RCS - Dijon, le compte rendu

Note
5.0 / 5 (2 notes)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.348 fois
Auteur(s)
Par doubleponey
Commentaires
2 comm.
dijon.jpg

Après le cruel dénouement du match à Marseille, le Racing se devait de retrouver le chemin de la victoire face à Dijon. Trois buts et une prestation convaincante plus tard, les Bleus ont retrouvé le sourire.

Les compositions :

RCS
Equipe

DFCO
Equipe


La première période :

Le début de match est clairement à l'avantage des Bleus qui essaient de conserver le ballon et de rapidement développer des actions. Zohi se met rapidement en évidence avec une première action dès la deuxième minute, où, lancé par Da Costa, il ne parvient pas à exploiter suffisamment les espaces. Dijon temporise pour calmer les ardeurs strasbourgeoises, mais le Racing presse haut et remporte les duels. On notera néanmoins toujours les mêmes imprécisions une fois que le ballon pénètre dans les trente derniers mètres. A la septième minute, Amalfitano s'infiltre dans le camp strasbourgeois et parvient à lancer Tavares en profondeur, la défense est prise à revers mais ce dernier envoie le ballon en tribune alors que s'annonçait une vrai occasion pour les visiteurs. Dans la foulée, c'est toujours Amalfitano qui porte l'estocade mais le résultat reste équivalent avec un dégagement de la défense strasbourgeoise. Le jeu est direct des deux côtes mais trop brouillon dans les trente derniers mètres. A la 12e minute, Martin passe pour Nuno Da Costa, Lala et Thomasson combine à droite en une touche, ce dernier centre en première intention pour Da Costa qui coupe la trajectoire au premier poteau, la gardien Dijonnais a anticipé le centre et ça fait 1-0 ! Il s'agit là d'un petit évènement et du premier but Strasbourgeois dans le premier quart d'heure cette saison. A la 15e minute, on apprend que la possession est équivalente (49/51) cependant Dijon fait beaucoup de fautes pour parvenir à stopper les relances et attaques strasbourgeoises. A la 21e, Sissoko porte le ballon et lance Kévin Zohi qui est trop court, dans la foulée, Jules Keita prendra un avertissement pour une évidente distribution de tampons depuis l’engagement. On note que l’ouverture du score rééquilibre les débats, Dijon joue plus haut, le Racing les laissant venir, forts de leurs avances au tableau d’affichage. C’est là qu’intervient le tournant du match (26e), une ouverture de Jonas Martin pour Adrien Thomasson qui passe en profondeur pour Da Costa. Ce dernier est accroché par Coulibaly alors que le but ne pouvait lui échapper, l’arbitre ne sourcillent pas, il siffle pénalty et expulse le défenseur. C’est là qu’intervient l’assistance vidéo à l’arbitrage, pendant de longues minutes l’arbitre consulte pour finalement signaler un hors-jeu justifié de Thomasson et annulé le carton rouge. Ce fait de jeu relancera la machine dijonnaise malgré quelques égarements dans les minutes suivantes.

A la 32e minute, Naim Sliti obtient un coup franc au 30m qui vaudra un avertissement à Martin, il se chargera de l’expédier juste à côté du poteau droit de Matz Sels qui semblait sur la trajectoire. A la 34e , Julio Tavares hérite du ballon aux 20m mais l’expédie dans les tribunes. Les dijonnais soignent davantage leurs transmission avec 76% de passes réussies contre 66 pour nos bleus. Le jeu devient haché avec toujours de nombreuses fautes et Sliti devient le principal danger, ce qui affectera le rendement d’Ibrahima Sissoko qui paraît plus en difficulté qu’à l’accoutumée avec de nombreuses imprécisions. La première mi-temps finira sur ce faux rythme, les Dijonnais conservant l’essentiel du jeu mais ne parvenant pas à se montrer dangereux. Les actions strasbourgeoises viennent principalement du couloir droit où Lala, Thomasson et Da Costa se trouvent régulièrement.

