Coup de chaud sur la Meinau

Note
5.0 / 5 (5 notes)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 3.444 fois
Auteur(s)
Par magellan
Commentaires
2 comm.
image.jpg
© klaus

Retour sur la victoire 3-1 du Racing face au Maccabi Haïfa.

Au cœur de l’été et à la fin d’une journée caniculaire, le Racing dispute son premier match officiel de la saison, match européen pour cette entré en matière qui a attiré 20 639 spectateurs que la chaleur et la vignette Crit'air n’ont pas rebutés. Ce match aller se dispute contre le Maccabi Haïfa, dans le cadre du deuxième tour préliminaire à l’accession aux poules de la Coupe Europa, qui en comporte quatre au total, ceci après 13 années d’absence du Racing au niveau européen…

Les compositions


La composition de l’équipe du Racing était attendue avec curiosité, ce en raison de l’absence de Mothiba, Caci et Sissoko qui ont repris l’entraînement après leurs coéquipiers, de celle de Lala ménagé, et à l’inverse, en raison de la présence attendue de Djiku et de Bellegarde, les recrues de l’intersaison. Plus surprenante fut la défection de Mitrovic purgeant une suspension européenne récoltée deux ans auparavant.

Racing :
Equipe


Maccabi Haïfa :
Equipe


La première mi-temps tourne au rouge


Le match en est resté au classique round d’observation pendant le premier quart d’heure, le premier tir étant pour les Israéliens dans les gants de Sels, la réplique instantanée venant d’un tir vicieux de Bellegarde obligeant le gardien Haimov à une détente vigilante.

Pour la suite de la première mi-temps, si le jeu est resté essentiellement cantonné au milieu du terrain, le prudent 3-5-2 du Racing et la défense renforcée du Maccabi y obligeant, il a commencé à s’animer avec notamment un missile de Fofana que le gardien écarte de sa lucarne (26è) , suivi dans la minute par un bel échange Bellegarde-Fofana-Carole, ce dernier tardant à tirer et butant sur le gardien. Le Racing a la main sur cette première mi-temps via un vigoureux pressing qui lui permet de récupérer beaucoup de ballons, Bellegarde s’illustrant particulièrement dans cet exercice.

A la 34ème pourtant, le Maccabi Haïfa fait courir un frisson glacé dans cette chaude soirée suite à une relance heureuse qui finit dans la course de l’avant-centre arrivant seul devant Sels et expédiant sur le poteau un ballon qui aurait pu faire mouche…
Mettant le nez à la fenêtre, le Maccabi se distingue par une assez jolie circulation de balle, faite de déviations, de passes latérales mais aussi de passes en profondeur qui heureusement ne prennent pas la défense strasbourgeoise en défaut. Le club visiteur se distingue également par les gains de temps de son gardien et par un engagement et une rouerie toujours à la limite.

Après le frisson, vient le coup de froid à la 38ème minute : le tir de Plakushchenko, sur lequel Djiku a tardé à sortir, fait mouche, aidé en cela par l’épaule de Koné qui donne un ballon lobé sur lequel Sels est obligé de s’incliner.

Pour autant, le moteur du Racing reste chaud et provoque le basculement de la rencontre trois minutes avant la mi-temps. Simakan sert Da Costa en profondeur, celui-ci réalisant un tour sur lui-même dont il a le secret mettant dans le vent son défenseur direct qui l’accroche. Cette fois la limite de la rugosité des joueurs de Haïfa est franchie, en même temps que la limite de la surface de réparation. Monsieur Blom, l’arbitre de la rencontre, qui était resté très introverti jusqu’à présent, siffle un légitime pénalty et délivre un carton rouge pour annihilation d’action de but. Le contre-pied parfait d’Ajorque (45ème) remet les deux équipes à égalité au score.

Deuxième mi-temps, la température grimpe encore !



A la reprise, Thierry Laurey prend en compte le sous-nombre des Israéliens et opère un changement tactique par le biais de Thomasson remplaçant un Aaneba qui n’avait pas démérité. La défense strasbourgeoise est alors constituée des trois centraux Simakan – Koné – Djiku , Bellegarde et Carole ne se repliant qu’occasionnellement sur les très rares incursions du Maccabi en deuxième mi-temps.

Le choix s’avère immédiatement judicieux puisque le Racing prend l’avantage dès la 47ème minute, suite à un double une-deux entre Thomasson et Ajorque le premier ajustant le gardien d’une superbe balle enveloppée.

Cette deuxième mi-temps va s’avérer brûlante de bout en bout sur la cage des visiteurs, sauf malheureusement pour les gants de Haimov… En effet, au pied du kop, les Racingmen se livrent à un festival de tirs trop enlevés ou mal cadrés, festival animé notamment par Thomasson (49ème, 52ème, 78ème, 89ème) , Bellegarde (55ème, 56ème) et par quelques faiblesses jambières de Da Costa et d’Ajorque.

L’exception à cette gabegie d’occasions manquées vient à l’heure de jeu, suite à un ballon gratté par Bellegarde et brillamment remisé par Thomasson sur Martin dont la frappe tout en finesse trompe Haimov pour la troisième fois.

Les rentrées de Zohi à la place de Bellegarde sortant sous l’ovation de la Meinau (76ème) et de Liénard à la place de Da Costa (84è) ne changeront plus rien à l’affaire.

La température du stade va atteindre son apogée dans les dernières minutes du match. Elle commence à grimper avec un pied au niveau du visage de Thomasson en bonne position face au but et se poursuit à la 86è par une très belle frappe de Djiku qui n’hésite pas à prendre sa chance d’autant que son tir dévié par la tête d’un défenseur frappe bas de la transversale pour rebondir devant la ligne. La suite de l’action restait intéressante quand l’arbitre se décida de l’interrompre suite à un des meilleurs numéros de théâtre que l’on ai vu depuis le National, le défenseur alternant roulades et guérison instantanée, il est vrai que Haïfa comporte un lieu saint.

L’ultime coup de chaud intervient à la 92ème : un ballon bêtement perdu sur la ligne médiane par Djiku - une fois n’est pas coutume – permet un contre tranchant des Israéliens qui finit par un tir puissant décoché à l’entrée de la surface et détourné par le bout du bout des gants de Matz Sels sur le bas de sa transversale, le ballon rebondissant là aussi devant la ligne.

La parade brillante de Sels sauvegarde les intérêts du Racing car, si le score de 3-1 est flatteur pour le Racing, on doit évidemment regretter qu’il n’ai pas su concrétiser son énorme domination de la seconde période. Le match retour à lieu le jeudi 1er aout à 19 heures au Maccabi, dans un stade fervent de 30.000 places, face à une équipe qui a tout de même marqué à l’extérieur et montré, à onze contre onze qu’elle savait jouer le ballon et déjouer l’arbitre. Deux buts d’avance, c’est beaucoup, et c’est peu. Souhaitons une douche glacée aux supporters du Maccabi dans une semaine, pour leur bien évidemment par ces grandes chaleurs, et surtout pour la bonne santé du Racing.

Les joueurs strasbourgeois


Les satisfactions ont été nombreuses en ce soir européen. Citons notamment :
  • Bellegarde : une impressionnante capacité à gratter les ballons et une vivacité qui le rendra redoutable pour les défenses de L1.
  • Djiku : à la mi-temps, il avait déjà l’air de faire partie de la maison depuis plusieurs saisons, par son calme, sa qualité de passe, son autorité défensive. Il était amusant de noter, sur le remplacement de Bellegarde, son intervention pour le hâter à quitter le terrain. Avec Mitrovic, cela fera deux patrons…
  • Simakan : un sans faute prometteur pour son premier match avec les pros, à revoir à onze contre onze.
  • Da Costa : totalement intransférable jusqu’à la 60è minute, irritant par après, avec l’excuse d’une forte chaleur.
  • Thomasson : idem pour Thomasson qui a alterné l’excellent (un but, une passe) avec un manque d’efficacité flagrant.
  • Sels : le jour où son arrêt de la 92ème vaudra autant qu’un but de Ronaldo, il sera ballon d’or ; a sauvé le match retour.
  • Pour les autres : belle activité de Carole et montée en puissance de Martin au fil du match.
  • Dans les moins, un Koné coupable sur l’alerte en première mi-temps et un Zohi à l’entrée peu convaincante.

magellan

Commentaires (2)

Flux RSS 2 messages · 3.318 lectures · Premier message par fripon67 · Dernier message par incorrigible strasbourgeois

  • Très bon resumé, propre avec une pointe d'ironie..
    Merci Magellan..
  • incorrigible strasbourgeois
    Très bon article, qui retrace parfaitement l'ambiance de la Meinau et le fil du match.
    [Excellente, la coquille (le lapsus ?;) sur Bellegarse en début d'article !... ]
    A noter également le bon esprit des 600 supporters israéliens qui n'ont pas arrêté d'encourager leur équipe, même quand elle ne touchait plus un ballon en seconde période.

Commenter