L'amour vrai

Note
5.0 / 5 (11 notes)
Date
Catégorie
Humeur
Lectures
Lu 1.522 fois
Auteur(s)
Par holicool
Commentaires
10 comm.
6.JPG
© rachmaninov

Quelques mots pour te témoigner nos sentiments les plus sincères !

Cher Racing,

Certains d’entre nous n’ont découvert ta beauté que récemment. D’autres vieillissent à tes côtés depuis de nombreuses décennies. En ce jour hivernal qui célèbre la chaleur émotionnelle, c’est avec passion que nous pouvons te le dire comme chaque année: on t’aime.

Nous t’aimons cher Racing, car tu embellis nos existences.

L’engouement, l’espoir et le rêve que tu animes si bien font de toi le plus bel des échappatoires une fois le weekend arrivé, alors que nous avons une difficulté financière, une séparation amoureuse ou la perte d’un proche à oublier. Tu nous transmets ton goût de la vie pendant 90 minutes. Tu nous fait rire, pleurer, pester, crier, angoisser. Tu sais insuffler en nous tout l’émerveillement et la spontanéité d’un enfant, transcendés que nous sommes devant une fusée fulgurante de Keshi contre Rennes, le génie fou de Liénard contre Lyon, un horizon bleu-infini dans les rues de Lille. Racing, tu nous rends vivants. Tu manies l’alchimie comme personne, transformant le morne gris du quotidien en un bouquet d’émotions brillamment colorées.



On t’aime aussi cher Racing, car tu es imparfait et donc si accessible.

Alors que certains de tes pairs se forgent une image aussi lisse que fade, ton authenticité sublime ta beauté. Tes fumées de tartes flambées et de marrons chauds nous enivrent d’un parfum brut. Tes joyeuses larmes de bières tombent des cieux et nous collent à la peau à chaque but que tu inscris. Ton fada de capo beugle son amour communicatif dans un micro et nos têtes se perdent alors tout autant que la sienne. Tes tribunes sont un canevas de visages de tous horizons : hommes, femmes, ouvriers, doctorants, grands, petits, blancs, blacks, citadins, villageois, cabossés ou chanceux de la vie. Racing, tu es humain.



Enfin, on t’aime plus que jamais cher Racing, car on a bien failli te perdre.

Ton instabilité historique. Ton immaturité usante. Ta relation tumultueuse avec ce pervers narcissique de Jafar. Tes affres judiciaires, puis ton péril sportif. Tous ces douloureux chapitres nous ont causé un chagrin incommensurable. On a vraiment cru que cette fois-ci, tu allais y passer pour de bon et mourir dans l’anonymat le plus total du haut de ton jeune siècle. Il paraît toutefois qu’un club ne meurt que lorsque il n’a plus de supporters. Tu serais ainsi immortel. Tous tes tourments n’ont que décuplé notre amour pour toi. C’est face au gouffre que la sincérité se manifeste. Racing, tu t’es embelli. Tu t’es assagi. Tu t’es reconnecté à toi même. Tu allies beauté et tradition. Tu brilles de mille neuf-cent six feux.



"Un seul amour et pour toujours : Racing Club de Strasbourg."

holicool

Commentaires (10)

Commentaire

Ne sera pas affiché, mais uniquement utilisé pour afficher votre éventuel gravatar.

Enregistre dans un cookie vos informations pour ne plus avoir à les resaisir la prochaine fois.

Annuler