Lyon - RCS, côté tribunes

Note
5.0 / 5 (1 note)
Date
Catégorie
Côté tribunes
Lectures
Lu 551 fois
Auteur(s)
Par mitchtornado
Commentaires
4 comm.
IMG_20210912_203913_copy_994x745.jpg
© mitchtornado

Cinq jours après l'équipe de France, me revoici au Groupama Stadium pour suivre le match des Bleus contre les Blancs, mais cette fois-ci ce sont les Racingmen qui sont les visiteurs et l'OL les locaux.

Près de 18 mois entre mon dernier match (aussi à Lyon) et celui-ci, l'attente fut très longue pour revoir enfin le Racing en championnat. Quel plaisir, même si c'est pour retrouver une quatrième fois cette si éloignée tribune visiteurs.

Un bus affrété par le CCS et des dizaines de voitures venues d'Alsace accompagnent la diaspora alsacienne de la région Rhône-Alpes. Au final, ce sont pas loin de 300 supporters strasbourgeois qui assisteront à la rencontre du soir. On est loin des affluences estivales des autres saisons à Lyon mais compte-tenu du contexte et de la programmation un dimanche soir, c'est tout de même louable. A noter que l'affluence alsacienne aurait pu être plus nombreuse si la billetterie n'avait pas stoppé les ventes trois jours à l'avance, ce qui en a surpris plus d'un.

Nous donnons de la voix dès l'entrée des joueurs mais le spectacle et l'ambiance sont sans conteste du côté des Lyonnais. Après nous avoir gratifié de l'hymne toujours aussi kitchissime, le public agite ses drapeaux rouges et bleus dans tous le stade mis dans la pénombre, un jeu de lumière éblouissant fait monter l'ambiance sous les chants toujours plus bruyants. Le bouquet final de cet avant-match est le craquage de plusieurs fumigènes dans la tribune Nord des Bad Gones, animation très réussie même si elle nous empêchera de voir le coup d'envoi puis les premières minutes du côté de la surface lyonnaise. On est loin, très loin même de l'ambiance ici même pour l'accueil de l’équipe de France malgré une affluence quasi double ! (57 057 spectateurs contre 33 267 ce soir).

Le brouillard se lève à peine dans le stade que le ciel nous tombe sur la tête avec l'ouverture du score de Dembélé. Il n'en fallait pas plus pour réencourager les chants lyonnais, mais les nôtres ne faiblissent pas pour autant. C'est avec la cinquantaine d'UB90 que nous donnons de la voix pour encourager nos Bleus pleins de courage et pas prêt de baisser les bras. Toujours côté tribune, à noter une banderole et des applaudissements à Jean-Paul « Bébel » Belmondo. De notre côté ce sont les bâches habituelles qui sont fixées sur les plexis et un énorme drapeau «  Strasbourg  » qui nous accompagne (qui peut quelques fois gêner la vue, mais on ne va pas rentrer dans le débat de la dernière fois). Quelques UB s'amusent même de le faire flotter en courant de long en large et de bas en haut dans toute la tribune visiteur.

L'ambiance ne désemplit que très peu de notre côté alors que le temps file et les buts s'encaissent. Le clou est le but en fin de match du rentrant Paqueta qui fait littéralement exploser le stade, notamment lorsqu'il se décide de sauter la barrière et de fêter le but au plus près des Bad Gones (on préfère d'ailleurs quand c'est dans ce sens là). L'entrée de la civière jette un froid dans le stade après une bronca contre Sels qui catapulte le ballon dans la tribune après l'arrêt tardif du jeu. C'est finalement sous les applaudissements sincères du stade que Liénard sort de la pelouse. Le penalty marqué par Diallo nous permet de repartir avec un peu moins de regrets. Que ce soit en tribune ou sur le terrain, les Alsaciens n'auront pas tenus la comparaison ce soir mais furent loin d'être ridicules. Les Racingmen viennent nous saluer au coup de sifflet final et nous les acclamons une dernière fois, écharpes aux couleurs bleues et blanches entre nos mains.

Le stade se vide rapidement côté lyonnais, certains spectateurs ayant même décidé de quitter le stade dès l'arrêt de jeu suite à la blessure de Liénard. Pendant que nous patientons gentiment une petite demi-heure pour que la sécurité nous laisse repartir, nous sommes gratifiés une énième fois de l'hymne rouge et bleus et assistons au cortège des jardiniers, et autres intendants du stade qui s'affairent déjà pour remballer le matos. Il est un peu plus de 23h et il est déjà l'heure de reprendre la route pour regagner nos lieux de villégiature respectif. J'en profite d’ailleurs pour remercier mon chauffeur du soir, Mathieu, que j'ai rencontré sur la page des Supporters du Racing Club de Strasbourg région Rhône-Alpes.

Prochain rendez-vous à la Meinau vendredi pour le derby et une ambiance promise à la hauteur comme toujours contre les Messins mais aussi et surtout pour un hommage pour le regretté Vauvenargues Kéhi disparu tragiquement il y a quelques jours.
Allez Racing  !

mitchtornado

Commentaires (4)

Flux RSS 4 messages · Premier message par Thomas · Dernier message par backhoe

Commenter