alors en défense, sont plusieurs fois au bord de la rupture mais les attaquants milanais s'y casseront les dents jusqu'au bout. Les espaces se créent ; Devaux lance une contre-attaque, sert Hausser. Celui-ci centre sur Farias qui a l'intelligence de faire un une-deux, Hausser marque le second but. Le Racing ce soir remporte un véritable matche de prestige contre l'ogre milanais.

La fiche

Strasbourg:
Equipe


Milan:
Equipe




  • 1 (current)
Flux RSS Le stublog de jeanclaude : billets, photos, souvenirs, activité racingstub.com, livre d'or...

jeanclaude

Voir son profil complet

Archives

2007

2006

2005