Thierry Laurey

Flux RSS 1500 messages · 218.282 lectures · Premier message par navacro · Dernier message par wiki67

  • C'etait peut être écrit, mais souvent ça prend 30 ans pour se relever d'un dépôt de bilan, certains clubs ne se relevent jamais.
    Oui MK n'est pas un magicien, mais ne lui reprochons pas à vie ses échecs passés. C'etait dans un autre rôle, un autre contexte, on peut aussi pensé qu'il a muri et pris de la bouteille. Maintenant il oeuvre comme président avec un staff, dont Laurey, qui s'occupe du sportif. Leopold avait commencé sa présidence avec une descente en L2 dans sa deuxième année de présidence, on connait tous la suite...
  • Je pense tout de même que ce fameux repêchage est le vrai tournant dans l'histoire récente du club, nous ayant certainement permis de gagner plusieurs années dans la reconstruction, preuve que c'est aussi une question de chance parfois. On a su en profiter mais c'est un bon rappel, la réussite tenant parfois à peu de choses. Bref, il nous faudra des bases solides à l'avenir, pour ne jamais plus dépendre des autres sous peine que ça casse à nouveau un jour ou l'autre.
  • Au de là du fait que le Racing soit un club historiquement instable, avant guerre exceptée peut être ou l'on avait pris le train de la professionnalisation en marche, il faut accepter que chaque saison 3 clubs -en fait 2+1 maintenant vu que la descente fait peur à tout le monde- rejoignent la seconde division. C'est la magnifique incertitude du sport qui fait que Lille, le club qui a surement le mieux pris le virage post 98 -celui que nous avons complètement raté et qui a fait qu'un triste sire comme Hilali puisse se retrouver à la tête du club-, donc Lille fait dans son short à l'idée de jouer sa survie dans l'élite.

    Il faut également accepter que nous sommes promus, que nous évoluons avec une équipe moitié inexpérimentée & moitié nouveaux arrivants, que nos infrastructures sont à des années lumières du top de la première division, que notre coach n'a qu'1 saison de D1 dans les jambes, etc.

    Donc nous sommes à notre place, nous devons travailler, progresser pour arracher ce maintien qui ne nous est pas acquis, même si nous sommes le Racing, surtout si nous sommes le Racing en fait.
  • rcsforever1186182311.jpg
    Modifié par rcsforever ·
    rcsforever
    Ok pour dire qu'il faut des malheureux chaque saison mais même si le contexte est différent après le dépôt de bilan, ce serait tout de même une 3e relégation (consécutive) pour le Racing dans l'élite en cas d'échec, après 2006 et 2008. Si on pouvait laisser la place à d'autres cette fois, que ce soit Metz, Amiens, Dijon ou même Troyes, svp.. C'est jouable en tout cas.
  • rcsforever a écrit, le 09/11/2017 20:38 :
    Un récapitulatif intéressant et montrant que depuis la période du titre, le Racing n'a jamais pu se stabiliser une dizaine de saisons dans l'élite, avec plusieurs relégations et un classement très modeste dans l'ensemble..

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/timeline/724beda476b7cc...


    Je suis entièrement d'accord avec ce constat. Si tu dépliais le ruban jusqu'en 33, le constat est le même.
    Soyons justes, le Racing a toujours été un club moyen de D1-L1, qui n'a jamais réussi à s'installer dans la durée (je crois que le record est de 10 saisons d'affilée en D1), qui est quasiment toujours remonté immédiatement après une descente et qui a réalisé relativement régulièrement des coups d'éclats (hélas sans lendemains) : 3 victoires en coupe de France, 2 victoires en coupe de la ligue, le titre de champion bien sûr, des victoires en coupes d'Europe (Milan, Liverpool...)

    Mais ça ne nous empêche pas d'aimer ce Racing et d'espérer que l'avenir sera toujours plus rose que le passé.
  • Avant sa descente aux enfers c'est-à-dire au moment où le Club a quitté la L1, à l'été 2008, le Racing club de Strasbourg était le quatrième club ayant passé le plus de matchs en Ligue 1 (Division 1). Après, on dégringole : cinquième en 2007, etc.

    Jusqu'à cette date de 2008, le Racing était donc un club historique de la L1.
  • Euh juste un petit truc.
    1) Ce n'est pas parce que le Racing n'a jamais fait plus de 10 saisons en L1 que ce ne sera pas le cas cette fois-ci.
    2) Ce n'est pas parce que nous montions généralement tout de suite après la descente que ceci sera le cas dans le futur.

    En fait on ne sait pas ce qu'est le Racing post 2011. Quel est sa limite ? Le club est-il en surrégime ?

    Juste pour dire qu'en fait ce qui est vraiment excitant c'est qu'on ne sait pas ce que sera le Racing de demain.
  • C'est pour cela que le rang de la ville doit donner un objectif "naturel". Les plus grandes villes: Paris, Marseilles, Lyon... devant nous. Nantes, Montpellier, Bordeaux...comme nous. Dijon, Angers, Metz... derrière nous.
    Notre place doit être derrière le peloton de tête, si on y est pas depuis 30 ans ou plus, c'est qu'on a eu des incompétents à la tête du club. Mais comme tu le signales, il n'y a pas de fatalité, et il n'est jamais trop tard pour bien faire...
  • Des incompétents à la tête du club ET à la tête de la Ville ! Soyons précis svp.
    On trouve d'ailleurs aujourd'hui encore des vestiges de cette gestion très approximative et des survivants dans les 2 institutions.
    Ne nous étonnons donc pas si l'objectif extrêmement ambitieux du RCS et de Strasbourg est une 17è place de L1. Bon courage à Laurey, malgré ses qualités il ne sera pas forcément en mesure de l'atteindre.
  • Tout à fait d'accord pour le rôle de la ville. Tu fais bien de le preciser !
    Par contre l'objectif du racing et de Laurey n'est certainement pas de végeter à la 17ème place. C'est l'objectif en rapport avec le budget actuel et notre parcours. Un budget capable de viser plus haut ne se monte que progressivement, saison après saison...
  • marcelito681377169014.jpg
    Modifié par moderateur ·
    marcelito68
    Message modéré
  • echouafni a écrit, le 10/11/2017 11:26 :
    Avant sa descente aux enfers c'est-à-dire au moment où le Club a quitté la L1, à l'été 2008, le Racing club de Strasbourg était le quatrième club ayant passé le plus de matchs en Ligue 1 (Division 1). Après, on dégringole : cinquième en 2007, etc.

    Jusqu'à cette date de 2008, le Racing était donc un club historique de la L1.


    Place qui tient plus au fait que le club se soit professionnaliser et ait rejoint la première division de façon précoce. Et ensuite qu'il est surmonté les crises qui ont eu raison de nombreux clubs historiques.
  • kitl1373095462.jpg
    Modifié par moderateur ·
    kitl • 28 ans
    J'ajouterais une petite contribution : bien qu'historiquement présent en première division, le Racing a passé le plus clair de son temps à lutter pour continuer à en faire partie.
    Certaines descentes étaient "surprises" (je pense à 1971 au lendemain de la création du RPSM), d'autres étaient le point final d'une lente agonie (par exemple 1986 voire 2001). Les dernières relevaient davantage de faiblesses structurelles, de mauvais choix mais elles n'étaient pas foncièrement "injustes".

    A noter que la plupart de ces relégations ont permis ou plutôt nécessité une restructuration ou une relance du club, en 1960, 1977 ou les débuts d'Hechter par exemple.
  • Merci de revenir au sujet: Thierry Laurey.
  • Thierry Laurey a donné une interview à la PQR, publiée aujourd'hui. Morceaux choisis:

    « Nous avons également estimé préférable de jouer dans un système différent parce que nous serions peut-être en difficulté durant l’apprentissage, surtout avec un calendrier pas facile. Quand nous nous sommes rendu compte que nous aurions peut-être du mal à y arriver, nous sommes revenus au schéma de l’an passé. Ça a permis à tout le monde d’élever un peu le niveau, dans une configuration que les joueurs connaissaient mieux, avec plus de repères. Jusque-là, nous avions l’impression de ne pas réellement progresser. Mais sur les dernières rencontres, c’est plutôt intéressant, un peu plus consistant. »

    Sur le 4-4-2 losange, qui serait "dangereux": « Je reste persuadé qu’il l’est parce qu’il t’expose plus que les autres. C’est pour ça que l’équipe doit être plus pointue défensivement. Quand six de tes onze défenseurs, en comptant les trois jeunes, sont blessés, c’est compliqué. Aujourd’hui, nous n’avons pas assez de rotations derrière. »

