Le Racing va monter !

Note
5.0 / 5 (3 notes)
Date
Catégorie
Bilan
Lectures
Lu 6.301 fois
Auteur(s)
Par jpdarky, athor
Commentaires
13 comm.
img-7515.jpg
Préparez-vous à revivre cette scène © flow

C’est mathématique. Auréolé de son titre honorifique de champion d’automne, le Racing a désormais tout les chances de monter, selon notre modèle statistique. Explications.

Malgré un niveau de jeu bien loin du Brésil de 1970, le Racing occupe la tête d’un championnat de National homogène comme rarement, et dans lequel, selon la formule consacrée, tout le monde peut battre tout le monde. Histoire de s’éviter toute surprise, et de pouvoir d’ores et déjà organiser les festivités orgiaques de la montée, nous avons mis en branle notre supercalculateur pour simuler la deuxième partie de saison. Pour cela, nous appliquons la méthode de Julien Barnier (http://data.nozav.org/app/sim15/), qui consiste à tirer au sort le résultat de chaque match restant à jouer, en pondérant les probabilités de victoire à domicile, à l’extérieur et de nul par les statistiques des matchs passés pour chaque équipe, et de déterminer le nombre de points et le classement final.

Dans le détail, la méthodologie, décrite par Julien Barnier (gloire à lui), est la suivante:

  • On passe en revue les journées déjà jouées, et on calcule le pourcentage de victoires, de nuls et de défaites, à domicile et à l'extérieur, pour chaque équipe. Ce calcul s'effectue soit sur toute la saison déjà écoulée
  • On interprète ces pourcentages de victoires/nuls/défaites pour chaque équipe comme des probabilités de victoires/nuls/défaites pour les matchs à venir. On fait donc l'hypothèse forte (et en général fausse) que la dynamique de chaque équipe pour les matchs à venir sera exactement la même que celle calculée sur les matchs déjà joués.
  • On passe ensuite en revue les différents matchs à venir. Pour chacun de ces matchs on calcule la probabilité d'une victoire à domicile, d'un nul ou d'une victoire à l'extérieur en combinant les probabilités calculées des deux équipes qui se rencontrent.
  • On tire ensuite au hasard le résultat de chaque match à venir, en tenant compte des probabilités de victoire à domicile et de victoire à l'extérieur calculées à l'étape précédente.
  • Une fois l'issue de tous les matchs tirée au sort, on calcule le nombre de points et le classement pour chaque équipe à la fin de ce championnat virtuel et néanmois prospectif.
  • Le tout est répeté 1000 fois, et le nombre d’occurences des nombre de points engrangés et des classements finaux pour chaque équipe sont agrégés.


En clair, on extrapole les résultats de la seconde partie de saison sur la base des résultats déjà acquis.

Avant de s’énerver sur les limitations évidentes du modèle et la nature des pincettes dont il faut se munir pour manier ces données d’une esquise sophistication, nous vous invitons à consulter la rubrique A propos du site de Julien Barnier où la méthode y est aussi décrite avec une énumération des hypothèses mises en jeu, et des limitations, donc, de l’approche.

Néanmoins, il n’est pas inutile de rappeler les performances du modèle au cours de la saison 2013/2014, dès le mois de mars, et de la dernière saison, avec des résultas pas dégueux dès la 23ème journée, et qui sont allés en s’affinant, évidemment, et malheureusement, se confirmant, à mesure que la fin de saison approchait..

Premières représentations statistiques de ces calculs, les fameuses boîtes à moustaches. Pour rappel, si vos cours de statistiques sont trop loins, elles permettent de représenter le profil de la série statistique étudiée, ici le nombre de points possibles par équipe. La “boîte” contient les valeurs allant du premier au troisième quartile, c’est à dire les 50% de valeurs les plus proches de la médiane, représentée par la barre coupant la boîte. Les “moustaches” représentent quant à elles le reste des valeurs, auxquelles on a pu enlever les valeurs dites extrèmes, matérialisée par des points noirs disgracieux comme de l’acné sur un visage d’adolescent. Plus la boîte et les moustaches sont resserrées, plus la distribution est “précise”.

Etant donné que nous ne sommes qu’à la 18ème journée, on peut se limiter à une visualisation des résultats du modèle en tenant compte de toutes les journées uniquement. Les résultats en tenant compte seulement des 15 dernières journées ne diffère qu’à la marge du précédent. Les résultats en ne tenant compte que des 5 dernière journées sont très biaisés, puisque le Racing a joué quatre matchs à l’extérieur et un à domicile, avec une victoire à domicile, d’où un fort poids sur des victoires à domicile, trop fort.

Voici donc le moustaches plot obtenu pour la simulation de la saison en tenant compte de tous les matchs joués depuis le début de la saison.

https://racingstub.com/uploads/cache/big500/uploads/media/56a0126...Moustaches plot des probabilités de nombre de points et classements finaux des équipes du National 2015/2016 en prenant en compte tous les résultats jusqu’à la 18ème journée

Selon le modèle, le Racing a de très fortes chances de finir dans les 5 premiers cette saison, sauf accident terrible du genre “Pâle décembre” ou boucher adverse qui éparpille le fondement de Jérémy Blayac façon puzzle. Ceci se déduit des étalements des boîtes qui sont alignées horizontalement. On peut même dire que, en l’état, c’est une des deux premières places qui est promise au Racing si les choses devaient se poursuivre sur un rythme équivalent à celui du championnat dans son ensemble depuis le mois d’août. Vous pouvez d’ores et déjà commander le champagne et les capotes, la seule incertitude forte reste la journée de championnat où cette montée sera mathématiquement acquise.

Bref, Marc Keller, notre Magnificient Guide dont l’Eclairante Luminosité Spirituelle et Morale nous conduit vers les sommets, parlait d’or avant le début de saison en annonçant, dans sa déjà légendaire interviouve :

https://racingstub.com/uploads/cache/big500/uploads/media/56a1619...Méwé !

Bien qu’on n’en ait franchement rien à secouer de toutes ces équipes de miséreux composées essentiellement de bourrins, de pleureuses globalement indignes de notre standing légendaire (ceci dit dans le respect de la personne humaine, de la convivalité et de la tolérance, les valeurs qui forment l’ADN de notre club, bien évidemment), on peut dégager deux autres faits à partir de ces résultats.

  • La troisième place est loin d’être jouée et les prétendants, et même Les Herbiers ont une chance (faible) d’atteindre le podium.
  • Si les trois derniers semblent déjà trop loin pour revenir dans la course, la quatrième place, elle aussi synonyme de relégation, est bien plus “disputée”, puisqu’on peut remonter jusqu’à Orléans pour identifier les clubs qui jouent leur peau. Cette partie du tableau sera peut-être plus palpitante que la lutte pour les deux premières places.


Revenons à notre club pour terminer ce papier réjouissant. Voici les probabilités de classement final pour le Racing à partir des résultats obtenus jusqu’ici selon le modèle.

https://racingstub.com/uploads/cache/big500/uploads/media/56a1664...Classements possibles du Racing selon le modèle de Julien Barnier, en prenant en compte l’ensemble des journées jouées jusqu’à la 18ème, avec les probabilités afférentes

Oui, le Racing a bien presque deux chances sur trois de terminer la saison promu. Sonnez hautbois, résonnez musettes, faites pêter le chèque des droits tévés, le monde professionnel et sa cohorte d’avanies (elles aussi marquées du sceau de la moustache, mais de la moustache maudite) sont à nos portes. Joie. Mais les matchs auront encore lieu le vendredi, donc bon, tout n’est pas totalement rose non plus.

jpdarky, athor

Commentaires (13)

Flux RSS 13 messages · 3.604 lectures · Premier message par lulmag · Dernier message par Jak

  • Chers rédacteurs,

    Je savourais tranquillement la lecture de ce billet à teneur scientifique lorsque, subitement, je fus pris d'un désarroi déjà roi.
    Effectivement, des convulsions m'ont projeté au sol jusqu'à ce que je puisse reprendre mes esprits et écrire, la bave encore aux lèvres, ce message.
    "Si les trois derniers semblent déjà trop loin pour revenir dans la course, la quatrième place, elle aussi synonyme de relégation, est bien plus “disputée”,"
    Mais P....n, le Racing aurait donc ancore été repêché l'année dernière en finissant 4ème ?
    Et surtout, mais personne ne me l'a dis. Pourquoi ? Ils m'en veulent encore, c'est ça ?
  • La 4ème place en partant de la fin, on parle de la zone de relégation ("les trois derniers").
  • Monsieur @dunkelchampess si vous êtes reconnu en ce lieu et de par le vaste monde comme un grand statisticien devant l'éternel vous n'en demeurez pas moins un béotien. Sachez Monsieur que le champagne se boit dans des coupes ou dans des flûtes et non des capotes.
    Je ne vous félicité pas.
  • Vu qu'ils savent faire 11 défaites de rang... Wait and see...
  • Les boîtes à moustaches ne mentent jamais.
  • il-vecchio a écrit, le 22/01/2016 10:36 :
    Monsieur @dunkelchampess si vous êtes reconnu en ce lieu et de par le vaste monde comme un grand statisticien devant l'éternel vous n'en demeurez pas moins un béotien. Sachez Monsieur que le champagne se boit dans des coupes ou dans des flûtes et non des capotes.
    Je ne vous félicité pas.


    (+)
  • rachmaninov a écrit, le 22/01/2016 18:08 :
    Les boîtes à moustaches ne mentent jamais.


    Je suis persuadé que Belfort ne montera pas....
  • rachmaninov a écrit, le 22/01/2016 18:08 :
    Les boîtes à moustaches ne mentent jamais.


    Ca leur fait un point commun avec les hanches.



    Blourg

    JPDarky
  • Depuis le début du championnat le racing monte en puissance lentement très lentement même.... Le mois de décembre nous a remis les pieds sur terre! Les prochains coups d'arrêt peuvent coûter cher , attention. Ne pas relâcher la pression et la ligue2 nous ouvrira ses bras c'est certain . Ça , c'est la seule vérité car les statistiques ne veulent rien dire à ce niveau là. Le racing a été capable du pire comme du meilleur et a fait déjouer plus d'un pronostic
  • jpdarky1349119119.png
    Modifié par jpdarky ·
    jpdarky • 49 ans
    Bonsoir Jak,

    Je crois que je vois votre point de vue, j'espère ne pas trahir votre pensée en tentant de la reformuler comme suit. Ayez l'obligeance, je vous prie, de me confirmer si j'ai bien saisi, ou, le cas échéant, de me détromper :

    Citation:

    Selon le modèle, le Racing a de très fortes chances de finir dans les 5 premiers cette saison, sauf accident terrible du genre “Pâle décembre” ou boucher adverse qui éparpille le fondement de Jérémy Blayac façon puzzle.


    En vous remerciant.

    JPDarky
  • J'ai rien compris à vos histoires de cigare à moustache.
  • T'as qu'à demander à Bill Clinton.

    Ah merde!
    1) Clinton n'a pas de Thiriez.
    2) Pas de politique.
  • Bonjour jpdarky, oui en gros c'est ça mais je devrais ajouter le fait que le racing me semble encore un peu trop fragile... Je ne doute pas de sa capacité à jouer les premiers rôles pourvu que blayac ne soit pas blessé et que l'un ou l'autre ne manque pas à l'appel

Commenter