RCS – Evian : buvez, éliminez !

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 2.223 fois
Auteur(s)
Par mediasoc
Commentaires
5 comm.
sikimic-c8b74.jpg
© zitelli

C'est un Racing amoindri et rajeuni qui s'est incliné au bout du suspens contre une équipe d'Evian assez plate dans sa prestation.

Lieu du crime : un stade clairsemé promis à un tout petit ravalement de façade, une équipe réduite à 12 pros et des petits jeunes appelés en renfort, mais une météo parfaite pour lancer une saison et rassembler des spectateurs qui ne sont pas venus en masse.

Première surprise : les maillots sont restés identiques à la saison passée. S'agit-il d'un manque de temps pour que Hummel et les (rares) sponsors finalisent le maillot 2010-2011 ?

Devant 2500 spectateurs essentiellement massés dans la Tribune Nord, une minute de silence a été observée en mémoire de Robert Félix, figure discrète mais historique du club. Histoire de continuer à tourner la page, Guillaume Lacour faisait lui aussi son retour sur la pelouse de la Meinau en étant aligné dès le coup d'envoi par Evian-Thonon-Gaillard. Il a également pu obtenir quelques acclamations de la part du public sur deux corners qu'il était chargé de tirer.



Phase 1 : début de match





Equipe


Le début de match est plutôt vif et intéressant pour les deux équipes. A Strasbourg, on peut aussitôt admirer la technique de Ketkeo sur quelques dribbles bien sentis. L'équipe est alors offensive et comme souvent, c'est la défense qui va faire la boulette. Sikimic contrôle mal un ballon qu'il finit pas frapper avec la main. L'arbitre hésite un instant mais se décide à siffler le pénalty, probablement avec l'appui du cinquième arbitre derrière la surface. Adnane transforme tranquillement.

Sikimic se reprend quelques minutes plus tard, à la 18', en envoyant une longue passe sur Mathlouti qui met dans le vent la défense centrale d'ETG et ajuste le gardien pour marquer le premier but officiel de la saison.



Phase 2 : la consolidation du milieu et la prudence





Equipe


Après une entrée en matière concrétisée par ces deux buts, la bataille oppoe les milieux de terrain des deux équipes. Hadji, casaque bleue, short bleu porté très bas et slip rouge, est chargé du poste de pivot et tente de dévier les dégagements et les passes en profondeurs vers des partenaires vifs et rapides. Ledy reste timoré à son poste de milieu droit et Ketkeo garde le côté gauche et tente des frappes de loin. Evian se voit refuser un but sur un corner, suite à une faute du buteur sur un défenseur strasbourgeois (55').

En face, Guillaume Lacour qui s'est arrêté de tirer les corners, redevient relativement invisible, même aux yeux des supporters au sang bleu. Il finit par être replacé sur la droite, où on l'a un peu revu, avant de quitter le terrain sous des applaudissements respectueux.

Sikimic provoque une dernière fois une grosse occasion en sa faveur, en envoyant de la tête une balle sur un défenseur adverse, qui manque de tromper son propre gardien, cette fois-ci auteur d'un arrêt réflexe.



Phase 3 : les dernières forces d'un Racing trop cuit





Equipe


C'est dans les cinq dernières minutes du temps réglementaire que le club savoyard tient enfin la balle face aux hôtes strasbourgeois. Les abords de la surface bleue est en danger mais la prolongation est acquise non sans quelques craintes.

Dans la première partie de la prolongation, c'est à la suite d'un corner que le Racing va prendre l'avantage. Correia obtient un corner qu'il joue rapidement sur Jean-Alain Fanchone, démarqué à 15 mètres. Son centre trouve un Sikimic libre de tout marquage, heureux de l'offrande du joueur en instance de départ.

Mais c'était l'arbre qui cache la forêt. Les tirs de loin et les coups de pied arrêtés finissent par être les seules solutions d'un groupe strasbourgeois à l'agonie physiquement. Un seul changement a été fait (Ketkeo par Correia) : un autre aurait nécessité l'entrée d'un jeune du centre de formation. Fournier préfère alors fatiguer ses joueurs plutôt que de les remplacer par des joueurs frais mais inexpérimentés.

C'est un coup du sort qui entraîne l'égalisation finale d'Evian Thonon Gaillard. Donzelot, notre nouvel arrière droit est touché. Il est obligé de se faire soigner sur le bord de la touche. C'est le moment qu'a choisi un ailier d'Evian pour transpercer le côté gauche de la défense locale. Tour à tour, Fanchone, Correia, Peuget et Sikimic sont déposés violemment sur le quai. Après l'égalisation, c'est Kehi qui va assurer la phase de tirs aux buts.



Les joueurs



Vauvenargues Kéhi : on craignait beaucoup de son premier match avec les pros mais il a plutôt bien assuré avec deux ou trois arrêts décisifs devant les attaquants des Roses. Inexistant sur les pénalties, mais il a le temps de travailler cette phase de jeu.

Francisco Donzelot : un bon match dans l'ensemble avec quelques centres et des tacles bien sentis. Absent du marquage sur le deuxième buteur d'Evian, car il se faisait soigner sur le bord de la touche.

Mamadou Bah : des difficultés à s'aligner en défense mais a fait le boulot malgré un poignet bandé. A marqué son tir au but.

Milovan Sikimic : une main, une passe décisive et un but, tout ça sur des actions séparées. Un bon match du seul taulier présent sur le terrain.

Jean-Alain Fanchone : Jean-Alain Fantôme est de retour sur le même rythme que la saison passée. Trop gentil en défense, trop loin de son adversaire direct, il se fait souvent balader. Ses relances ne sont pas au top mais a le mérite de centrer parfaitement sur la tête de Sikimic pour le 2-1 et il marque son tir au but. A pris un carton jaune idiot en dégageant la balle dans les tribunes.

Loïc Damour : Captain Damour a montré sa présence et s'affirme petit à petit dans ses nouvelles responsabilités. Il a cependant encore du mal à s'affirmer face à l'arbitre quand il s'agit de parler au nom de ses coéquipiers. C'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Alexis Peuget : un match plutôt complet même s'il n'était pas toujours présent dans le jeu.

David Ledy : plutôt inexistant offensivement, sa meilleure action du match a consisté en une reprise de volée pour sauver une balle qui partait en touche à 45 mètres du but savoyard.

Billy Ketkeophomphone : remuant, vif, rapide : il ose provoquer l'adversaire et tirer de loin. Meilleur « libre » derrière un attaquant de pointe que sur le côté. Remplacé par Correia qui a obtenu en une demie heure trois corners, quatre coups francs sous l'oeil protecteur de l'arbitre, ainsi qu'une touche.

Ali-Azouz Mathlouthi : provocateur et buteur, mais rapidement cuit physiquement. Les jambes étaient lourdes en fin de match.

Samir Hadji a le physique de l'emploi (de Fauvergue) mais n'a pas eu d'occasion franche pour montrer ses (probables) qualités de finisseur.



Conclusion



En conclusion, on peut dire que l'on a vu deux équipes assez similaires sur le papier. Evian Thonon Gaillard aura cependant du mal à se faire une place en Ligue 2 au vu de leur prestation sur 75% du match. Malgré la défaite, le RCS peut être rassuré de sa prestation sachant que la moitié de l'effectif était indisponible pour ce match, entre les non qualifiés et les blessés (Brahmia, Othon...). Peut-être deux équipes dont les trajectoires se recroiseront en fin de saison ? Les flamands roses ont été un peu plus forts que les cigognes dans la manche 1.

mediasoc

Commentaires (5)

Flux RSS 5 messages · 692 lectures · Premier message par jean-marie · Dernier message par katzo68

Commenter