Le FC Nantes Atlantide

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Personnel
Lectures
Lu 34.566 fois
Auteur(s)
Par id
Commentaires
13 comm.

« Le jeu à la nantaise est un mythe ». C'est en ces termes que Pascal Praud, directeur général et philosophal des Canaris, éructa la mortifiante vérité sur le FC Nantes, club qui constitue la plus grande arnaque médiatique du foot français.

(NDLR : cet article fait partie d'une série d'articles au ton décalé et résolument second degré. A lire avec précaution et humour !)

Roswell, le civisme douanier du nuage de Tchernobyl, une passe de Haykel Gmamdia, autant d'évènements mythiques qui aujourd'hui se révèlent avoir été des manipulations médiatiques perpétrées pour donner à boire et à manger au peuple de France.

Le FC Nantes ne fait pas exception et, derrière cette machination, il n'y a qu'un seul visage avec deux yeux à triple foyer et une mâchoire vagabonde : Pascal Praud, l'ancien gourou du Loto sportif et monarche dictatorial de Téléfoot qui avait décidé que Nantes devait faire rêver. A l'image de M le Maudit de Fritz Lang, il est temps désormais d'ouvrir les yeuxsur cette supercherie. Racingstub.com a donc décidé de ne pas renier sa race et ses gènes en vous livrant la preuve en autant de points que ceux que Furlan a apportés aux Canaris depuis qu'il est leur entraineur.

Les mystères de la chambre jaune


Escroquerie n°1 : le jeu à la nantaise
Une filouterie géniale. S'il fallait définir vulgairement ce concept, c'est tout simplement jouer au football en faisant des passes, ce qui correspond au football que joue 95% la planète et qui exclue juste quelques anglais, Diego Maradona, et l'effectif actuel du Racing. Et pour assoir cette arnaque au rang de légende, Pascal Praud utilisa la bonne vieille méthode du matraquage télévisuel dont le plus bel ambassadeur fut ce but extraterrestre en image de synthèse contre le PSG en 1995 que Téléfoot passa, repassa et rererepassa aussi souvent qu'une pub pour Gillette et qui réussit, à force, à tous nous faire croire que l'extérieur de Patrice Loko avait fini à l'intérieur du but de Bernard Lama.

Escroquerie n°2 : le palmarès
Comment expliquer rationnellement qu'un club puisse remporter huit titres de champion sans que les hauts dignitaires mafieux de la Ligue n'interviennent et mettent le « Aulas » ? Comment expliquer que ce club ait un record d'invincibilité à domicile avec 92 matchs consécutifs sans défaite, ainsi que la deuxième place de ce classement d'invincibilité en championnat, avec 32 matchs consécutifs sans défaite en 1995 ; série interrompue... par le Racing ?! (crédibilité = 0). Manipulation de l'information on vous dit !

Le paroxysme du bidouillage des neurones est atteint lorsqu'un sondage aux questions orientées et à l'administration foireuse révèle que Nantes est le quatrième club le plus populaire de France. Seulement, une popularité c'est comme la crise au Racing, ça s'entretient. Et pour cela, rien de mieux que de créer de toute pièce un grand rival, populairement parlant. Ainsi,en 2001, Pascal Praud postillonne jubilatoirement sur les exploits de Calais qu'il va utiliser pour redorer un blason nantais quelque peu déjauni. Calais qui avait éliminé un grand Racing et un petit Bordeaux, se retrouve en finale contre Nantes et contrairement à ce qu'on a voulu nous faire croire, l'emporte haut la main. Intervention immédiate de Pascal, et les images retravaillées montrèrent bien entendu l'inverse, car il fallait que le téléspectateur lambda admette le mythe jaune canari.

Escroquerie n°3: les joueurs
Le palmarès ne suffit pas à séduire la bonne ménagère de 50 ans et comme le charme de Pascal et son élégance vestimentaire (cf
les admirateurs de l'élégance vestimentaire de Pascal Praud) ne peuvent vraiment y contribuer totalement, il fallut lancer un casting pour recruter des joueurs nantais susceptibles de plaire à tous les publics. Parmi les grands gagnants de ces castings, citons par exemple Claude Makélélé pour les filles qui ont de la place, les chevelus Reynald Pedros-Vahirua-Monterubio pour faire fantasmer les coiffeurs, Patrice Loko pour tous ceux qui ont toujours voulu montrer leur organe génital à la maréchaussée, et David Marreau pour que les enfants mangent leur soupe. L'escroquerie est tellement bien ficelée que les Bretons réussirent même à vendre Nicolas Ouédec, le seul produit français exporté à ce jour vers la Chine.

Escroquerie n°4: les derbies
Par définition, un derby est une rencontre sportive entre deux clubs de foot de la même région, ce qui, concernant Nantes, exclut de suite Rennes qui n'a rien d'un club de foot puisque son palmarès est encore plus pauvre que celui du FC Metz. Le problème c'est qu'à Nantes, le terme région est à prendre au sens large, mais quand on dit large c'est vraiment très très large. Ainsi peut-on citer le derby ...de la Loire (!) contre St Etienne (à 684 km...) et encore mieux : le "derby de l'Atlantique" contre Bordeaux (346 km) qui n'a, à ma connaissance, aucun autre équivalent dans l'histoire du football.

Le lynchage se lave en famille


Heureusement, cette mascarade a assez duré et depuis que Pascal Praud a quitté TF1, le club passe plus de temps à essayer de se sauver qu'à faire des sondages. Ne vous y méprenez pas, sans l'influence des médias, Nantes n'est ni plus ni moins qu'un club comme les autres : ils ont aussi eu des Yves Deroff, le Racing ne parvient pas à gagner à la Beaujoire comme finalement partout ailleurs, et il n'y a pas qu'à Nantes que les N'Do rament.

A cette dérive sportive s'ajoute la touche du duo Kita (président, ancien opticien) – Pascal Praud (directeur général, ancien triple foyer) qui sont au football ce que Fontenla est aux pulls de laine à col en V. Pour faire rapide ( et pour faire peur) : Kita s'inspire de tous les grands noms des incompétents du football qui se finissent en -a (Fontenla, Claude Leroua, etc...) pour ruiner petit à petit le club comme il l'a fait avec Lausanne (RIP...) avec ses choix controversés et sa démagogie (notons une refonte du logo nantais pour qu'il ressemble davantage à celui ...du Barça !). Il a même le toupet d'insinuer que le public nantais est xénophobe parce qu'il est d'origine polonaise (il avait déjà accusé les Lausannois de racistes). De son côté, Pascal Praud surprend par ses réactions disproportionnées en traitant les joueurs de Valenciennes de « pompes à vélo », compare le football de Suaudeau et Denoueix à un jeu d'une époque révolue digne « des Choristes » et déclare de ne pas vouloir d' « entraîneurs nanto-nantais consanguins ». On en viendrait même à éprouver de la compassion si les Bretons ne nous avait pas privés de huit titres de champions !

Ajoutez à tout cela un zeste de Furlan sur un lit de macaronis, et 1 victoire, 1 nul et 5 défaites plus tard le club tombe en Landreau comme on dit là-bas. Le FCN est KO : les généraux dégénèrent, les joueurs ne servent plus à rien, à Nantes il n'y a plus que Lefèvre d'Utile ; décidement le foot, de Nantes à Strasbourg, c'est vraiment pas du gâteau.

id

Commentaires (13)

Flux RSS 13 messages · 448 lectures · Premier message par holicool · Dernier message par katzo68

Commenter