Les actionnaires du Racing

Flux RSS 5465 messages · 183.192 lectures · Premier message par superdou · Dernier message par benxico

  • COULISSES Le jeu est aussi bloqué

    Un différend oppose six actionnaires de « Sportinvest », propriétaire du Racing, au septième, Bernard Graeff, qui dispose d'une minorité de blocage.

    La rumeur court depuis le début mai et est en train de faire le tour de Strasbourg. Sauf que cette rumeur-là n'a rien d'une vue de l'esprit. Elle s'appuie sur des faits, incontournables et indiscutables, que les différents acteurs refusent de commenter. Ou alors avec des pincettes, pour ne pas froisser les sensibilités. Début mai donc, le RCS envisage de recruter l'attaquant serbe du Partizan Belgrade, Ivica Iliev (25 ans). Le joueur vient en Alsace visiter les installations et rencontrer le directeur général Marc Keller. Quelques heures plus tard, il annonce à l'agence de presse Beta qu'il signera un contrat de trois ans à Strasbourg la semaine suivante. L'affaire ne sera jamais conclue. « Ce n'est pas fait », indiquait d'ailleurs le président Egon Gindorf, prudent, dans "L'Alsace" du 2 mai. « Certains, chez nous, éprouvent encore quelques doutes sur ses capacités de buteur. » Certains ? Bernard Graeff en l'occurrence qui, via son fils Sébastien, possède 31 % des actions de "Sportinvest", la SAS (société action simplifiée) créée par Gindorf et ses partenaires pour prendre le contrôle du RCS en mai 2003. Lors d'une réunion, Graeff, dont le nom ne peut apparaître dans le capital de la société (conséquence d'une condamnation en 1999 par le tribunal de Grasse dans une affaire d'escroquerie regroupant 800 plaignants), remet en cause le travail de la cellule recrutement et de Marc Keller, dont il ne réclame pas la tête, mais qu'il s'offrirait sûrement s'il en avait les moyens.

    « Trouver avec lui la solution la plus satisfaisante »

    Devant ce qu'ils estiment être une ingérence déplacée dans le secteur technique, les autres actionnaires, Gindorf en tête, font corps derrière leur directeur général. Graeff, qui, comme Gindorf, réside sur la Côte d'Azur et possède à Eschau un étang voisin de celui du président strasbourgeois, claque alors la porte et annonce qu'il va se retirer du club en cédant ses actions (un pactole de 1,2 million d'euros). Cinq mois plus tard, l'ancien pro de Mutzig, de l'AS Strasbourg et Ajaccio n'a pas mis sa menace à exécution et n'en a plus l'intention. Avec 31 % des parts, il dispose d'un rôle qui n'est pas seulement consultatif. Les statuts de "Sportinvest" stipulent en effet que les décisions ne peuvent être entérinées qu'à la majorité des trois-quarts (75 %). Les 31 % de Graeff constituent donc une minorité de blocage susceptible de paralyser le quotidien du club. « Bernard Graeff a en main une des clefs importantes du Racing, doit bien admettre Egon Gindorf (actionnaire principal à 45 %). Il ne peut s'opposer à un appel de fonds, mais peut très bien refuser l'augmentation de capital que nous envisageons et pour laquelle nous n'avons pour l'instant pas avancé (Ndlr : le pool d'actionnaires a opposé une fin de non-recevoir à l'ancien président Jacky Kientz, candidat malheureux à la reprise en 2003 et qui souhaitait entrer dans le capital). Je lui ai proposé de racheter une partie de ses parts. Il a refusé. Philippe Ginestet (patron d'Eurinvest, actionnaire à 5,5 %) l'a aussi approché. Sans plus de succès. » Bernard Graeff tient-il à rester dans le tour de table avec l'ambition, à terme, d'en prendre le contrôle ? « Je ne peux pas répondre à cette question, lâche simplement Gindorf. Pourquoi reste-t-il alors qu'il a annoncé qu'il voulait s'en aller ? Je l'ignore. Sans doute parce qu'en tant qu'ancien pro, il aime le football, tout simplement. Mais s'il aime vraiment le club, il doit se décider, car la situation, en l'état, est difficilement gérable, avec cette épée de Damoclès qui gêne la moindre décision. Nous devons trouver avec lui la solution la plus satisfaisante pour tout le monde. Pour le moment, il y a beaucoup d'excitation autour de la position sportive et le contexte se prête peu à des discussions sereines. A mes yeux, quand la vie du club est en jeu, les intérêts personnels deviennent secondaires. C'est un dossier qu'il va bien falloir régler ces prochaines semaines, pour le bien du Racing. »

    (Source: L'Alsace)
  • Hé bé :O

    Ca recommence comme à la bonne vieille époque de André Bord... Luttes d'influences et de pouvoirs entre petits chefs =D
  • André Bord n'est jamais réellement parti finalement...
  • marc a écrit :
    André Bord n'est jamais réellement parti finalement...


    Il n'est pas encore mort celui-là ? :p
  • La non venue de Ilic est donc du a cela et dire que le seul point positif du racing, c'était ses finances .... A quoi faut il se raccrocher maintenant ? :((
  • Oué bon, en même temps sur ce point là on eu Pagis, donc bon...
  • Le fameux et éternel Microcosme strasbourgeois continue donc toujours (-)
  • Citation:
    kibitz a écrit :
    Oué bon, en même temps sur ce point là on eu Pagis, donc bon...


    oui mais ce fut l'un des feuilletons de l'été pour les supporters strasbourgeois !
  • question a nos amis stubistes avocats, juristes et specialistes en droit :
    quels sont les recours pour l'equipe dirigeant pour "shunter" ce gars ? :-/
  • Je crois qu'il n'y a pas grand-chose à faire... personne ne peut l'obliger à céder ses parts... il a une partie du capitale. A moins de faire une OPA "interne" sauvage (que Graeff pourrait toujours refuser), ce qui pourrait coûter cher au club et notamment à Gindorf. Il est d'autant plus difficile d'agir, car Graeff peut s'opposer à une ouverture de capitale... ce qui aurait pu être une solution pour le faire passer sous la barre des 30%

    Bref, pas des masses de recours juridiques ou financiers... quand tu mets de l'argent dans une société, t'as un pouvoir décisionnel qu'on ne peut te retirer sauf rachat des parts.
  • samh a écrit :
    question a nos amis stubistes avocats, juristes et specialistes en droit :
    quels sont les recours pour l'equipe dirigeant pour "shunter" ce gars ? :-/


    Ben moi je n'en vois pas... :(

    Citation:
    Bref, pas des masses de recours juridiques ou financiers... quand tu mets de l'argent dans une société, t'as un pouvoir décisionnel qu'on ne peut te retirer sauf rachat des parts.
    ________
    father-tom


    Si tu ne détiens que 31% des parts, ton pourvoir décisionnel est limité, sauf, comme en l'espèce, s'il existe une clause de majorité renforcée qui permet une minorité de blocage. je me demande à ce titre la raison pour laquelle une telle clause a bien pu être mise en place... Sous la pression de Graeff, qui savait ce qu'il faisait ?

    Par contre, je me pose des questions sur le montage juridiques permettant à Graeff de devenir gestionnaire de fait par l'intermédiaire de son fils alors qu'en principe, il n'en a pas la capacité juridique... C'est peut-être là qu'il faudrait trouver un embryon de solution... :-'
  • Y'a plus simple encore, la manière Corse ;) :p
  • N'empêche, c'est rassurant de savoir que le Racing compte des truands et ex taulards parmi ses décisionnaires...
  • marc a écrit :
    N'empêche, c'est rassurant de savoir que le Racing compte des truands et ex taulards parmi ses décisionnaires...


    Ca doit être un sundgauvien, le Graeff... C'est la corse alsacienne, le Sundgau :))

    Bon, on va dire qu'il a payé sa dette à la société... bla bla bla... le seul blème, c'est que la justice lui a interdit de diriger une quelconque société, et qu'il en gère une malgré tout grâce à son prête-nom de fils... [-X
  • boogie a écrit :
    marc a écrit :
    N'empêche, c'est rassurant de savoir que le Racing compte des truands et ex taulards parmi ses décisionnaires...


    Ca doit être un sundgauvien, le Graeff... C'est la corse alsacienne, le Sundgau :))

    Bon, on va dire qu'il a payé sa dette à la société... bla bla bla... le seul blème, c'est que la justice lui a interdit de diriger une quelconque société, et qu'il en gère une malgré tout grâce à son prête-nom de fils... [-X


    Bah aux vues des réactions, le fiols semble tout aussi couillon que le père ;)
  • vous pouvez dire ce que vous voulez ,y'a toujours des problèmes au racing
  • boogie a écrit :
    marc a écrit :
    N'empêche, c'est rassurant de savoir que le Racing compte des truands et ex taulards parmi ses décisionnaires...


    Ca doit être un sundgauvien, le Graeff... C'est la corse alsacienne, le Sundgau :))



    C'est quoi cette réflexion??

    Fait attention à toi, ya des sundgauviens qui t'écoutent...
    T'étonnes pas si ta barraque est victime d'attentats dans les prochains temps. NA!! :))
  • spike.spiegel a écrit :
    boogie a écrit :
    marc a écrit :
    N'empêche, c'est rassurant de savoir que le Racing compte des truands et ex taulards parmi ses décisionnaires...


    Ca doit être un sundgauvien, le Graeff... C'est la corse alsacienne, le Sundgau :))



    C'est quoi cette réflexion??

    Fait attention à toi, ya des sundgauviens qui t'écoutent...
    T'étonnes pas si ta barraque est victime d'attentats dans les prochains temps. NA!! :))


    Psssst. :-$ Je peux te refiler son adresse :-'
  • Gindorf devait bien être au courant de la situation pénale de cet individu au moment du montage financier du rachat, et certainement de la combine passant par le fils, alors pourquoi???
  • Modifié par thelak ·
    thelak • 25 ans
    yoyo67 a écrit :
    Gindorf devait bien être au courant de la situation pénale de cet individu au moment du montage financier du rachat, et certainement de la combine passant par le fils, alors pourquoi???


    Bah je pense que si Gindorf l'a mis dans le pool, c'est tout simplement que personne d'autre ne voulait prendre le risque d'investir dans le club ...
  • yoyo67 a écrit :
    Gindorf devait bien être au courant de la situation pénale de cet individu au moment du montage financier du rachat, et certainement de la combine passant par le fils, alors pourquoi???


    parce qu'a mon avis les volontaires pour investir de l'argent dans un club aux abois ne courraient pas les rues.
  • il y avait notamment lohr industrie qui s'etait apparemment engage verbalement mais qui, au moment de s'engager sur le papier s'est defile... b-( X-( (-)
  • conan1397467913.jpg
    Modifié par conan ·
    conan • 29 ans
    D'ailleurs, Lohr (là ou bosse Leonard Specht si je ne m'abuse) se serait apparement retiré du fait de la présence du sulfureux Graeff au sein du pool d'investisseur...
  • conan a écrit :
    D'ailleurs, Lohr (là ou bosse Leonard Specht si je ne m'abuse) se serait apparement retiré du fait de la présence du sulfureux Graeff au sein du pool d'investisseur...


    Ce qui ne me semble pas dénué de bon sens... :-'
  • conan a écrit :
    D'ailleurs, Lohr (là ou bosse Leonard Specht si je ne m'abuse) se serait apparement retiré du fait de la présence du sulfureux Graeff au sein du pool d'investisseur...


    Specht bosse bel et bien chez Lohr industries :-B
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.