Jonas Martin, joueur du mois d'avril

Note
5.0 / 5 (3 notes)
Date
Catégorie
Joueur du mois
Lectures
Lu 1.391 fois
Auteur(s)
Par amalinho
Commentaires
0 comm.
IMG_6789.jpg
© cooc

La fin de saison approche. Des joueurs sont proches du départ, cherchent à se faire voir ou à renouveler le contrat au sein de leur club… A Strasbourg, l’approche est différente. La lutte pour le maintien, toujours plus engagée match après match, ne semble pas réveiller les sportifs. Ce mois-ci, Jonas Martin a été élu joueur du mois.

La fin de saison approche. Des joueurs sont proches du départ, cherchent à se faire voir ou à renouveler le contrat au sein de leur club… A Strasbourg, l’approche est différente. La lutte pour le maintien, toujours plus engagée match après match, ne semble pas réveiller les sportifs. Ce mois-ci, Jonas Martin a été élu joueur du mois.

Les Tops


Jonas Martin, le soleil dans la brume.


A l’orée du dernier mois de compétition, les strasbourgeois ne semblent pas vouloir, ou du moins réussir, à sauver leur place dans l’élite du football français. Les matchs passent, les scénarios se ressemblent, et l’évolution du Racing au classement est en constant stand-by. Quoique. Finalement, ils abordent les deux derniers multiplex de la saison avec une seule unité d’avance sur le barragiste. Un peu plus, trois, sur le premier relégable, alors que Metz est condamné à la Ligue 2. Le Racing a pris trois points ce mois-ci, sur les 15 possibles. Un bien maigre bilan. Jonas Martin en a apporté un, en égalisant à Angers sur pénalty. Et c’est tout. Il a toutefois su rendre de meilleures copies que ses coéquipiers sur les cinq derniers matchs, exit Rennes, qui n’est pas comptabilisé. Une mince lueur d’espoir, alors que les esprits se tendent et que les supporters se rongent tous les ongles, orteils compris, tant cette fin de saison est angoissante. Les discours sont bons. Ne reste plus qu’à y joindre les actes.

Anthony Gonçalves, parti pour rester ?


Ce n’est pas une information, mais bien une interrogation. A l’heure actuelle, difficile d’imaginer Anthony Gonçalves nous quitter si prématurément, bien que le contrat terminé. En tout cas, ses performances sur le terrain restent honorables malgré une faible concurrence, et apporte une hargne et une énergie supplémentaires et inévitables pour arracher des points et le maintien. Sa côte de popularité est aussi largement en sa faveur. En témoigne le nuage de supporters qui l’attendent à la fin des matchs ou même des entraînements. Un des chouchous de La Meinau, si ce n’est LE chouchou. Fidèle à lui-même, il continue à tout donner sur le terrain et ne pas calculer les efforts. Surtout, il a permis à Beunardeau de se montrer auprès de grands producteurs de cinéma.

Dimitri Liénard, un regain de forme ?


Et si le meilleur passeur version 2017-2018 du Racing se réveillait au meilleur moment ? Au repos, ou, en tout cas, en sommeil depuis la reprise en 2018, les performances de Dimitri Liénard sont bien meilleures depuis quelques matchs. Il aurait même mérité de marquer un but contre Saint-Etienne si Ruffier n’était pas Ruffier et cette splendide lucarne enlevée. Très peu décisif, et c’est un euphémisme, depuis plusieurs mois, le but de Liénard à Rennes pourrait le remotiver pour cette ultime ligne droite. Une forme de récompense pour les efforts fournis en avril. Mention encouragement pour lui.

Ernest Seka, Pablo Martinez et Alexandre Oukidja complètent ce top au parfum de Ligue 2 voire de National. Le portier devant principalement son positionnement dans le top (avec 0.05 point, c’est dire la marge) essentiellement grâce à son excellent match, probablement le meilleur depuis qu’il est au club, contre Nice.

Les flops


Jean-Eudes Aholou, la machine en panne.


Ce n’est pas habituel de le voir ici. Pourtant, c’est si symptomatique des difficultés du Racing. Forcément, quand le pilier est fatigué, les fondations s’écroulent. Certes Jean-Eudes Aholou n’incarne pas le RCS à lui seul, mais il met davantage ses coéquipiers en difficulté lorsque lui-même est moins bien. Pourtant, depuis mars, le néo-international ivoirien a bien du mal à garder son niveau qui l’a projeté dans les nominés du Onze type de l’UNFP. Absent à la récupération, en retard sur ses interventions, souvent mal placé, des pertes de balle dangereuses et parfois même amenant un but, il est primordial que la sentinelle ivoiro-togolaise retrouve ses sensations. La tête déjà ailleurs ? C’est probable.

Bakary Koné, leader déchu.


Leader défensif et capitaine, le commandant du navire laisse le bateau couler sans réagir. La défense du Racing prend l’eau. Lui en première ligne. Aucune bouée de sauvetage ne semble se présenter à Thierry Laurey, et le radeau qui conduira la barque alsacienne sur la côte du maintien semble manquer de stabilité. Bakary Koné a perdu la carte. Impossible de la retrouver. Les décisions pour sauver les autres navigateurs sont mauvaises et prouvent une fébrilité et une perte totale de confiance. Pas sûr que la barque arrive à la rive souhaitée… Attention, à travers cette image, je ne cherche pas à dire que Koné est le seul et unique fautif de la situation sportive complexe de notre club, ce n’est qu’une image. Merci de votre compréhension.

Benjamin Corgnet, la montagne russe.


Tantôt performant, tantôt absent, tantôt mauvais. La saison de Benjamin Corgnet s’apparente largement à une montagne russe. Avec, malheureusement, plus de phases descendantes que de hauts sommets. Rapidement recruté pour hausser le niveau technique du milieu de terrain et devenir le meneur de jeu dans le plan de Thierry Laurey, les choses se sont vites compliquées. L’irrégularité dans la saison et dans les matchs est un problème. Pour contraster un bilan terne et des performances sportives en dents de scie, Benjamin Corgnet tente souvent des ouvertures osées à base de prises de risques offensives, malheureusement peu accompagnées ou manquant de précision. Un manque d’automatisme criant d’autre part, la ligne offensive étant souvent bousculée et touchée par des blessures ou un niveau de jeu affaibli selon les éléments, des profils différents… Le meneur de jeu manque de repères. Il s’est montré bien plus intéressant dès son entrée en jeu à Rennes, par exemple. Il peut encore guider Strasbourg sur l’autoroute du maintien.

Stéphane Bahoken, en fin de contrat, et Dimitri Foulquier, en prêt de Watford, complètent ce classement, qui a le parfum d’un recrutement en deçà des espérances.

Le classement complet


JoueurMatchsRCS - Metz 2-2Angers - RCS 1-1RCS - St-Etienne 0-1Amiens - RCS 3-1RCS - Nice 1-1Moyenne
Jonas Martin51.192.420.260.380.871.02
Anthony Gonçalves40.482.09-0.7910.7
Dimitri Liénard50.940.252.111-10.66
Ernest Seka50.81-1.671.91.460.660.63
Pablo Martinez4-0.54-1.911.751.190.12
Alexandre Oukidja51.43-0.17-1.81-1.962.760.05
Dimitri Foulquier41.540.73-1.14-1.6-0.12
Stéphane Bahoken52.230.32-1.68-1.46-1.81-0.48
Benjamin Corgnet51.33-0.5-1.51-1.48-2.32-0.9
Bakary Koné5-0.84-1.75-1-1.33-0.07-1
Jean-Eudes Aholou4-1.65-2.05-1.28-1.22-1.55

amalinho

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter