Saison 2023/2024
Racing Club de Strasbourg

Que sont-ils devenus ? - Édition 2024 - (1/2)

Note
5 / 5 (13 notes)
Date
Catégorie
Bilan
Lectures
Lu 4.124 fois
Auteur(s)
Par christou27
Commentaires
4 comm.
IMG_1052.JPG
© fsrcs

Depuis la remontée en L1, ils sont 58 à être passés par le Racing, puis partis. BlueCompatibles ou pas, ils ont par définition incarné à un moment "l'ADN du Racing". Que sont-ils devenus ? C'est ce que nous allons voir avec cette première partie consacrée aux entraîneurs, gardiens et défenseurs.

Il y a une dizaine de jours, deux joueurs emblématiques de l’histoire récente du Racing ont quitté le club en les personnes d’Ibrahima Sissoko et Kévin Gameiro. S’ils sont compréhensibles pour plusieurs raisons, ces deux départs s’ajoutent aux discussions autour des cas Perrin, Guilbert, Delaine (notamment) pour aviver les débats sur la politique BlueCo, le sort réservé « aux anciens » et l’ADN prétendument perdu du Racing.

Le propos n’est pas de savoir si le club a changé mais quitte à avoir de la nostalgie, replongeons-nous quelques instants dans les 7 dernières années du Racing depuis sa remontée en L1, au travers des joueurs qui y ont participé et qui ont donc, à leur niveau, contribué à ce fameux ADN.

La règle pour faire partie de la liste : avoir joué au moins une minute avec le Racing en L1 depuis sa remontée en 2017 et ne pas être dans l’effectif en mai 2024 (ce qui inclut donc quelques prêtés).

Dans ce premier épisode, nous nous concentrerons sur les entraîneurs, les gardiens et les défenseurs.

NDLR : Articles arrêtés entre le 27 et le 30 mai 2024. Certains championnats ayant livré leurs dernières conclusions dans ces eaux-là, certaines statistiques peuvent comporter des erreurs. D'ailleurs, même sans cette excuse, ce travail de longue haleine ne sera pas exempt d'inexactitudes. Toutes mes excuses par avance.

Entraîneurs


Thierry Laurey – 141 matchs de L1 avec le Racing
En fin de saison 2021, Thierry Laurey quitte l’Alsace après 5 saisons. Il signe un mois plus tard au Paris FC avec l’objectif de faire monter l’ambitieux club de L2 dans l’élite du championnat de France. Malheureusement, il échoue la première année à la 4ème place. Battu par Sochaux au premier tour des play-offs (malgré 2 pénaltys ratés dans le premier quart d’heure du match), le plan prend du plomb dans l’aile. En 2023, le Paris FC reste englué dans le ventre mou et finit 7ème, à 4 points des play-offs. En fin de contrat après ces deux échecs, il quitte le banc du club parisien à l’été 2023. Depuis, il n’a pas repris d’activité et déclarait dans une interview de novembre 2023 être « retourné près des siens à Montpellier où il se ressource, s’occupe de ses proches et regarde beaucoup de matchs ».

Julien Stéphan - 58 matchs de L1 avec le Racing
28 mai 2021, Julien Stéphan est intronisé en Alsace et personne ne s’attend au grand huit d’émotions que le jeune entraîneur va nous faire vivre. Auteur de la meilleure saison de l’histoire récente du Racing, il échoue de peu à qualifier le Racing en Europe par le championnat. Fort de cette saison incroyable, la chute n’en est que plus dure quand, fin 2022, il montre toutes ses limites et l’équipe avec lui. Une terrible spirale de résultats négatifs et le sentiment qu’il n’a plus les solutions obligent Marc Keller à le limoger le 9 janvier 2023. Sans club pendant 10 mois, il fait son grand retour chez lui en novembre, au Stade Rennais pour reprendre le flambeau de Bruno Génesio. Fort de premiers résultats positifs (remontée de la 14ème à la 7ème place), Julien Stéphan prolonge dès le mois de mars jusqu’en 2026 (voire 2027 en cas de qualification européenne). Hasard ou conséquence, c’est à peu près à cette période que la machine s’enraye à nouveau. Malgré des éliminations honorables aux barrages d’Europe League face au Milan AC ou en demi-finale de la Coupe de France face au PSG, la 10ème place finale en championnat est forcément une contre-performance pour un club comme le Stade Rennais. Sans coupe européenne, Julien Stéphan s’apprête donc probablement à vivre un mercato animé dans les deux sens pour venir rapprocher son club de ses ambitions.

Mathieu Le Scornet - 6 matchs de L1 avec le Racing
Au milieu du marasme qu’a été la saison 2022-2023, Mathieu Le Scornet, entraîneur assistant de Julien Stéphan depuis 2019, est soudainement promu à la tête de l’équipe une. Un léger frémissement dans les résultats et une attitude plus conquérante sur le terrain convainquent Marc Keller de lui confier les clés de l’équipe. Pourtant 6 matchs plus tard, on comprend que la marche est surement trop haute et qu’il faut un entraîneur avec plus de bouteille. Exit Le Scornet après un mois et 1,17 point par match. Depuis, il a repris sa place d’entraîneur assistant, d’abord auprès d’Antonetti et désormais de Vieira.

Frédéric Antonetti - 15 matchs de L1 avec le Racing
En grande difficulté en L1, Marc Keller et le Racing font confiance à un vieux briscard de la division, rompu aux missions maintien. En février 2023, Frédéric Antonetti débarque sur le banc alsacien. Par un savant mélange de psychologie auprès de joueurs éprouvés et de pragmatisme, le corse parvient à signer un joli redressement (1,47 points par match) et se permet même d’être maintenu avant la dernière journée. Se disant lui-même épuisé par les 6 mois intenses, l’histoire dit qu’Antonetti et le Racing se quittent d’un commun accord. Si les supporters remettent cette version en question, personne n’oubliera le rôle qu’il aura joué dans l’histoire récente du club. Redevenu consultant du groupe Canal+ depuis, il a été annoncé en mars dernier comme nouveau Directeur Technique du SC Bastia pour la prochaine saison. Les interviews données annoncent « un changement de cap » avec l’intention de se concentrer sur « la formation » et la détection de « jeunes à fort potentiel ». Tiens, tiens…


Gardiens



Matz Sels - 164 matchs de L1 avec le Racing
L’un des départs les plus récents, mais aussi les plus longuement débattus, Matz a quitté le Racing en janvier dernier pour rejoindre la Premier League et Nottingham Forrest. Titulaire depuis lors, ses stats ne sont pas brillantes dans une équipe qu'il savait jouer le maintien (1 clean sheet en 16 matchs, 27 buts encaissés). Il est néanmoins parvenu à se maintenir avec ses coéquipiers et retrouvera donc Haaland, Palmer, Saka et autres Rashford la saison prochaine.
Par ailleurs, le 28 mai, la Belgique annonçait sa liste pour l’Euro 2024. Matz en fait partie, au même titre que Casteels (Wolfsburg) et Kaminski (Luton). Titulaire lors des amicaux de mars, il conserve de vrais espoirs de garder les cages des Diables Rouges à l'Euro.

Bingourou Kamara - 27 matchs de L1 avec le Racing
Notre ancienne pépite, titulaire en finale de Coupe de la Ligue, est actuellement à Pau depuis septembre après un court passage à Montpellier (6 matchs joués seulement). Avec 36 matchs joués, il semble enfin avoir trouvé la régularité qu’il lui fallait puisqu’il est le joueur le plus utilisé de l'effectif. Malgré 6 clean sheets, il totalise aussi 55 buts encaissés. Malgré tout, son club finit finalement 10e du championnat, le meilleur résultat de son histoire, et pourra se targuer d’avoir fini devant Bordeaux et à 8 points des play-offs. Pour l’anecdote, il y a rejoint Chahiri (qu’on retrouvera par la suite dans cet article) et Boutaib.

Eiji Kawashima - 26 matchs de L1 avec le Racing
De retour au pays en janvier après 6 mois sans club, il s'engage au Jubilo Iwata (le club de Yamaha) en tant que titulaire (14 matchs sur 16 possibles). 3 clean sheets mais 20 buts encaissés pour un club qui est actuellement 13e sur 20 après 16 journées. La retraite n’est pas encore pour tout de suite pour le vétéran du pays du soleil levant.

Alexandre Oukidja - 17 matchs de L1 avec le Racing
Gardien titulaire de Metz depuis 2018, il n’est pas complètement étranger à la mauvaise saison de Metz qui les envoie en barrages face à Saint-Etienne. Il semble en tout cas être resté fidèle à son image de joueur inconstant puisque malgré quelques boulettes, il est aussi parvenu à être élu 2 fois « Joueur du mois ». En attendant le résultat de l’opposition face aux Verts, nul doute qu’Oukidja voudra éviter un 3e passage en L2 depuis son arrivée (malgré un titre de champion au passage). S’ils y parviennent, ils retrouveront le Racing l’année prochaine. A cette occasion, Oukidja, qui reste un des anciens qui a le plus rejoué face aux Alsaciens, voudra stopper une série de 4 défaites consécutives face aux Bleus.
Devenu international par ailleurs (6 sélections), il est aussi devenu vainqueur de la CAN en 2019.

Landry Bonnefoi - 4 matchs de L1 avec le Racing
Après le Racing, Bonnefoi a joué 1 saison à Dudelange (Luxembourg) en 2018-2019. Il aura notamment pu disputer 4 matchs de Ligue Europa. Retraité par la suite, il est depuis devenu entraîneur des gardiens de l'Union Titus Pétange (actuels 8e du championnat du Luxembourg).


Défenseurs



Alexander Djiku – 117 matchs en L1 avec le Racing
Homme fort de la défense du Racing pendant 4 ans après la victoire en Coupe de la Ligue, Djiku est parti découvrir un nouveau championnat au dernier mercato estival. Annoncé aux quatre coins de l’Europe, c’est finalement à Fenerbahce qu’il finira par signer. Directement titulaire, tantôt dans la défense centrale, tantôt au milieu (ça rappelle des souvenirs) du club stambouliote, il manque malgré tout un tiers du championnat. En causes, une fracture en novembre et un départ à la CAN avec le Ghana en janvier. Au moment des comptes finaux, on retiendra qu’il a fini 2ème du championnat le week-end dernier, échouant avec 99 points à 3 points du rival de Galatasaray.
Ayant la courte épopée alsacienne de 2019 pour seule expérience européenne, Djiku a également joué la Ligue Europa Conférence cette saison. S’ils n’ont pas démérité, son équipe et lui ont échoué en quarts de finale contre l’Olympiakos, futur finaliste, aux tirs aux buts (Djiku marquant le sien). Une vraie saison pleine pour lui en fin de compte.

Kenny Lala - 111 matchs en L1 avec le Racing
Parti du Racing en janvier (comme d'autres joueurs majeurs de cette liste) 2020, Kenny Lala est d'abord parti 1 saison et demie du côté de l'Olympiakos. En Grèce, il participera à 31 matchs, goûtera à la Ligue Europa et glanera 2 titres de champion national au passage. Il revient pourtant en L1 en janvier 2022 à Brest. Il s'y impose directement, jouant 17 matchs dès sa première demi-saison avant d'enchaîner 34 puis 33 matchs. Cette saison, il a joué 97% des minutes de jeu brestoises en L1, en faisant un des piliers de cette équipe si surprenante et enthousiasmante. Avec 2 buts marqués (pour l'anecdote, à la 1ere et à la dernière journée), il semble moins prolifique qu'à son époque Bleue, mais c'est en titulaire indéboulonnable qu'il devrait se frotter à Vinicius Jr, Coman et autres Doku la saison prochaine.

Anthony Caci - 107 matchs de L1 avec le Racing
Depuis l'âge de 13 ans au Racing et ayant tout vécu avec lui, c'est avec un pincement au cœur qu’on l’a vu choisir de découvrir de nouveaux horizons en 2022. C'est outre-Rhin, à Mayence, qu'il a décidé d'arpenter son couloir gauche inlassablement. Il s'y impose tout de suite comme titulaire, bouclant ainsi 62 matchs en 2 saisons (4 buts, 5 passes au passage). Malgré une 13ème place honorable en fin de compte, la saison de Mainz aura été agitée, flirtant de longs mois avec la zone de relégation, et loin des ambitions que pouvait avoir Anthony Caci quand il les a rejoints. Il pourra néanmoins se targuer d'avoir conservé la confiance des 3 entraîneurs successifs du club cette saison. En espérant pour lui qu’il saura surfer sur cette bonne dynamique finale l’an prochain.

Stefan Mitrovic - 89 matchs en L1 avec le Racing
Après 3 années pleines et un brassard de capitaine, Stefan Mitrovic quitte l'Alsace à l'été 2021. C'est à Getafe qu'il va redécouvrir un championnat espagnol qu'il avait brièvement visité en 2014. Dans la banlieue madrilène, il passera 2,5 ans avec un temps de jeu qui se sera progressivement amenuisé (successivement 32, 22 puis 11 matchs). En février 2024, le défenseur serbe rejoint La Gantoise, un club qu'il avait fréquenté une saison en 2015-2016. Le plus souvent titulaire, Mitrovic contribue à la 7ème place de son club lors de la saison régulière, ainsi qu'à la victoire dans les play-offs nationaux, les qualifiant pour un barrage de Ligue Conférence.

Lionel Carole - 68 matchs en L1 avec le Racing
Après 3 saisons au Racing, Lionel Carole quitte l'Alsace en 2021 pour la Süper Lig turque. S'il connaissait ce championnat pour y avoir passé 2 saisons avec Galatasaray, c'est cette fois ci du côté de Kayserispor qu'il atterrit. Des blessures lui ont fait manquer un tiers de la saison mais il était le titulaire attitré sur le flanc gauche. En fin de contrat, le club turc souhaite le conserver mais Carole disposerait d'intérêts concrets de France, du Portugal, de Suisse, de Turquie et du Moyen-Orient.

Gerzino Nyamsi – 67 matchs en L1 avec le Racing
Autre départ récent du Racing, Gerzino Nyamsi a quitté le club après 2 saisons en demi de bons (souvent) et loyaux (toujours) services, en février dernier. Il a rejoint les rangs du Lokomotiv Moscou. En première division russe, il aura joué 8 matchs en totalité, ratant les 4 autres possibles sur blessure. Si la Russie ne semble pas la destination la plus sereine pour faire carrière en 2024, le sportif pur semble plutôt prometteur pour Gerzino, avec un rôle de titulaire dans une équipe qui finit 4ème du championnat, à 4 points seulement du Zenit, champion.

Lamine Koné - 60 matchs en L1 avec le Racing
En mai 2021 et après une collaboration de 3 ans avec le Racing, Laminé Koné quitte le club... mais n'en retrouve pas tout de suite. Il faudra attendre novembre 2021 pour que le défenseur ivoirien rebondisse dans le championnat suisse, à Lausanne. 7 matchs plus tard, il redémarre une nouvelle saison sans club. Il lui faudra patienter jusque janvier 2023 pour pouvoir faire une pige de 6 mois en National au Mans (5 matchs). Il semble sans club depuis un an mais à 35 ans, n'a toujours pas annoncé officiellement avoir raccroché.
Pour l'anecdote, quelques recherches nous apprennent qu'il est le parrain des « Merlus (Lorient donc) de Kerpape », vice-champions de D1 de foot fauteuil.

Pablo Martinez - 56 matchs en L1 avec le Racing
Désireux de troquer le bleu « Roy » pour « la Reine » de Nîmes, Pablo Martinez nous a quittés à l'été 2019. Plutôt titulaire sa première saison, il ne joue que des bouts de matchs la suivante lors de laquelle Nîmes redescend en L2. A l'étage inférieur, il redevient incontournable, jouant une trentaine de matchs. En septembre 2022, il quitte la France pour la première fois depuis 13 ans et rejoint le Deportivo la Corogne. Loin de l'époque Valeron ou Makaay (ou Corentin Martins !), le club évoluait encore cette saison en 3e division. Mais c'est en titulaire qu'il finit champion et ramène le club galicien à l'étage du dessus. A 35 ans et en fin de contrat, il reste à confirmer s'il prolongera pour la suite de l'aventure.

Maxime Le Marchand - 38 matchs en L1 avec le Racing
C’est une riche carrière que Maxime Le Marchand a terminé au Racing à l'été dernier. Victime de blessures et douleurs récurrentes au dos, il quitte la scène peu de temps avant ses 34 ans. Une interview donnée en février 2024 nous apprend qu'il prépare désormais ses diplômes d'entraîneurs et qu'il reste malgré tout proche du Racing, en tant que suiveur mais aussi par des passages ponctuels en immersion à l'Académie.

Mohamed Simakan – 38 matchs en L1 avec le Racing
Révélé à Strasbourg, Mohamed Simakan réjouit les supporters du RB Leipzig depuis maintenant 3 ans. Systématiquement titulaire en défense centrale en début de saison, il a été décalé à droite (avec un temps de jeu plus irrégulier) à partir de mars dernier. Il n’empêche qu’avec 32 matchs disputés sur 34 possibles, il est une valeur sûre du club allemand, en étant aussi occasionnellement décisif (2 buts, 4 passes en championnat cette saison). Avec 18 matchs de Ligue des Champions à 24 ans, il accumule petit à petit une solide expérience internationale et côté palmarès, il a remporté 2 coupes d’Allemagne et une Supercoupe.
Avec une valeur marchande estimée à 35M€, son potentiel de « pépitude » est actuellement au maximum. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise si son nom est régulièrement cité comme une potentielle surprise du chef de la part de Didier Deschamps à chaque liste de l’Equipe de France. La concurrence est rude à son poste mais ses performances et le renouvellement de génération qui suit chaque grande compétition pourraient permettre que sa présence dans un futur proche ne soit plus seulement un pari de hipster.

Bakary Koné - 28 matchs en L1 au Racing.
Sacré parcours que celui du Burkinabé. Prenez votre respiration, c'est parti. Prêté une saison en Alsace par Malaga, il ne reviendra pas vraiment en Espagne puisqu'il s'engage, libre, pour Ankaragücü en Turquie à l'été 2018. Six mois plus tard, libre à nouveau, il change d'ambiance en partant pour Arsenal Tula en Russie où il restera un an mais ne jouera qu'un match. Il signe en octobre 2020 aux Kerala Blasters, en Inde où il ne restera une fois encore qu'un an. Après une année sabbatique, il annonce la fin à sa carrière en 2022 à presque 35 ans. Et l’empreinte carbone dans tout ça ?

Ernest Seka - 27 matchs en L1 avec le Racing
Après avoir atteint le pic de sa carrière avec les montées successives et l'accession en L1, notre ex-capitaine est progressivement redescendu dans les échelons des divisions nationales. D'abord en L2 avec Nancy où il n'a pas pu (a contribué ?) à la dégringolade du club pendant 3 ans. Après une saison de chômage en 21-22, il retrouve un club en signant chez les amateurs de Poissy en National 2. Il évoluait cette année encore un échelon en dessous, en National 3 (5e division), du côté de Chantilly avec lesquels il a fini champion de son groupe.

Colin Dagba - 21 matchs en L1 avec le Racing
Jeune joueur du PSG, prêté au meilleur moment de sa progression, Colin Dagba avait été l’un des malheureux symboles d’une saison 2022-2023 décevante. Ne pouvant raisonnablement pas rentrer dans la rotation du champion de France, il a été reprêté pour une saison à un étage en-dessous, à l’AJ Auxerre. S’il a désormais ajouté un titre de champion de l2 à son palmarès, après les 3 de L1, il ne semble pas avoir beaucoup plus convaincu, son entraîneur Christophe Pélissier lui préférant Paul Joly pour sécuriser le couloir droit. Avec 15% de temps de jeu sur la saison, son retour à Paris où il est en contrat jusqu’en 2025 semble accompagné de bien des doutes pour la suite de sa carrière.

Kader Mangane - 20 matchs en L1 avec le Racing
Une saison seulement au Racing en L1 et pourtant un nom que l’on entend encore régulièrement. Cela ne vous aura pas échappé, Kader Mangane est toujours au club. Retraité sportivement à l'été 2018, l'ex-joueur est devenu le Coordinateur Sportif du club dans la foulée. Un poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.

