Nicolas Sarkozy

16/04/2007 20:06
881 lectures
Un historien amateur au firmament en 2048 nous livre en exclusivité les meilleures pages de son livre, la France, les années 2000 et des poussières. Retour dans le présent anticipé.
En 2007, des policiers sont tués, rossés, méprisés. Leur chef, le ministre de l'intérieur, N.Sarkozy se félicitait que sous son autorité aucune bavure ne se soit produite, des émeutes très importantes s'étaient déroulées l'année précédente. Les policiers, une classe de prolétaire qui sait difficilement écrire, sont écartelés entre les exigences respressifs ( essentiellement statistiques) et un laxisme qui laisse affleurer un sentiment d'insécurité. Cette expérimentation politique avait pour but de laisser une atmosphère instable qu'on contrôle à moitié pour promettre qu'on règlera les problèmes avec les pleins pouvoirs. La France d'après sera un état de terreur. Lors des manifestations contre le contrat première embauche, des étudiants se sont faits violentés sous le regard passif des policiers. Le message subliminal sembla être : "si vous votez pour moi, je ferai cesser les les violences."

Le ministre de l'intérieur a éprouvé sa stratégie de coups médiatiques, apparaissant comme l'homme providentiel et de phrases amplifiées par l'hystérie de ses adversaires ("rafle", "fasciste", "karcher"), apparaissant comme des solutions simples et radicales, jouant habilement des médias qui dénoncaient sa sévérité (factice) et ne pouvaient plus dès lors dénoncer ses lacunes graves, comme celles qui concernaient la déserion de certaines zones de non-droit par les forces de l'ordre et l'insécurité subie par les fonctionnaires et les professeurs.

Cette politique de gribouille pourrait avoir des conséquences désastreuse pour un pays angoissé, remonté, inquiet. Ces calculs opportunistes ne sont pas digne d'un haut-responsable.

La France d'après était en passe d'être un pays pertubé gouverné par des dirigeants qui énoncent des solutions qu'ils appliqueront plus tard, après les prochaines élections.

Je me souviens qu'à une semaine des élections, la France lessivée allaient confier le sort de son pays à ce genre d'affairistes.

Commentaires (8)

Flux RSS 8 messages · 139 lectures · Premier message par almendralejo · Dernier message par almendralejo

  • Ci-git un texte futur sur un passé qui n'a pas encore eu lieu.

    Demain, Jean-Marie Le Pen
  • Que penser du sujet honteusement évité par l'ensemble des médias et des adversaires de la France d'après concernant les positions eugénistes du candidat Sarkozy. Dans vos souvenirs, une société "acquise" à l'inné a-t-elle vu le jour ?
    Quelles en ont été les premières mesures ? (supression des tribunaux ? abaissement de la majorité pénale à l'âge de la naissance ? comparution immédiate dès le menottage du voyou et de la racaille ?)
  • En somme, devant l'histoire et devant le peuple français, la grande gloire de Napoléon III aura été de prouver que le premier venu peut, en s'emparant du télégraphe et de l'imprimerie nationale, gouverner une grande nation. Imbéciles son ceux qui croient que de pareilles choses peuvent s'accomplir sans la permission du peuple, et ceux qui croient que le gloire ne peut être appuyée que sur la vertu. Les dictateurs sont les domestiques du peuple et la gloire est le résultat de l'adaptation d'un esprit avec la sottise nationale.
  • (en tête d'affiche de ce site malgré lui à l'insu de son plein gré, mais pas totalement innocent)

    Enfin un commentaire qui me rassure sur certaines idées du tôlier de ce site que je croyais cruellement dévolues sur certains aspects politiques à Mr Sarkozy (à force de se styliser (expression reprise dans le fameux article de philosophie magazine où Sarko a pu me surprendre agréablement déjà d'avoir accepter l'entretien ce que n'a pas encore pu faire Ségo pour cause d'agenda surchargé et pour avoir affirmé ses valeurs "presque" philosophiques. Il y a quand même eu des relents de positive attitude, Sarko affirmant que l'ennui n'existait pas dans sa vie, chose me paraissant impossible, il fait tellement d'avion.) réac on finit par prendre des étiquettes même les pires). Le même ne m'avait il pas affirmé à l'époque disco que son père fut chauffeur de Marine Le Pen en banlieue dans des temps moins chauds (le réchauffement a lieu partout).

    L'insécurité je viens de la vivre en avion où un rasta de la Martinique (ex-taulard d'après ses propos à la fille avec qui il a réussi à sortir pendant la nuit de vol pour cause peut être d'émeute) voulait me casser la gueule, a osé me traiter de quatre yeux (insulte que je n'avais pas entendu depuis la SPA (section des petits) et m'a jeté le papier de bonbon sensé me rassurer à l'atterissage.

    Amateur de pronostics, mon avis sera la victoire de Royal dès le premier tour côtée à 30.
  • Il est difficile tout grand tôlier que l'on soit, de supporter des étiquettes dans un pays étranger. Le tôlier dirait qu'à 26 ans, il est le bizarre mélange d'une tradition qui n'existe plus trop, arborant des valeurs lointaines dans de solitaires contrées.
  • Le tôlier est flou.
  • Honneur pour honneur, tenancier du stub d'almendralejo me convient mieux.
  • Paris, 18 avr 2007 (AFP) - Les organisateurs de la marche silencieuse prévue vendredi après-midi à Paris en mémoire du policier Reynald Caron tué le 9 avril à la Foire du Trône (XIIe) ont renoncé à leur intention de manifester, a-t-on appris mercredi auprès de la préfecture de police.

    Selon cette même source, un moment de recueillement à la mémoire du policier, dont la forme et la nature n'ont pas encore été arrêtés, devrait se dérouler à l'initiative de la famille le 11 mai, soit après le second tour de la présidentielle.

Commenter