Les statistiques à la mi-temps :

RCS : 1 tir / 1cadré / 3 centres / 3 venant de la droite
DFCO : 4 tirs / 0 cadré / 6 centres / 4 de la gauche

La deuxième période :

Elle débute comme la première avait fini, Dijon presse et provoque les erreurs chez les Strasbourgeois. Pourtant à la 46e, c’est Strasbourg qui croit concrétiser avec Thomasson pour Sissokho qui lance Zohi, celui-ci part vers la ligne de touche pour placer le ballon hors de portée de Runarsson. Malheureusement il ne s’agit pas (encore) de son premier but en professionnel, il est rapidement signalé hors-jeu et le score en reste là. Dans la foulée (51e), Dijon change deux joueurs, Tavarez sort pour Wesley Said et Amalfitano pour Mehdi Abeid, l’objectif est clairement de fluidifier le jeu en apportant vitesse, spontanéité et technique pour contrer la muraille bleue. Naim Sliti reste le principal poison avec une percée à la 53e puis un décalage astucieux sur le coup-franc pour Abeid qui expédie sa frappe sur le montant gauche de Sels qui avait suivi, le second tournant du match. Strasbourg a laissé passer le timide orage, reprend le cour du jeu et repart de plus belle. A la 55e, Lala part en contre et passe pour Zohi qui frappe des 25m directement sur le gardien. La minute suivante, Sels dégage sur Da Costa et Martin centre pour la tête non cadrée de Zohi. La possession est toujours équilibrée pour 48/52 à la 60e minute. A la 61e, Jonas Martin lance Zohi côté droit qui provoque une faute et l’avertissement pour Wesley Lautoa.

A la 62e, Lala tire un coup de pied arrêté sur la tête de Sissoko qui, après s’être fait de la place, l’expédie sur le poteau dijonnais. La timide réaction dijonnaise se fera à la 56e minute par Jules Keita qui prendra sa chance à l’entrée de la surface, sans grand danger, juste avant de laisser se place sur le terrain à Yohann Gourcuff. Dijon tente de revenir avec quelques actions qui amèneront des corners stériles (68e/70e) ou des frappes contrées (72e). Kévin Zohi, qui aura montré ses qualités techniques et son abnégation, cède sa place à Lebo Mothiba à la 73e pour insuffler un second souffle et profites des brèches. On remarque qu’en seconde période, Nuno Da Costa est beaucoup plus surveillé par les dijonnais, ce qui se conclu par davantage de mauvais choix et de pertes de balles. Les actions bleues continuent (75e/76e/78e), Strasbourg contrôle, attend et maîtrise désormais le match, il ne manque plus que de prendre le large. A la 80e minute, Ibrahima Sissoko intercepte une passe d’Haddadi, passe à Da Costa sur la droite de la surface, ce dernier attire les défenseurs et centre à ras de terre pour Mothiba laissé seul, il ne lui reste plus qu’à ajuster le gardien pour libérer la Meinau. Thierry Laurey offre, dans la foulée, une sortie ovationnée à Nuno Da Costa pour l’entrée de Benjamin Corgnet, dans un souci de gagner en conservation de balle au milieu. Le match est à sens unique, on ne reverra plus Dijon, les actions combinées de la 83e, 86e et de la 87e en témoignent. A la 88e minutes, Strasbourg mène le match des tirs cadrés par 3/0, le symbole criant du manque d’impact de l’attaque des visiteurs. Pour couronner le tout, dans les arrêts de jeu, Lebo Mothiba lance Corgnet qui passe à Thomasson, ce dernier transmet à Jonas Martin sur la gauche de la surface de réparation, il élimine Coulibaly d’un crochet et ajuste Runarsson pour laisser mourir le ballon au ras du poteau droit 3/0. Il sortira sous les applaudissements du public pour lancer Youssouf Fofana.

J'ai aimé :
- La solidité défensive
- L'endurance de Kenny Lala, que je croyais cuit il y a trois jours
- Kévin Zohi, son envie, sa fraîcheur
- La technique de Nuno Da Costa
- La régularité de Jonas Martin qui est le métronome.

doubleponey

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 1.245 lectures · Premier message par stragaric · Dernier message par kitl

Commenter