    Sur la satisfaction de produire du jeu: « J’ai toujours dit que je ne voulais pas m’emmerder sur le banc. Avec le staff, on fait tout pour ça. Par moments, c’est un peu frustrant parce qu’on a l’impression qu’il manque juste la cerise sur le gâteau. Nous pourrions avoir 13 ou 14 points sans qu’il y ait à crier au scandale. »

    Sur les recrues: « Nous avons recruté des garçons qui ont un bon état d’esprit et sont venus pour s’impliquer dans le projet. Après, quand tu engages dix personnes, le risque de te planter est plus grand que lorsque tu en enrôles quatre. Mais pour l’instant, nous ne sommes pas déçus parce que nous savons que quelquefois, il faut du temps. Certaines recrues se sont adaptées rapidement. D’autres s’adaptent plus lentement. »
  • J'ajoute et je cite:
    1. Kamara: lui et le staff ont estimé qu'il fallait changer de gardien à l'intersaison pour avoir une chance de se maintenir. Kamara n'a certes pas été suffisamment décisif, mais il n'est pas question de changer de gardien car il n'est pas aidé par sa défense.
    2. la défense: elle n'est pas au niveau pour l'opération maintien. Certes il y a des blessés, mais la défense commet trop d'erreurs.
    3. le changement de système de jeu: le constat à été fait que l'équipe de procurait trop peu d'occasions en début de saison. D'où le changement de système qui est moins sécurisant mais à permis un jeu plus offensif
    De façon générale ce qui manque selon lui c'est plus d'efficacité dans les deux surfaces, devant et surtout derrière.
    4. Lala et l'EDF: il lui manque encore de la rigueur défensive pour pouvoir postuler

    Sur tous ces points je partage pleinement la même analyse que le coach, lequel est tout sauf dupe et sait très bien que le maintien sera difficile à obtenir. Mais il analyse parfaitement les forces et faiblesses de son équipe. D'ailleurs il a évoqué la possibilité de prendre une recrue défensive au mercato, voire également ailleurs même si la priorité semble être dans le secteur défensif.
  • Merci les gars pour ce retour ; c'est super intéressant.
  • 2 nouvelle(s) photo(s) et/ou vidéo(s) sur racingstub.com :
    /uploads/cache/small/http://img.youtube.com/vi/gmhesXHf8_g/0.jpg /uploads/cache/small/http://img.youtube.com/vi/fMEn-y256Fg/0.jpg
  • Je veux croire que si 5 joueurs du National étaient titulaires contre Rennes et avec de belles prestations,notre entraîneur y est pour beaucoup dans la progression de ces joueurs
  • ricalewis671297629796.jpg
    Modifié par ricalewis67 ·
    ricalewis67
    Quelqu'un a compris le changement en fin de match Aholou , milieu défensif pour un attaquant (Saadi ) ?
    On gagnait 2-0 avant le changement, puis on se prend rapidement le 2-1 après, si on finissait à 2-2 , c'était pour Laurey avec ce changement incompréhensible au moment ou on doit tenir le score;..
  • Avant que Aholou sorte Grimm jouais Milieu droit et Sakho attaquant.

    Saadi et rentré, Sakho a glissé à droite et Grimm en Mdef.
  • Sans Laurey ces joueurs là n'auraient jamais atteint ce niveau, il a vraiment cette capacité à tirer le meilleur de chacun de ses joueurs
  • Laurey optimise les moyens limités de son équipe.
    Ahoulou est cuit et en rentrant Saadi il reste un attaquant de pointe et un seul dans une équipe qui a des difficultés à défendre .
    Il aurait été ridicule de mettre dix joueurs devant Kamara.
  • Merci pour vos éclaicissements, moi je me suis posé des questions avec ce changement.
    Bon, je vois ce qu'il a voulu faire, mais force est de constaté que le résultat a été moyen comme on prend ce but immédiatement après le changement, et qu'on a eu peur jusqu'au bout !
  • jijirem a écrit, le 19/11/2017 10:08 :
    Sans Laurey ces joueurs là n'auraient jamais atteint ce niveau, il a vraiment cette capacité à tirer le meilleur de chacun de ses joueurs


    Oui c'est assez bluffant ce qu'il arrive à faire avec ses joueurs très moyens. On était quand même à la fin avec 7 joueurs de champs sur 10 qui venaient de National. Le but ne vient pas du changement, les garcons étaient cuits, il fallait les faire...
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.