Pas d'Europe pour Marseille !

Note
4.0 / 5 (1 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.639 fois
Auteur(s)
Par lawknight
Commentaires
3 comm.
20190504_100009-2010x2122.jpg
© rachmaninov

Le Racing a enterré les derniers espoirs européens de l'OM en privant les Phocéens de la victoire (1-1). Les hommes de Laurey sont peut-être moins fringants qu'en janvier, mais ils ont encore fait preuve de caractère pour revenir dans une partie mal engagée.

Composition


C'est un OM en grande difficulté dans le sprint final pour l'Europe qui se présente dans une Meinau à guichets fermés, entièrement acquise à la cause strasbourgeoise en raison de l'interdiction de déplacement des supporters phocéens. Privé de Pablo Martinez, Thierry Laurey le remplace poste pour poste et aligne un milieu joueur avec des profils box-to-box et des attaquants vivaces pour se projeter rapidement devant.

Equipe


1ère mi-temps



L'OM est la première équipe à se manifester, sur le côté gauche, par des centres de Sakai (1ère) puis Ocampos (5e), mais ils ne trouvent pas preneur. Le Racing allume sa première mèche par Lionel Carole dont le centre tendu à gauche ne trouve pas Nuno Da Costa, trop court (7e). Sur l'action suivante, Luiz Gustavo voit sa frappe contrée par Stefan Mitrovic. Les deux corners successifs ne donneront rien. Au quart d'heure de jeu, le coup franc de Kenny Lala à gauche est repoussé par les Marseillais qui partent en contre, mais Strootman est hors jeu sur le centre d'Ocampos. Strasbourg tente encore d'ouvrir le score sur ce centre de Kenny Lala remisé par les têtes successives d'Ibrahima Sissoko et Lionel Carole sur Ludovic Ajorque, dont la frappe enlevée termine dans la tribune Est. Mario Balotelli porte le danger côté phocéen, mais il est d'abord hors jeu sur cette ouverture de Sarr (22e) avant de reprendre ce centre de Strootman de la tête, mais il est gêné par Lamine Koné et ne cadre pas (25e). Il décale ensuite Valère Germain qui envoie Luiz Gustavo défier Matz Sels, mais c'est le portier belge qui sort vainqueur de ce duel (27e). Cette mi-temps s'achève par trois occasions alsaciennes : le centre de Nuno Da Costa lancé en contre arrive en sortie de but (30e), le centre de Youssouf Fofana est repoussé des poings par Mandanda avant que Ludovic Ajorque, sur coup franc, n'envoie le ballon au-dessus après une faute de main à l'extérieur de la surface (42e).

Mi-temps



Aucune équipe n'est parvenue à prendre l'ascendant au terme d'une première période marquée d'un côté par une possession de balle essentiellement marseillaise avec des défauts dans le dernier ou l'avant-dernier geste et de l'autre des Strasbourgeois rencontrant des difficultés de transmission au milieu de terrain qui empêchent de casser les lignes pour surprendre l'arrière-garde de l'OM.

2ème mi-temps



La seconde période démarre tambour battant... pour l'OM, qui ouvre le score d'une frappe limpide de Valère Germain à l'entrée de la surface de réparation. Il a profité d'une passe d'Hiroki Sakai bien lancé par Mario Balotelli pour tromper Matz Sels (48e, 0-1). Les Olympiens manquent la balle de break 2 minutes plus tard lorsque Caleta-Car, seul aux 6 mètres, frappe sur le poteau à la suite d'un corner. Le Racing réplique par un coup franc de Kenny Lala à 30 mètres, qui lance Jonas Martin dans la profondeur, lequel effectue un centre-tir qui rase le montant de Mandanda. Le même Jonas Martin percute à nouveau dans la surface côté gauche cette fois, mais se heurte à Adil Rami (62e). L'égalisation interviendra après un long ballon de Youssouf Fofana qui lance Ludovic Ajorque, lequel voit sa course irrégulièrement stoppée par un Adil Rami qui se précipite quelque peu. Le penalty est sifflé, mais Jonas Martin voit son tir repoussé par l'international français. Adrien Thomasson est à la retombée, mais sa tête est elle-aussi contrée par le gardien marseillais, mais pas le tir de Kenny Lala qui a suivi et remet les équipes à égalité d'un plat du pied gauche (1-1, 64e).
L'OM ne peut se contenter du match nul et reprend du poil de la bête par l'intermédiaire de Luiz Gustavo dont la reprise est repoussée des poings par Matz Sels (72e) avant ce tir esseulé au point de penalty qui part au-dessus, après un centre de Lopez mal dégagé par la défense (76e). Côté strasbourgeois, le centre de Ludovic Ajorque après ce décalage de Youssouf Fofana est trop fuyant (84e). Une passe en retrait involontaire de Kenny Lala est dégagée en touche par Matz Sels... du poing. Le coup franc indirect semblable à un mini corner est vendangé par Amavi, qui ne convertit pas la passe de Dimitri Payet (88e). La fin de match est débridée avec des équipes coupées en deux qui se projettent rapidement devant et accusent beaucoup de déchet technique. Sur une sortie manquée de Mandanda en dehors de sa surface, Adrien Thomasson reprend rapidement, mais sa frappe est interceptée par les défenseurs revenus en catastrophe (90e). Sur le contre, Payet centre pour Luiz Gustavo qui ne peut déclencher sa frappe, rattrapé par la défense alsacienne. Sur une ouverture côté gauche, Ocampos s'infiltre dans la surface de réparation et choisit de frapper... au-dessus, malgré l'appel de balle de Germain seul dans l'axe (90e +2). La dernière occasion sera strasbourgeoise avec ce coup franc indirect de Kenny Lala à 35 mètres. Le bloc strasbourgeois monte et Lamine Koné parvient à s'extirper du marquage, mais il arrive trop tôt pour ajuster sa tête face à Mandanda (90e +4).

Conclusion



Le Racing accroche à nouveau un poids lourd de la Ligue 1, sans toutefois l'emporter, au terme d'un match marqué par beaucoup de déchet technique et un défaut de construction de part et d'autre qui aura influé sur une animation offensive en-deçà des espérances. Il s'achemine vers une fin de saison en roue libre, à défaut de montrer ce jeu libéré de toute pression que tout le monde attend...

lawknight

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 1.296 lectures · Premier message par islay · Dernier message par kitl

Commenter