Pourquoi Amiens - Racing a été aussi ennuyant

Note
4.0 / 5 (1 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.241 fois
Auteur(s)
Par gabmey87
Commentaires
0 comm.
IMG_1288.JPG
© kitl

Après un des matchs de la saison à oublier, où le Racing n’aura cadré officiellement qu’un seul tir, les critiques vont bon train sur le relâchement supposé de l’équipe en cette fin de saison. Néanmoins, existe-t-il des vraies explications au fait que ce match ait été insipide ?

La tenue : tout en bleu


A l’extérieur et en fonction de la tenue domicile des adversaires (maillot blanc ou rouge), le Racing joue souvent avec son maillot domicile (bien sûr, les sponsors sont ceux de l’extérieur, notamment le croisiériste bien connu). Mais quand le short adverse est blanc, alors il prend également son short bleu.

Cela a été le cas 6 matchs cette saison sur les 17 disputés à l’extérieur : Lyon, Reims, Monaco, Nice, Nîmes et Amiens.

Bilan des 6 matchs: 1V, 2N, 3D
Bilan des 17 matchs à l’extérieur : 4V, 8N, 5D.


Conclusion sans analyse : la tenue bleue est responsable de 60% des défaites à l’extérieur et un bilan moins bon que pour le total des matchs à l’extérieur, c’est donc pour cela que nous avons fait un mauvais match.
Conclusion avec analyse : les 3 défaites l’ont été face à des équipes du Top 10 (Lyon, Reims, Nice) et plus généralement les 5 défaites au total (Saint-Etienne et Marseille en plus). La seule victoire l’a été face à Monaco lors du fameux mois de janvier. On peut donc exclure la tenue à elle seule.

L’influence de Dimitri Liénard


Les fervents supporters/fans/agents de Dimitri Liénard, ou @loulou90, n’ont de cesse de dire que sans lui, ça ne va pas. Mais à l’extérieur, qu’en est-il ? Il n’était pas sur le terrain à Amiens puisque malade.

Bilan des matchs titulaires : 3V, 2N, 1D
Bilan des matchs remplaçants : 1V, 3N, 0D
Bilan des matchs sans Dimitri : 0V, 3N, 4D


Conclusion sans analyse : 0 victoires sans Dimitri Liénard. Pire, 80% des défaites l’ont été sans lui. Il est le facteur X.
Conclusion avec analyse : Lors des 3 victoires en tant que titulaire (Bordeaux, Rennes, Toulouse), il a été crédité respectivement des notes de 6,7 et 6, il influence le jeu sans pour autant être le top player, le gars qui fait basculer des matchs (90+4 !). A Monaco, il est rentré 9 minutes alors que le match était plié. Il est l’un des facteurs à prendre en compte pour les 2 derniers matchs à l’extérieur (Dijon, Nantes). Attention, cependant, à Nice alors qu’il était titulaire, il est fautif d’une absence de marquage sur Atal.

L’adversaire : Amiens


Est-ce qu’Amiens n’est finalement pas notre chat noir ? On pourrait le penser puisque la dernière victoire à la Licorne date de 2002, en division 2, lors de la saison de la remontée alors qu’Amiens était promu !
Conclusion: je vous laisse juger par vous-même, tout est sur la stub! Même si la Licorne n’est pas la Beaujoire, elle est devenue ces quelques années, un endroit de non-victoire et à défaut d'une victoire, mieux vaut un nul, non?

Et si finalement...


...le cœur du problème ne situait pas dans le 5-4-1 qui isole l'attaquant ou dans les statistiques de celle que l'on surnomme "la Frappe" avec le Racing ou encore dans le nombre de supporters à l'extérieur? Y'a-t-il vraiment besoin d'une explication à ce match du Racing?

Je laisse le mot de conclusion à notre célèbre actor studio, qui nous régale chaque week-end sur la pelouse ou en salle de presse:
"Vous avez des très jolis matchs de Strasbourg ..mais ça peut arriver aussi malheureusement de... vous savez quelque fois dans un couple vous êtes pas performants. ça peut arriver une fois de temps en temps aussi ... vous savez, ça arrive...vous êtes pas en forme et ça passe pas Et pis y'a des moments c'est l'Everest" (Thierry Laurey, conférence de presse d'après-match).
Alors, ce vendredi, grimperons-nous une nouvelle fois l'Everest?

gabmey87

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter