Le pire derby de l’histoire ?

Note
5.0 / 5 (2 notes)
Date
Catégorie
Avant-match
Lectures
Lu 447 fois
Auteur(s)
Par mediasoc
Commentaires
3 comm.

Ce dimanche 9 janvier 2022 nous vivrons peut-être le pire derby de l’histoire entre conséquences covidaires, absences pour la CAN, absence des supporters…

… auxquels il ne suffirait plus que d’ajouter peste brune, famine et surtout une éventuelle panne d’Amazon Prime qui rendrait ce match aussi invisible qu’un match de coupe de France.

Vraiment un derby ?



A l’approche d’un match contre Metz, un Strasbourgeois n’aura pas de mal à se chauffer en pensant pêle-mêle à des affrontements dans ou à proximité du stade St-Symphorien, quelques bourre-pifs ou encore les classiques moqueries contre la Lorraine que l’on apprend aux enfants alsacos.
Inversement un Messin pensera immédiatement à son voisin sous doué Nancy, se moquera de leur proximité toujours plus forte avec le championnat National et à quelques bourre-pifs aussi, certainement.
Et puis depuis récemment, nous partageons une Région administrative, pour le moment en tout cas. On va donc pouvoir parler d’un derby régional.

Frères ennemis ou faux jumeaux ?



Le Racing et le FC Metz sont un peu les Bogdanoff du foot dans le Grand Est. Des liens indéfectibles les unissent, mais chacun essaye de se distinguer. Grischka avait six enfants, là où Igor n’en avait aucun, ou l’inverse, on s’en fout ; l’un avait son menton qui portait à droite, l’autre à gauche.
Au Racing, ça sent le cadre sup qui a des ambitions européennes, bien représenté par Marc Keller. S’il n’avait réussi dans le foot, il aurait probablement été auditeur dans un grand cabinet comptable. Il sent le costume repassé et la moquette fraîchement shampooinée.

A l’opposé à Metz, ça sent la sidérurgie et la transpiration, le goût de l’effort et la crise économique. Le président du FC Metz depuis 2009, Bernard Serin, a promené sa dégaine de Louis La Brocante dans les milieux industriels de l’acier et de l’armement. Après avoir redressé le Groupe John Cockerill, il diversifie ses investissements dans la Grande Région entre Lorraine Belgique et Luxembourg.

Les deux clubs que tout oppose ont pourtant la même volonté de se développer en solidifiant leurs fondations. Au menu, nouveau centre d’entraînement et nouvelle tribune pour passer de nouveaux caps économiques et sportifs. A ce petit jeu, Metz a quelques longueurs d’avance avec sa nouvelle tribune désormais fonctionnelle et son centre d’entraînement tout neuf de Frescaty, mais le Racing a ressuscité seulement il y a dix ans. Le nouveau terrain d’entraînement de l’ancien parking des Vanneaux en est la première pierre.

Décimés



La Coupe d’Afrique des Nations a décidé de se tenir au même moment que le pic de contamination Covid, ce qui met un sacré bordel dans les effectifs de Ligue 1. Le FC Metz est beaucoup plus fortement touché que le Racing : Alexandre Oukidja, Dylan Bronn, Boubakar Kouyaté, Sofiane Alakouch, Habib Maïga, Pape Matar Sarr et Farid Boulaya sont à la CAN 2021. Mathieu Udol et Kevin N’Doram sont blessés de longue date. Le joueur le plus utilisé et le meilleur buteur (!) cette saison, Fabien Centonze les a rejoint à l’infirmerie cette semaine. Fraîchement recruté, Jean-Armel Kana-Biyik jouera probablement son premier match.

Au Racing, Alexander Djiku et Habib Diallo sont à la CAN, Matz Sels est en quarantaine et devant Netflix. Le Marchand est convalescent suite à son opération du dos.

Des deux côtés, nous verrons donc des défenses expérimentales avec deuxièmes gardiens, ou joueurs repositionnés comme ce sera peut-être le cas pour Ibrahima Sissoko. De quoi promettre du football champagne.

De plus, ce derby régional se fera seulement devant 5000 spectateurs, la jauge prévue dans tous les stades en raison des fortes contaminations covid. La billetterie a dû annuler plus de 20 000 billets déjà vendus avant Noël, et redispatcher les places disponibles aux abonnés et aux possesseurs de packs du FC Metz.

Comme si cela ne suffisait pas, l’arrêté préfectoral rituel est sorti, empêchant les visiteurs de montrer leur favoris à proximité du stade. Puis, au vu du contexte difficile, les 250 places du parcage premièrement confiées aux Strasbourgeois ont été remises aux supporters messins.

En bref, la totale pour ce match qui ne sera suivi qu’à distance, dans un contexte anxiogène, avec des équipes incomplètes, laissant craindre le pire pour le scénario du match.

Quelques tweets d’avant-match






mediasoc

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · Premier message par kitl · Dernier message par superdou

Commenter