Dimitri Foulquier - 16 matchs en L1 avec le Racing.
Prêté par Watford en 2017-2018, il n'aura jamais réussi à s'imposer dans le club anglais qui le reprêtera 2 années de suite, successivement à Getafe et Grenade. Ces derniers finissent par le transférer définitivement en 2020, pour le revendre un an plus tard à Valence. Cette saison, avec 19 titularisations et 14 entrées en jeu, le joueur de 31 ans semble être un homme fort des valenciens mais pas complètement établi dans le 11, concurrencé par Thierry Correia. Difficile de savoir si la 9ème place du club présage d’un retour au premier plan, mais Dimitri Foulquier pourrait peut-être, enfin, être au bon endroit au bon moment.

Abdallah N'Dour - 15 matchs en L1 avec le Racing
Après 6 ans et 3 divisions avec le Racing, Abdallah N'Dour quitte l'Alsace en 2020 pour rejoindre Sochaux, encore en L2 à l'époque. C'est dans la peau d'un titulaire régulier qu'il y jouera pendant 3 saisons. L'été dernier, il quitte enfin l'Est de la France pour la première fois de sa carrière professionnelle (il y avait eu Metz avant) pour aller à Guingamp. Il n'aura pas beaucoup joué chez le 9e de L2 à cause d'une grave blessure au tibia qui le tient écarté depuis octobre 2023. Sa date de retour n'est pas encore connue.

Ronaël Pierre-Gabriel – 14 matchs en L1 avec le Racing
Cela n’aura échappé à personne, le prêt de Pierre-Gabriel en Alsace n’aura pas été très concluant. En situation compliquée, le Racing fait revenir Guilbert et arrête les frais en janvier 2023, six mois à peine après son arrivée. Mais Mayence ne compte toujours pas sur son joueur et le reprête dans la foulée, cette fois à l’Espanyol Barcelone. Il y jouera 8 matchs seulement, pour un but. A l’été 2023, il revient cependant en L1, dans le cadre d’un transfert gratuit, à Nantes. Il aura l’occasion de jouer 12 matchs pour se convaincre que ça ne fonctionne pas mieux. Dès février, il est libéré de son contrat et signe au Dinamo Zagreb. En 7 matchs disputés sur 12 possibles, on ne peut pas encore dire catégoriquement qu’il se soit imposé en Croatie. Il n’empêche qu’à 25 ans, il a désormais 2 titres à son palmarès avec le doublé Championnat/Coupe de Croatie.

Yoann Salmier - 14 matchs de L1 avec le Racing
Prêté en 2018 à Troyes, Yoann Salmier s'impose dès le départ dans l'Aube, à l'époque encore en L2. A l'issue d'une année satisfaisante, l'ESTAC décide de l'acheter définitivement. Le début d'une histoire d'amour qui durera 4 ans de plus, 2 en L2 et 2 en L1, prenant progressivement un rôle "d'ancien" voire de capitaine. Ne pouvant enrayer la descente, il quittera l'Aube l'été dernier pour Le Havre. Pas encore systématiquement titulaire (50% environ) en Normandie, il aura cependant retrouvé ses habitudes en ce qui concerne la lutte pour le maintien.

Ismaïl Aaneba - 5 matchs en L1 avec le Racing
Après 2 saisons pleines à Sochaux (plus de 30 matchs joués en L2, une valeur marchande montant jusqu'à 2M€), le franco-marocain est parti libre en septembre 2023 pour 3 ans, en Hongrie à Ferencvaros. Il n'a joué que 6 matchs (sur 30) mais marqué un but. Cela suffit en tout cas pour faire de lui un champion de Hongrie.

Franci Bouebari - 2 matchs en L1 avec le Racing
Stagiaire au service de la réserve, il a sa place dans cette liste pour 2 petites apparitions à l'hiver 2023. Parti libre au SC Fribourg II, il y est rarement titulaire mais il a quand même participé à 20 rencontres (sur 38) et offert une passe décisive.

Fin de la première partie. Rendez-vous très vite pour la suite, avec les milieux et les attaquants.

christou27

Commentaires (4)

Flux RSS 4 messages · Premier message par sigur · Dernier message par Bauer

Commenter


Connectés

Voir toute la liste


Stammtisch

Mode fenêtre Archives