Racing_Club_de_Strasbourg_Alsace_logo_2016.png

RCS France

4.8 / 5 (95 notes)
Année de création
1906
Site officiel
rcstrasbourgalsace.fr
Stade
Stade de la Meinau
Ville
Strasbourg

Les années 80 : une décennie pleine de difficultés

Entamée dans l'euphorie du titre, personne ne se doutait à cette époque que cette décennie allait sans doute être l'une des plus ternes de l'histoire du club. Comme souvent dans l'histoire du Racing Club de Strasbourg, les rivalités entre personnes ("le fameux microcosme strasbourgeois") réapparaissent au grand jour. Alors que le titre de champion de France aurait dû être le début d'une grande aventure, le "phénomène Racing" se transforme en "affaire Gress - Bord". Le Racing piètine en championnat malgré les apports du Suisse Michel Decastel, de l'international français Jean-François Jodar et du goléador Argentin Carlos Bianchi. Ces deux derniers joueurs seront rapidement relégués sur le banc de touche, envenimant la situation entre l'entraîneur et le Président ayant financé la venue de ces deux joueurs. Seule la campagne en Coupe des Champions viendra réchauffer un peu le cœur des supporters strasbourgeois, notamment grâce à un 8éme de finale mythique à la Meinau face au Dukla de Prague. Le Racing, battu 1-0 à l'aller, parvint à venir à bout des Tchécoslovaques par 2 buts à 0 après prolongations. Ce ne fut malheureusement qu'un rayon de soleil dans la grisaille. Le cœur n'y est plus à l'heure de recevoir l'Ajax en 1/4 de finale. L'aventure européenne s'achève ainsi tristement un soir de brouillard à Amsterdam par un sévère 4-0. Personne ne se doutait alors ce soir là qu'il faudrait attendre quinze ans pour voir Strasbourg goûter à nouveau aux transes des Coupes d'Europe...

Le 23 septembre 1980, Gress est limogé. La nouvelle fait l'effet d'une bombe dans les travées de la Meinau où se déroulait ce soir là un Strasbourg-Nantes. Gress, adulé comme un Dieu par les supporters est porté aux nues. On réclame la démission de Bord. La soirée se termine en véritable émeute par des affrontements avec les CRS et un incendie qui se déclare dans les gradins. Une soirée de folie dont on se demande, aujourd’hui encore, par quel miracle il n'y eut pas de victimes. Deux jours plus tard, Gilbert Gress signe au Cercle de Bruges (Belgique) dont il fera les beaux jours avant de retourner, peu de temps après, en Suisse, dans son fief de Neuchâtel.

Sans son entraîneur mythique, le début des années 80 est difficile pour le Racing et ce, d'autant plus que l'ossature de l'équipe mythique de 1979 est partie sous des autres cieux : Duguépéroux a prit sa retraite, Domenech, Gemmrich, Specht et Dropsy ont rejoint un Bordeaux ambitieux, Tanter termine sa carrière à Rouen... Les années 80 ne seront en fait qu'une longue traversée du désert pour le club strasbourgeois. Des noms ronflants tels que Six, Pécout, Rouyer ou Larios viendront renforcer l'effectif du club sans grande réussite. Seules quelques individualités telles que l'excellent Danois Carsten Nielsen ou l'attaquant Allemand Walter Kelsch parviendront à laisser d'excellents souvenir à la Meinau.

Dès 1986, le RCS connaît à nouveau les affres de la relégation. La situation sera d’ailleurs encore plus catastrophique puisqu'en septembre 1986, le RCS pointait à la 17ème place de 2ème Division. Le club est alors en plein désarroi et c'est ainsi qu'arrive, à la présidence du Racing, le couturier parisien Daniel Hechter. Le RCS termine le championnat à un meilleur rang, puis remonte en première division l'année suivante. L'ambition est de nouveau de mise à la Meinau et Hechter proclame sa volonté de construire un très grand club. Hélas, le recrutement est un échec cuisant à l'image du pauvre Brésilien Pita dont l'échec retentissant restera à jamais lié aux années Hechter. Seul le vaillant attaquant allemand Peter Reichert parviendra encore par son efficacité à faire vibrer les foules, mais en vain. Dès l'année suivante, le club termine 18ème du championnat, perd en barrages face à Brest et redescend en seconde division un an à peine après avoir retrouvé l'élite. En 1990, Daniel Hechter quitte la présidence du club alors que la situation financière du RCS est plus que précaire. De sa présidence, on ne retiendra qu'un cuisant échec mais aussi, pour l'anecdote, de magnifiques maillots bleus ciel et blancs à la mode des années 30. Néanmoins, une nouvelle fois, à l'orée des années 90, le football professionnel est de nouveau à l'article de la mort à Strasbourg...