« Reims surfe sur une sorte de plénitude collective »

Note
4.8 / 5 (5 notes)
Date
Catégorie
Avant-match
Lectures
Lu 1.111 fois
Auteur(s)
Par cooc
Commentaires
2 comm.
IMG_0186.JPG
© kitl

Présentation du match Racing - Reims avec l'interview du journaliste de France Football, Timothé Crépin, fan du club champenois.

Pour la présentation du match contre Reims, qui nous rappelle le match aller plein d’émotions, quelques jours après les attentats de décembre, je vous propose l’interview de Timothé Crépin, journaliste à France Football et fan du Stade de Reims :

racingstub.com: Bonjour, peux-tu te présenter ?

TC : Timothé, bientôt 30 ans (:(() journaliste pour France Football depuis déjà six ans. Je travaille à 95% pour le site de FF. Je produis également quelques contenus pour la version papier. J’oubliais : je suis supporter du plus grand club de France: le Stade de Reims. Et oui, un journaliste peut être supporter et être à la fois transparent sur n’importe quel sujet.

Comment es-tu devenu accro au SDR ?

Mes premiers pas à Delaune sont assez flous. Mais ça remonte à l'époque où nous végétions en CFA 2. Il me semble que c'était un match de barrage pour la montée. Dans un Delaune où il y avait encore la piste de cyclisme, tel un vélodrome. Une autre époque pour ce club.

Reims est dans une forme exceptionnelle depuis le match aller et n’a jamais perdu ! Comment expliques-tu cette saison exceptionnelle ? Est-ce un renouveau dans la gestion du club après des saisons de "galère"?

Non, ce n'est pas un renouveau. C'est finalement la logique et la concrétisation d'un projet qui a pris beaucoup de temps. Depuis sa remontée en Ligue 1 (première depuis 33 ans, en 2012-13), Reims a capitalisé sur ses envies de modernisation, et surtout avec l'envie de vraiment s'appuyer sur un socle très important dans le foot moderne : la formation. Jusque-là, dans les années 2000, très peu de joueurs étaient issus de ce centre. Il y a eu Lucas Deaux, Aissa Mandi en noms "connus". Mais c'est tout. Ainsi, Reims s'est équipé d'un nouveau centre de vie, le centre Raymond-Kopa. Un outil qui a permis de rassembler toutes les composantes du club qui étaient jusque-là éparpillées un peu partout dans la ville. Là, le club est concentré sur un même lieu, avec de sacrées installations. Et c'est un véritable plus pour l'image et le fonctionnement de Reims. Après, cela ne s'arrêtait pas là. Il a fallu reprendre la formation. Désormais, le travail commence à payer. Les équipes de jeunes sont très bien placées un peu partout depuis plusieurs années. Et un élément comme Rémi Oudin se révèle, en attendant d'autres.

Depuis plusieurs années maintenant, Reims a retrouvé une stabilité financière, qui fait que le club n'est jamais en danger devant la DNCG. Il peut donc grandir à son rythme. Ainsi, la descente en Ligue 2 d'il y a deux ans n'a eu en fait aucun impact, si ce n'est de freiner la progression du club.

Ajoutez à cela, le choix payant de confier les clés à un coach comme David Guion, qui connaît très bien les jeunes qui montent pour avoir été le directeur du centre de formation, ainsi qu'une cellule de recrutement davantage solide et davantage constitué qui a frappé très fort cette saison avec des noms comme Engels, Konan, etc, qui se sont vite installés.

Ajoutez aussi l'esprit de la saison record de la montée la saison dernière qui perdure cette saison. Un collectif ultra soudé en interne, des leaders de vestiaire bien identifiés, des joueurs qui ont sans problème monté le curseur entre la Ligue 2 et la Ligue 1 (Abdelhamid, Mendy, Chavalerin).

Reims était réputé être une équipe ennuyeuse: sur la période 1ère à la 19ème journée, elle était la 19ème attaque. Depuis cette période, elle est la 3ème attaque du championnat, quel changement ! L’effet Zenelli ?

