Legende : Albert Freyermuth

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Legende
Lectures
Lu 3.708 fois
Auteur(s)
Par filipe
Commentaires
0 comm.

Joueur symbole des premières années du club, il joua près de 800 matchs avec le maillot du Racing.

Grâce à leur enthousiasme et malgré les difficultés, les jeunes qui animent le Racing - ou plutôt le Fussball Club Neudorf - au début du 20ème siècle permettent au club de grandir rapidement. Très vite ils sont admis à participer au championnat d'Allemagne du Sud : dès 1912, le FC Neudorf remporte le titre de Champion de 3ème division.
Deux ans plus tard, le club connaît le premier moment capital de sa jeune histoire : grâce à son ingéniosité, le FCN parvient à s'installer au jardin Haemmerlé (lieu du futur stade de la Meinau) alors qu'il évoluait jusque là sur un terrain vague du Polygone. Un tournant décisif puisque ce déménagement en un lieu prestigieux de la ville, connu de tous les Strasbourgeois, permet au FC Neudorf d'accroître sa notoriété dans la cité. Au même moment l'équipe accède à la première division de la Ligue et poursuit son impressionnante progression.
Hélas, c'est à ce moment que la première guerre mondiale éclate : la plupart des joueurs du club sont mobilisés sur le front. La belle dynamique du FC Neudorf est brisée...

Heureusement les plus jeunes du club restés à l'arrière tentent tant bien que mal de continuer à faire vivre la passion du football dans le quartier. Et à l'instar des quelques gamins qui avaient créé le FCN en 1906, de jeunes gens enthousiastes jouent au football malgré les difficultés.
Parmi eux, Albert Freyermuth, né le 1er février 1904 à Neudorf. C'est ce dernier qui met sur pied pendant ces années de guerre une équipe de football connue sous le nom de "Young Neudorf". Evoluent dans cette formation des enfants domiciliés rue du Schluthfeld, du Lazaret ou encore route de Colmar.

Dès le 18 décembre 1918, quelques semaines à peine après l'armistice, une assemblée générale au restaurant Kraenker (route du Polygone) rassemble les membres d'avant guerre du FCN qui avaient pour la plupart passé plusieurs années dans les tranchées : cette AG permet de relancer le FC Neudorf. En 1919, le club change de nom et devient officiellement le Racing Club de Strasbourg.
Et c'est au mois de février de cette même année que la jeune troupe menée par Albert Freyermuth décide d'adhérer au Racing et de former une des équipes de jeunes du club, appelée "Erste Schülermannschaft" (l'équipe première scolaire). Freyermuth - surnommé Freyeres - en est l'incontestable leader.

A peine deux ans plus tard, en 1921, Albert Freyermuth fait ses grands débuts dans l'équipe fanion du Racing. Dans les premiers temps, en tant que jeune joueur inexpérimenté âgé d'à peine 17 ans, il porte avec respect la valise de Charly Wyss « (son) idole », international suisse et joueur clé de l'équipe alsacienne.
Peu à peu, Freyermuth gagne sa place et devient progressivement incontournable dans la ligne d'attaque de l'équipe première. Son éclosion coïncide avec l'arrivée de quelques autres nouveaux joueurs (dont les trois frères Schaeffer et Paul Wyss, le petit frère de Charly) ce qui ouvre une période de succès pour le Racing : le club devient double champion d'Alsace en 1922/1923 et 1923/1924.
Au milieu des années 20, Freyermuth devient également double champion de France militaire à l'occasion de son service effectué au 158è RI de Strasbourg. Une période loin d'être anecdotique puisqu'elle permet à Freyermuth d'attirer au Racing quelques compagnons de régiment particulièrement doués pour le football.

Avec Freyermuth, le Racing grandit. Apprécié par les habitants du quartier mais également de plus en plus par toute l'agglomération strasbourgeoise, le Racing n'a pas de difficultés à s'imposer comme un des clubs phares de la région.
Et le 6 décembre 1925, à l'occasion d'un match de Coupe de France, le Racing se fait connaître sur le plan national en réussissant l'exploit de battre chez lui, à Saint-Ouen, le Red Star, triple vainqueur de l'épreuve où évoluait plusieurs internationaux français (victoire du Racing 2-1). Grâce à ce succès, Freyermuth et ses coéquipiers font la Une du « Miroir des Sports » le 9 décembre 1925 : c'est la première fois de son Histoire que le Racing a l'honneur d'apparaître en première page d'un grand journal national.

Freyermuth devient ensuite le capitaine et le meneur de jeu de l'équipe. Et le 1er janvier 1933, le RCS a l'occasion de fêter un double évènement. Tout d'abord avec l'accueil à la Meinau de l'Austria de Vienne pour le traditionnel match de gala du nouvel an. L'Austria est alors une des toutes meilleures équipes d'Europe : les onze joueurs qui forment l'équipe sont tous des internationaux reconnus. Parmi eux figure Mathias Sindelar dont la réputation flatteuse a depuis longtemps atteint la capitale alsacienne : Sindelar est considéré comme le meilleur joueur du Monde du début des années 1930. Les Strasbourgeois se déplacent en nombre puisque 6500 spectateurs se précipitent à la Meinau et assistent à la large domination autrichienne (victoire de l'Austria 9-2).
Second évènement du jour : Albert Freyermuth dispute à cette occasion son 500ème match avec le Racing. Avant le début de la rencontre, il est chaleureusement félicité sur le terrain par le président du club, Charles Belling, ainsi que par le président de la LAFA.

1933 c'est aussi l'année où le Racing se décide à passer professionnel. Désormais le RCS n'est plus seulement le club du quartier de Neudorf mais il devient définitivement le club de toute la capitale alsacienne. Le Racing se structure à tous les niveaux, recrute des joueurs capables de jouer au plus haut niveau national et dispute son premier match professionnel à domicile le 10 septembre 1933, en seconde division. Freyermuth participe grandement à cette saison qui permettra au club d'accéder à la D1 en fin de championnat : c'est d'ailleurs Freyermuth lui-même qui marque les deux buts décisifs lors du match de barrage contre Mulhouse (victoire 3-1).

L'année suivante, marqué par l'âge et la volonté du club de renforcer l'équipe, Freyermuth prend une licence amateur tout en restant à disposition de l'équipe professionnelle, au cas où.
Au total, il sera resté dans l'équipe première du club pendant près de 15 ans, disputant près de... 800 matchs officiels avec le maillot du Racing.
Albert Freyermuth devient ensuite éducateur au club et entraîneur de l'équipe amateur du Racing pendant de très longues décennies. Et surtout il restera à jamais le symbole du RCS du temps amateur, qui gravit les échelons du football régional puis national sans jamais oublier où se situait ses racines.

filipe

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter