Racing_Club_de_Strasbourg_Alsace_logo_2016.png

RCS France

4.8 / 5 (95 notes)
Année de création
1906
Site officiel
rcstrasbourgalsace.fr
Stade
Stade de la Meinau
Ville
Strasbourg

Les années 60 : une décennie en Or, ponctuée d’une 2ème Coupe de France

Les années 60 marquent heureusement le retour du Racing en première division. Au début de la saison 60-61, l’équipe s’épanouit dans un football spectaculaire axé sur l'offensive. La remontée est en ligne de mire. Cette année marque également le retour d'Emile Veinante et de François Remetter au sein du club. Ils sont accompagnés par Robert Jonquet qui vient également renforcer l'effectif. En 1960, le Racing, pourtant en D2, dispose ainsi dans ses rangs de deux internationaux comptant 83 sélections à eux deux! Des juniors pétris de talent tels que Gilbert Gress, Gérard Hausser, Johnny Schuth et Rolland Merschel commencent aussi progressivement à faire parler d'eux. L'équipe remonte et se maintient en première division sans toutefois obtenir des résultats spectaculaires.

Sous la houlette de son entraîneur, Paul Frantz, et pouvant compter sur le retour aux sources de Raymond Kaelbel, la saison 64-65 restera une saison exceptionnelle, aussi bien en championnat ou Strasbourg sera jusqu'au bout en course pour le titre pour terminer finalement 4éme, en Coupe de France qu'en Coupe des villes de foires, l'ancêtre de l'actuelle coupe UEFA. Le Racing accomplit cette saison là le plus beau parcours européen de son histoire, parcours entamé par un véritable exploit à la Meinau ou le Racing abat le Milan AC 2 buts à 0, successeur, à l'époque, du Real Madrid dans le gotha européen. Le retour à San Siro s'annonçait difficile d'autant que le Racing encaissait un but dès la 10ème minute. Mais plus rien ne sera marqué lors des 80 dernières minutes et le Racing réalisa l'une des plus belles performances de l'histoire du football français. Cet exploit ne restera pas sans lendemain car si les Suisses du FC Bâle sont facilement éliminés, un nouveau monstre se dresse sur le chemin des Alsaciens en 8éme de finale: Le FC Barcelone! Le match aller est joué sur la pelouse enneigée de la Meinau. Le Racing se montra très courageux mais fut incapable de marquer le moindre but, le Barca s'en tirant avec un avantageux 0-0. On ne donnait alors guère de chances aux Strasbourgeois dans l'antre du Camp Nou pour le match retour. Menés rapidement 1-0, les joueurs du Racing trouvèrent des ressources insoupçonnées pour égaliser et mener 2-1 à quelques minutes de la fin devant un public catalan médusé! Malheureusement, à 3 minutes de la fin, Barcelone parvint à égaliser... La règle du but à l'extérieur n'existait pas à l'époque et il fallait jouer un match d'appui, le sort désignant la pelouse du Camp Nou pour accueillir ce match. Pendant 120 minutes, la défense du Racing se montra véritablement héroïque face aux assauts catalans. Le score final sera de 0-0. Point de tirs aux buts à cette époque, le vainqueur était désigné par pile ou face... René Hauss choisit face, et c'est face qui fut désigné par la pièce!

Le 1/4 de finale opposa le Racing au puissant Manchester United de Charlton, Law et Best. Dans les années 60, les techniciens français étaient en pleine guerre tactique. Les partisans du marquage individuel tels que Paul Franz s'opposaient aux adeptes de la défense en zone telle qu'elle était pratiquée à Nantes ou en équipe de France. Ces derniers accusaient les premiers d'être des fossoyeurs du football. Denis Devaux, le défenseur international du Racing, réclama avec de nombreux joueurs strasbourgeois de jouer la zone afin d'avoir une chance de se maintenir en équipe de France. Paul Frantz accepta et le résultat fut catastrophique: Défaite 5-0 à la Meinau face à une impressionnante équipe de Manchester. Le retour au système de marquage individuel coïncida avec un nouvel exploit, pour l'honneur uniquement, et un 0-0 obtenu dans l'enfer de Old Trafford.

L'année suivante, le Racing découvre le Parc des Princes pour sa quatrième finale de Coupe de France suite à une demi finale mythique emportée à l'arrachée face à Toulouse. Le Racing, mené 1-0 dans les arrêts de jeu, parvint à arracher l'égalisation pour finalement l'emporter 3-1. Le samedi 21 mai 1966, le Racing affronte en finale le FC Nantes, futur champion de France cette même année et grand favori de la rencontre. Après un match très tactique, Strasbourg obtient sa seconde Coupe de France grâce à un but de Pierre Sbaiz. L'ambiance est délirante à la présentation de la Coupe à Strasbourg. Les héros de ces deux saisons de folie s'appellent Schuth, Sbaiz, Farias, Gress, Hausser, Devaux, Merschel, Szepaniak et René Hauss, détenteur d'un record peu commun: Celui d'avoir gagné deux coupes de France sous le même maillot à quinze ans d'intervalle!

Malheureusement, le soufflet tomba les saisons suivantes et les années 60 se terminent dans une certaine routine.