A l'arrachée !

Note
0.0 / 5 (0 note)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 1.427 fois
Auteur(s)
Par athor
Commentaires
0 comm.
dsc-83.jpg
© denisub90

Peu brillant dans le jeu, le Racing est tout de même parvenu à emporter le gain du match face un adversaire coriace. L'objectif podium reste d'actualité.

Lancé dans une opération remontée qui s'apparenterait presque à une mission impossible, le Racing recevait un concurrent direct, l'AS Beauvais, en connaissant les résultats positifs de Guingamp (5-0 contre Gueugnon) et d'Amiens (2-1 contre Créteil). Pas de calcul donc, pour encore espérer rêver de Ligue 2, une victoire était indispensable.

Si un système en 4-2-3-1 semble s'être dessiné depuis quelques semaines à domicile, Laurent Fournier se réserve encore le droit à quelques choix tactiques. Ainsi, pour animer le flanc gauche du milieu de terrain, c'est le grand Nicolas Belvito qui remplace l'habituel Yannick Yenga. Le reste de la composition est tout à fait classique:

Equipe


D'entrée de match, les strasbourgeois font tourner le ballon face une équipe picarde qui semble bien organisée défensivement. Ali Mathlouthi est le premier à se mettre en action. Lancé sur le côté droit par Milovan Sikimic, il profite d'un contre favorable pour centre au cordeau devant le but, sans qu'aucun de ses coéquipiers ne puisse conclure. Rebelote une poignée de minutes plus tard, mais le centre du Franco-tunisien est cette ci captée par Stéphane Lucas. Décidément intenable en ce début de rencontre, ce même Mathlouthi va aller tester la prise de balle du gardien beauvaisien au quart d'heure de jeu. Mais les visiteurs vont rapidement justifier leur statut d'outsider de ce championnat. Sur un coup franc lointain, Gurtner relâche le ballon avant de sauver en catastrophe du pied. Dans la foulée, sur une frappe de Louisy-Daniel, le portier alsacien repousse le ballon dans l'axe, avant que Bill Tchato ne l'enlève des pieds de Diawara à l'entrée de la surface. En quelques minutes, le jeu s'est équilibré et les deux équipes semblent être en mesure d'ouvrir la marque. Peu avant la mi temps, Ali Mathlouthi déborde à nouveau sur le côté droit et centre en force pour Stéphane Noro qui manque le ballon mais Belvito le reprend au second poteau, malheureusement à côté.

En seconde période, le Racing se montre dangereux sur coup de pied arrêté, grâce à son maître artilleur Stéphane Noro, mais a plus de mal dans le jeu. Peu en vue durant une heure, Nicolas Belvito cède sa place à Yannick Yenga, l'autre recrue hivernale décevante jusque là. Celui ci est à l'origine d'un bon centre à destination de David Ledy, mais qui est déviée par un défenseur. A l'affut, Loïc Damour tente la frappe, mais sans succès. On commence sérieusement à s'endormir dans les travées de la Meinau, où le public voit à nouveau pointer le spectre du 0-0. Pour tenter de faire sauter le verrou, Laurent Fournier décide de lancer Farez Brahmia, le feu follet ludovicien, qui s'illustrera rapidement par son envie et ses débordements pleins d'énergie. Dans son sillage, Stéphane Noro commence à régler la mire en sollicitant le gardien d'abord sur un coup franc direct puis sur une frappe de 20 mètres, contrée en corner. Sa troisième tentative connaîtra plus de réussite. Servi plein axe, l'ancien canonnier sedanais s'avance aux 25 mètres avant de décocher une frappe magistrale qui fait mouche. Un but somme toute mérité pour un Racing qui se montrait de plus en plus pressant. Les visiteurs ne renoncent toutefois pas et cherchent l'égalisation. Sans succès puisque l'arbitre conclut les débats sur cette victoire strasbourgeoise.

athor

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter