Petite chirurgie interne

29/08/2006 12:15
273 lectures
dites-nous quelque genre de mémoire vous faîtes et je vous dirais quelque chirugien dans l'âme vous êtes.
Les étudiants bouclant leur second cycle universitaire cravachent pour la rédaction d'un mémoire, pour eux, l'été s'apparentent à "un putain de vietnam". Confrontés à un travail d'auteur et de penseur d'une centaine de pages, les plus malins s'en défont avec un habile copier-coller que la technologie permet, même si des logiciels existent pour détecter les fraudeurs. Selon certains, cela devient un face-à-face psychologique avec soi-même. C'est une épreuve mentalement éprouvante et pour faire dans l'adlérisme, je vais user de comparaison sur les différents profils de rédacteur.

Le mémoire est quelque chose qui émane de nos tripes.

Il y a les chirurgiens de la main. Très habile dans les coutures et les finitions, il satisfait rigoureusement à une commande longtemps planifiée à l'avance. Sérieux, ce type a commencé son mémoire dans les temps pour ne pas se retrouver dans les cordes, si bien que son travail sans panache, ni souci, est exempté de hauteur intellectuel, et comme le chirurgien de la main, il ne va pas s'aventurer dans d'autres parties. Ils se retrouveront pleinement rétribués, de ce salaire de vacances tranquilles et lointaines. A ces côtés, le gynécologue qui accompagne professionnellement la naissance , car c'est son métier. Tous les jours, il se lève parce qu'il s'y est engagé, c'est une routine, avec tout de même la sensation d'avoir enfanté quelque chose de nouveau. Il rend son mémoire puis pense déjà à son prochain bébé.

Commentaires (0)

Flux RSS
  • Aucun message pour l'instant.

Commenter