Ennuyeuse, tu es dur ! C'était en effet très compliqué pendant les deux premiers mois de compétition avec une période où, je crois, Reims claque seulement deux buts en sept matches. Mais au moins, Reims ne perdait pas. Rennes peut faire office de déclic. Reims gagne 2-0 là-bas et devient de plus en plus séduisant offensivement. Petit à petit, cette équipe est montée en puissance offensivement... tout en restant archi solide défensivement. Et voilà pourquoi le club en est là aujourd'hui. Oui, Zeneli (ndlr: Timothé a écrit son portrait sur le site de France Football) a apporté un peu de folie devant, et il a d'ailleurs très vite empilé les stats, mais il n'y a pas que lui. Là, Reims surfe sur une sorte de plénitude collective où le relâchement n'arrive que très peu de fois. La série est absolument incroyable, Reims est juste en dessous du Barça, vous imaginez ?

Tout ça, comme je l'ai déjà dit précédemment, porte la marque de David Guion et de son staff.

Malgré l’excellente période que Reims traverse, on sent une période de moins bien en ce moment. Est-ce le moment pour Strasbourg ?

Non, ce n'est pas vraiment le bon moment si tu te fies aux derniers matches et à la série dingue. Après, on sort d'une trêve, l'élan de cette équipe a pu être "stoppé", tu ne sais jamais trop comment ça va repartir. Mais jouer Reims trois jours après une finale de Coupe de la Ligue, ce n'est pas un super cadeau.

Jouer Strasbourg après la finale de la coupe de la ligue, bonne ou mauvaise nouvelle ?

Je dirais bonne : si Strasbourg gagne (ndlr: entretien réalisé avant la finale), ils seront encore sur leur nuage et pourront se dire que la saison est d'ores et déjà réussie ; s'ils perdent, la finale pourra être encore dans toutes les têtes, donc, a priori, bonne ! Mais bon...

Que peut-on souhaiter à Reims pour la fin de saison ? Et la suivante ?

Sincèrement, j'adorerais que le club se qualifie pour la Ligue Europa. Un promu qui passe en C3, ça sera fou. Mais tu peux aussi te demander si ça ne serait pas trop "tôt" pour l'évolution du club. A voir, la reprise post-trêve va être décisive avec de gros matches (Strasbourg, Sainté, Monaco, Lille), après ça on en saura sûrement plus.

La saison suivante, ligue Europa ou pas ligue Europa, sera un sacré défi. Car après une telle saison, cet été, beaucoup de joueurs vont être demandés. A commencer par Rémi Oudin par exemple. Jean-Pierre Caillot est plutôt bon en négociations donc on va voir ce que ça peut donner. Reims va en tout cas chercher à se maintenir dans ce top 10 de la Ligue 1 qui avait été un objectif à l'horizon 2020. A regarder le travail fait par chaque strat du club, de la formation aux pros, un futur plutôt plaisant est possible.

Pour finir, quelle est l’arme numéro 1 de Reims ? LE joueur à surveiller pour Thierry Laurey et ses hommes ?

L'arme numéro 1 est Arbër Zeneli. Il l'est rapidement devenu. Les adversaires se focalisent tellement sur lui qu'il libère les autres. Oui, Rémi Oudin est le meilleur buteur et est donc à surveiller, mais dans le jeu, c'est vraiment Zeneli.
Après, franchement, au même niveau que Zeneli, je mettrai tout simplement le collectif : t'as tellement l'impression que c'est bien huilé, qu'il faut vraiment être costaud pour perturber l'ensemble. C'est possible un soir, je dis pas, mais c'est très rare, et c'est ce qui fait la force de ce club cette saison.

Un pronostic pour le match ?

On va dire 1-1. Thomasson et Chavarria

cooc

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 955 lectures · Premier message par zidane.cz · Dernier message par kitl

Commenter


Voir aussi

RCS - Reims 4-0

· Stade de la Meinau (Strasbourg) · 30e journée · Ligue 1 2018/2019

Racing_Club_de_Strasbourg_Alsace_logo_2016.png Stade_Reims_1999.svg.png

Confrontations (37)

Dernières confrontations

Dernières confrontations

Buts marqués

Par RCS
71
Par Reims
49

Derniers résultats

RCS
N, N, D, N, N
Reims
V, V, N, N, V

Pronostics racingstub.com

Voir tous les pronostics