Sévère et injuste

Note
5.0 / 5 (1 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 2.765 fois
Auteur(s)
Par lawknight
Commentaires
3 comm.
rcs om composition.jpg

Mal en point(s) sur le plan comptable, Strasbourg recevait Marseille en déficit de confiance, la faute à un parcours chaotique en Ligue des Champions. Malheur au vaincu, et cette défaite fait mal au vu de la physionomie de la rencontre.

Composition



L'entraîneur et son premier adjoint toujours confinés, c'est à nouveau Jean-Marc Kuentz qui dirige le onze depuis la touche. Il doit composer sans les titulaires Ludovic Ajorque, suspendu, et Jean-Eudes Aholou, confiné.
Dimitri Liénard fait son retour dans une association inédite avec Alexander Djiku à la récupération. Adrien Thomasson est titularisé, une première depuis la réception de Lyon, au sein d'un milieu de terrain très remanié : 4 nouveaux joueurs sur 5 par rapport au match à Reims, avec la montée d'un cran de Kenny Lala, et Habib Diallo se retrouve seul en pointe.

Equipe


1ère mi-temps



Le Racing commence par presser son adversaire. Alexander Djiku et son travail de sape à la récupération y sont pour beaucoup. Les décalages sur les côtés avec Anthony Caci à gauche et le duo Kenny LalaMohamed Simakan à droite sont inspirés, à défaut d'être couronnés de succès.
Les deux premières occasions sont strasbourgeoises et se produisent sur des corners côté gauche. Dimitri Liénard voit ses deux centres repoussés par la défense phocéenne (20e et 24e). Seul le premier est repris par un coéquipier, en l'occurrence Adrien Thomasson, mais le Savoyard dévisse sa frappe qui termine dans la tribune Est, heureusement sans heurter de spectateur (ironie).
La première action de jeu se déroule de l'autre côté. Kenny Lala centre et trouve Habib Diallo dans l'axe. L'attaquant contrôle en reculant, et tente une frappe lobée qui termine au-dessus des buts (31e). L'OM obtiendra les deux autres occasions de cette période avec un corner dévié par la défense alsacienne (41e) et un coup-franc côté gauche que Florian Thauvin envoie directement dans les bras de Bingourou Kamara (45e +1).

Mi-temps



Le « Marseille de l'est » fait douter le Marseille tout court. Les équipes se livrent un duel acharné sans toutefois parvenir à conclure, voire tout simplement à frapper au but. Le jeu est animé au milieu de terrain, mais appauvri aux extrémités. Les gardiens passent un début de soirée tranquille.

2ème mi-temps



Il faut attendre près de dix minutes pour voir une occasion, et elle arrive par ce coup-franc près du poteau de corner droit, mais le centre de Dimitri Liénard ne trouve personne (54e).
La véritable occasion de but vient d'Anthony Caci. Sur un renversement du jeu à gauche, le latéral repique au centre et tente un lob du droit qui échoue sur la transversale de Mandanda, battu (58e).
A l'heure de jeu, son centre est remis de la poitrine par Habib Diallo à Adrien Thomasson, mais sa frappe écrasée ne cause aucun souci au portier olympien. L'attaquant sénégalais y va de son action sur une longue passe en profondeur de Lamine Koné, en enchaînant amorti de la poitrine – contrôle de la cuisse – demi-tour et volée du droit, sans trouver le cadre (69e).
Mais l'Olympique de Marseille trouvera le chemin des filets contre le cours du jeu, sur une action des trois remplaçants entrés en jeu. Payet percute à gauche, glisse et termine sa course à terre mais centre de manière chanceuse pour Benedetto, qui remet pour Sanson dont la volée aux 16m ne laisse aucune chance au gardien alsacien (0-1, 72e).
Le Racing répond par un centre côté gauche d'Adrien Thomasson, mais Habib Diallo est trop court. Jean-Ricner Bellegarde parvient à reprendre, contrôler et frapper, mais son tir est dévié et Mandanda se couche sans souci (73e).
Les entrées successives de Mehdi Chahiri (75e), Ibrahima Sissoko et Majeed Waris (82e) et enfin Kévin Zohi (89e) seront infructueuses. Le Racing essaiera d'obtenir le point du nul, en vain, comme sur ce centre côté gauche de Kenny Lala, remisé par Habib Diallo sur Mehdi Chahiri qui crochète trois marseillais d'un coup, mais tire à côté (90e).
La dernière occasion sera strasbourgeoise et fera polémique. Kévin Zohi percute côté gauche, rentre dans la surface de réparation mais subit un croc-en-jambe du défenseur (90e +1). Le Racing réclame un penalty, mais M. Hamel reste stoïque.

Conclusion



Le Racing a montré de l'envie et de la détermination, mais a clairement manqué d'adresse. Face à un Olympique de Marseille au réalisme froid (une frappe sur tout le match), cela s'est payé cash.

lawknight

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 2.692 lectures · Premier message par andresel · Dernier message par foxy

Commenter