Dead Hefner

26/04/2007 10:54
1.214 lectures
Massacré par la critique musicale, le dernier disque d'Hefner, dead medias, a poussé le groupe anglais dans le ravin, dans lequel il ne s'est plus avisé à sortir. Mesdames, messieurs, dans le monde, la critique musicale tue.
Dans le cruel référencement google, ce n'est pas facile de concurrencer le créateur de Playboy ou un dj américain, Hefner, à l'heure du virtuel partait donc avec de sérieux handicaps.

Le groupe a traversé les années 90, sans trop de dégâts, par la bienveillance des Peel sessions sur BBC, donnant à Darren Hayman une aura certaine auprès des premières de la classe du sud de l'angleterre déthatchérisée ("The day that Thatcher dies"). Ses pochettes colorées auront tapé dans l'oeil des curieux et les hymnes de la banalité (a hymn for alcohol, a hymn for the service postal, the hymn for Berlin) retentit quelques fois dans les chambres des résidences universitaires d'élèves ingénieurs révisant leursprotons et leurs neutrons

http://www.hefnet.com/images/deadmed.gifhttp://www.hefnet.com/images/fid2.gifhttp://www.hefnet.com/images/pullyourself.gifhttp://www.hefnet.com/images/citycd.gif

Pop triste et désenchanté, Hefner a acquis ses suiveurs grâce à Fidelity Wars, impeccable, avant de faire tourner la balle, sur les derniers disques (Boxing Hefner, We love the City). Dans Dead Medias, injustement décrié, ils avaient mis de l'électronique cheap dans leur bol de pop. Désormais, le leader fait la tournée des saloons en reprenant ses tubes anecdotiques au ukulélé (ici)

http://www.hefnet.com/images/soul1.gif

Commentaires (1)

Flux RSS 1 message · 160 lectures · Premier message par matteo · Dernier message par matteo

  • Je me souviens de la critique à l'époque de la sortie de « Breaking God's Heart », quelque chose comme : « La musique d'Hefner est capable de s'élever jusqu'à des hauteurs insoupçonnées de grâce fragile, mais elle peut aussi s'écraser au sol tel un vulgaire Christmas pudding ». Ce disque est un peu ma madeleine de Proust.

Commenter