Naissance d'un argument commercial : Ribéry©

Dans les cartons des as du buzz et de la valorisation de l'image, nous vous annonçons le talentueux Franck Ribéry©. Quelques retouches de ci de là, une mise en image pour lisser (formater) le personnage et les sponsors vont lui coller au maillot comme des stoppeurs affûtés. C'est qu'il y a qu'une idole du peuple, cela se prépare.
La couverture de France football de cette semaine met la puce à l'oreille. La photo de Franck Ribéry le présente majestueux, avec un angle trois quart face, qui esquive sa cicatrice, il est presque beau.

http://www.francefootball.fr/FF/mag/Une_FF_20060801.jpg

Son talent, sa trajectoire sportive et humaine, sa personnalité touchante ont rendu en quelques sélections le jeune gars de Boulogne très populaire. L'identification des français a été immédiate, dans la mesure où il interprétait avec une poignante humanité de Quasimodo le conte de fée qui lui permit de se prendre en photo avec Zidane (« le footballeur-devenu-dieu-redevenu-mais-aussi-humain© »). Comme il est jeune, Ribéry est apparu comme le successeur du néo retraité-suspendu. Les cerveaux du foot business, les petites mains invisibles de la Force de vente ont certainement déjà dû mesurer le potentiel commercial du nouveau footix et à la carrière qu'on lui prête, nul doute qu'il est d'ors et déjà remarquable. Il est donc intéressant de suivre (c'est une invitation) comment « on » prépare l'avènement du prochain champion, non pas sur les terrains mais en dehors, car un Zidane avec son impact commercial illimité (une dizaine de sponsors), sa chanson obispo et une image positive aussi dopante pour les recettes que de la créatine pour des cuisses turinoises ne s'improvise pas. Une icône se monte en épingle. Le joueur à crampons peut certes être différent de son double médiatique, Zidane avec son coup de tête a fait ressurgir cette schizophrénie.
Pendant qu'il est encore temps, car on ne salit pas un argument commercial, on peut dire que Ribéry est très laid (ce n'est pas un défaut), et pas franchement intelligent (quoique avec des lunettes ...), même plus bête que la moyenne des joueurs et femmes de joueurs réunis, il a de plus, une cicatrice qui lui donne un air menaçant, inquiétant, farouche. Quelques épisodes sur des parkings ont dévoilé une personnalité sanguine, incontrôlable et peut-être méchante. Néanmoins, il apparaît incontestablement comme footballeur de très grand talent, un dribbleur imprévisible, un buteur, capable de gestes inédits, quelqu'un pour qui des foules peuvent se rendre au stade. C'est aussi par certains aspects une personnalité qui ne triche pas, qui sur un terrain se livre sans retenue et en cela il est attachant. Même si son palmarès est pour l'heure étique, il s'est rendu célèbre en quelques sélections nationales (moins que Govou par exemple) par sa fraîcheur, son courage et son dévouement. Mais actuellement, force est de constater qu'il a des arguments juste bon à faire la promotion de trois cagettes de huit tomates au supermarché, or à l'instar de Zidane, la plus grande réussite française, pour être accompli, il se doit de poser pour chanel. Plus tard, les marketers (les véritables sociologues à mon avis) vont faire conjoindre les faits saillants de sa personnalité les plus exploitables avec le produit et l'attente autour de celui-ci (par exemple, zidane marche sur l'eau pour des téléphones en plastiques, génie du foot/technologie > miracle).
Comment vont-ils s'y prendre ? Mais là, je suppute comme une langue de vipère et non pas vitupére comme une langue de pute.
Fort de ses nombreux exploits et titres remportés, dans un avenir proche, Ribéry va faire un beau transfert à la hauteur de son talent. Décisif en équipe de France, le flocage du numéro dix partiront comme des petits pains. Une équipe de photographes va travailler à le rendre plus respectable, à le rendre même classe, à l'aide de grand format et retouches photoshop. Parallèlement, les quartiers de Boulogne, ainsi que les boulonnais, qui l'ont connu seront dévoilé de manière glauque pour faire mesurer dans l'inconscient les distances parcourus par le nouveau riche, tout en affirmant qu' »il est resté le même », (très important toujours affirmer que gagner cent fois plus qu'avant n'a changé en rien ses habitudes, sa façon d'être). De son propre chef, il s'engagera pour dorer son bla$on dans des associations caritatives dirigés par la paire J-C Darmon et Aulas et fera quelques commentaires tirés de la bible ou des proverbes chinois du genre « en France, aimez vous les uns et les autres ». Si l'époque s'y prête, il posera à moitié nu avec quarante bombes plastiques pour conquérir « les victimes de discrimination issues des zones dites sensibles© » et aussi entouré d'enfants dans des écoles pour rassurer les hauts dignitaires de sa religion, dont il sera le $ymbole (et pourquoi pas ?), mais toujours avec le $ouci constant de ne pas exposer « le phénomène ».

C'est ainsi que la Ribérymania qu'on avait martelé sans raison en juin 2006 à coup de sempiternelles informations télévisées qui n'informaient sur rien sauf sur les prochaines coupures publicitaires deviendra la succe$$-story du football business, que l'équipe pourra titrer ingénument la ribérymania fait recette (hé hé).

http://photos1.blogger.com/blogger/6932/2021/1600/ribery_sp.0.jpg
le phénomène Ribéry, pour l'instant

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter