Jean-Marie Le Pen

17/04/2007 19:30
515 lectures
Un historien amateur au firmament en 2048 nous livre en exclusivité les meilleures pages de son livre, la France, les années 2000 et des poussières. Retour dans le présent anticipé.
Il est tentant, et c'est dans son caractère, pour le français, en cette année 2007, d'une nouvelle fois renverser la table, montrer ses fesses à la marée-chaussé, un doigt dans le nez, tout en insultant l'arbitre. Le Pen est en passe d'être au second tour -quoi que disaient les sondages qui étaient à nos hommes politiques d'alors ce que l'astrologie fut à F.Mitterand. Bien sûr, après ce geste scandaleux, les français vont ricaner, puis se rendre compte de cette galéjade salée, sa colère était allée trop loin. Le peuple français pensait que Le Pen fut ce vieil oncle infréquentable qu'on sortait de l'urne tous les cinq ans pour effayer les tantes arrogantes. Il savait aussi que l'équipage FN de bruts et de bras-cassés étaient incapables de tenir une permanence dignement, rien qui vaille. Pourtant, en 2007, les conversations autour de la table ont conféré une légitimité inattendue (euros, pouvoir d'achat, insécurité, protectionnisme, impérialisme) et aucun des arguments qui lui eussent été fatals, essentiellement économiques, ne lui furent assénés. De plus, Le Pen ne s'était pas abaissé à une campagne de gouverneur de province, non, il a parcouru les estrades vieillisant avec ces certitudes indémodables d'ancien combattant, car la fausseté comme l'escroquerie est inusable. Il se disait alors que pour sa dernière des innombrables sorties, les français, pas rancuniers, lui offriraient un hommage mesquin en haut de l'affiche avant de le renvoyer dans les poubelles de l'histoire d'où il n'aurait pas dû sortir.

Commentaires (3)

Flux RSS 3 messages · 109 lectures · Premier message par anaconda · Dernier message par anaconda

  • Le plus agaçant, c'est cet espèce d'alibi qu'on a fourni au fur et à mesure au vote le Pen : c'est devenu officiellement un vote contestataire, sanction, tout ce que tu veux. (rien qu'à voir les débats stériles orchestrés par les militants frontistes sur agoravox, qui d'un site passionnant est devenu lieu de propagande. Vivement la fin des élections)
    Alors qu'on ne m'enlèvera pas de l'idée que le vote Le Pen est un vote qui traîne un fumet de racisme. Point barre.
  • Je suis complètement d'accord avec toi. A toute personne qui ose me dire que ce vote est un vote de contestation, je dis que c'est un vote raciste, et c'est tout.
    On ne peut pas voter Le Pen, en ayant sa conscience et en étant pas raciste.
  • Dans mes bras mon ulirch ! (pardonne-nous ces effusions de tendresse sur ton blog, almendralejo).

Commenter