RCS - Lyon, côté tribunes

Note
5.0 / 5 (1 note)
Date
Catégorie
Côté tribunes
Lectures
Lu 1.295 fois
Auteur(s)
Par guigues
Commentaires
2 comm.
IMG_20190309_165735.jpg
© bichon

Pour ce match de gala face aux Lyonnais, le supporteur du Racing est passé par tous les états avant même le début de sa soirée.

Rincé



Une fois n’est pas coutume le temps n’est pas radieux alors que se profile une partie de balle à la Meinau. L’Alsace est sous la pluie, il fait gris, les tarifs gala proposés par le club sont prohibitifs. Seule éclaircie, le souvenir du coup-franc de Dimitri Lienard qui maintient la flamme allumée jusqu’à 17 heures, horaire du match choisi par la chaîne cryptée.

Seconde éclaircie, la buvette a remplacé la bière de Noël par celle de printemps, belge de surcroît. Encore aurait-il fallu prévenir le big boss là-haut qui gère la météo. Encore une nouveauté dans la tribune Ouest : des rambardes ont été ajoutées dans les escaliers, qui, il est vrai, sont bondés les soirs de match. Le temps de s’installer à sa place que les instructions pour l’animation de ce soir sont données par les capos.

En face, les Lyonnais remplissent une bonne partie du parcage visiteur, plusieurs centaines d’entre eux ont fait le déplacement dont les Bad Gones et les Lyon 1950. Ces derniers arborent également le calicot de leurs amis de la Mauve Army d’Anderlecht. L’ambiance sera bonne chez eux en première mi-temps, un peu moins en seconde.

Hypnotisé



Pour le tifo du jour, un voile plastique descend sur la tribune Ouest. Il représente un ultra qui tente d’envoûter les joueurs, en arrière-fond les spirales bleues rappellent ses yeux qui tournent sur eux-mêmes. « Hypnotisés par les gradins, transcendés sur le terrain, à nous les 3 points » explique la banderole qui l’accompagne.

Le match des tribunes peut commencer. D’ailleurs, tout commence mal puisque Mitrovic perd une nouvelle fois l’engagement et que les visiteurs choisissent malicieusement de nous faire attaquer coté kop. Sur le terrain ce n’est pas mieux. Koné offre un premier but aux Lyonnais, la frustration et le dépit déteignent sur l’ambiance.

En fin de première mi-temps quelques sifflets résonneront à droite à gauche. Da Costa déclenche la première salve en foirant son coup du foulard alors que l’équipe est en difficulté. L’arbitre lui aussi est conspué à plusieurs reprises. Les sifflets ne se taisent pas par la suite, ce qui aura le don d’énerver Thierry Laurey. Il aura un geste pour la tribune Sud derrière lui notamment. Une piqure de rappel sur la versatilité d’une partie du public de la Meinau qui souvent ne se déplace que pour les affiches et agit en consommateur mécontent.

Transcendé



De mal en pis pour le début de la seconde mi-temps. Le Racing concède un pénalty que Matz Sels ne peut stopper malgré les encouragements de la foule qui scande le nom du portier belge rapidement devenu un des favoris de la Meinau. Heureusement le Racing et son public veut renverser la tendance en quelques minutes. Avec un doublé d’Ajorque, même si tout le monde - JL Filser compris - a d’abord cru à une réduction du score de Thomasson, la Meinau ressuscite. Toutes les tribunes explosent et le kop appelle ses homologues mettre le feu.
Les Strasbourgeois se lèvent, le stade vibre, les Lyonnais sont à leur tour conspués. Les capos annoncent la présence de Jeremy Grimm dans le kop, venu pousser lui aussi ses coéquipiers. « Pour notre ville, pour nos couleurs, nous chanterons pour ce club qu’on a dans le cœur, sur le terrain, dans les gradins, les Ultraboys vous porteront jusqu’aux 3 points ! » résonnent comme rarement. Cela ne suffira pas et malgré une fin de match palpitante les Bleus se contentent du nul, plutôt miraculeux à la vue du scénario.

Satisfait



Les joueurs saluent les tribunes, pas d’effusion de joie non plus mais le sentiment d’avoir respecté le public en donnant tout sur le terrain. Le supporteur du Racing lui a le sentiment d’avoir vieilli de 10 ans en un seul match, preuve qu’il se passe toujours quelque chose du côté du Krimmeri. Encore le temps de rêver un peu et Martin Terrier vient saluer les tribunes du stade qu’il l’a vu se révéler. C’est au final une belle soirée, qui ne fait d’ailleurs que commencer.

guigues

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 1.157 lectures · Premier message par jeandefrance · Dernier message par jakouiller

Commenter