La Maison de la peur

31/05/2007 11:37
2.089 lectures
Des étudiants cherchent leurs slips dans une maison hantée et se font sauvagement assassiner. Une fiche approximative écrite par le Nanaconda aussi péniblement que vous poussez un étron après avoir confondu vos vitamines C avec des capsules d'immodium.
A des heures improbables le samedi soir, M6 diffuse des oeuvres improbables. La Maison de la Peur, énième version du filon usé des Slasher Movies remis au goût du jour par Scream, voilà déjà plus d'une dizaine d'années. Au niveau de l'intelligence, on touche le fond. Et c'est ça qui est bon.


Décidément, les étudiants américains de téléflim ne savent plus quoi inventer pour se faire trucider stupidement. 8 d'entre eux, bien évidemment interprétés par des acteurs qui ont allègrement dépassé les 35 ans, font un feu de camp dans la forêt. Ils picolent, se racontent des histoires qui font peur puis décident d'aller passer la nuit dans la maison abandonnée de l'ancien directeur de l'hôpital psychiatrique, lynché par la population du village voisin 15 ans plus tôt après un massacre dans son établissement.

Ils pénètrent la bicoque par effraction, et à peine installés, décident de faire un jeu. Évidemment, je ne m'attendais pas à ce qu'ils se lancent dans une partie de Trivial Pursuit, mais alors là ! Le jeu est limpide. Chaque personne présente (4 filles, 4 garçons) doit enlever son slip et le cacher quelque part dans la maison. Puis, il s'agit de partir à la chasse au slip. Celui qui en a le plus au matin gagne. C'est un jeu où même vous pourriez gagner, puisqu'il ne nécessite aucune compétence intellectuelle particulière. A la limite un odorat surdéveloppé peut-il être un plus, à condition de jouer avec des partenaires à l'hygiène intime plus que douteuse, ce qui, vu vos fréquentations, est tout à fait possible.
L'autre avantage de ce jeu, c'est qu'il disperse les participants, ce qui permet au tueur caché (car bien sûr il y a un tueur caché) de zigouiller discrétos.
La meilleure scène du flim a lieu peu de temps après. Un des couples s'est isolé dans une chambre pendant que les autres cherchent des slips. La bonne femme se paye une tranche de « à dada sur le cheval de grand-papa » avec son mec, ce qui a deux avantages et un énorme inconvénient :
- ça offre une scène de gourgandine dénudée et écervelée qui vient fort à propos
- c'est l'introduction d'un meurtre qu'on ne voit pas du tout venir
- mais l'actrice a un physique repoussant, c'est sans doute l'une des femmes les plus laides qu'il m'ait été donné de voir dans le rôle de la gourgandine dénudée (certes, je suis plus difficile que vous, mais quand même !).

Donc, pour se faire zigounipiloupiler comme elle l'entend, la bougresse attache et bâillonne son homme. Après l'acte, elle lui lance un regard qu'elle espère torride, et qui la fait encore plus ressembler à Miss Piggy du Muppet Show, et lui annonce : « tu te souviens que je t'ai dit que je te libèrerai APRÈS ma douche ? ».
Excellente idée. On ne se doute pas du tout que le tueur va en profiter pour le buter tranquillos pendant que la gorette se lave. En effet, au-dessus du lit, il y a une fenêtre. Le tueur n'a plus qu'à faire des traits au diamant dans le verre et le mec attaché finit lardé d'éclats.

Donc ils meurent tous les uns après les autres, enfermés dans la maison.
Parallèlement, il y a une journaliste qui fait une enquête sur cette bicoque qu'on dit hantée par le fantôme du directeur, et qui ne sert à rien d'autre qu'un fil rouge qui par ses investigations essaie de donner du crédit et de la cohérence à une histoire qui part de plus en plus en vrille. Vers la fin, il ne reste plus que deux ou trois personnages dans le hall, le fantôme s'approche, il va les tuer sauvagement. C'est à cet instant que débarquent in extremis Sam et Dean Winchester, les chasseurs de monstres des temps modernes, contrairement aux Frères Scott qui sont les basketteurs des temps modernes. Dean se sert d'un slip retrouvé dans la vaisselle de la cuisine pour tracer un pentacle et tenter de piéger l'esprit. Hélas, le slip n'est pas pur (il est souillé par une méchante trace de pneus) et l'esprit est toujours menaçant. Il s'en prend alors à Sam, lui crache un liquide vert à la figure et lui dit que sa mère suce des bittes d'amarrage en enfer, un truc dans le genre, en courant à l'envers dans l'escalier. Sam, le plus jeune des frères Winchester, qui est resté traumatisé par le décès de sa mère, brûlée par un démon collée au plafond, et qui a depuis de gros problèmes avec les femmes (alors que vous, c'est plutôt les femmes qui ont un problème avec vous), et avec l'alcool, mais pour d'autres raisons, est soufflé par cette révélation fracassante. Il préfère raccompagner les survivants vers la vérité qui les attend au bout du couloir. Dean, pour gagner du temps, trouve un miroir et dit 5 fois Candyman devant. Candyman se pointe mais refuse de se battre contre l'esprit tueur, car il s'est cassé un ongle à la main qui lui reste. Il est facilement vaincu par l'esprit psychopathe mais cela permet de donner un peu de temps aux frères Winchester, qui sont maintenant persuadés que l'âme nomade est en fait contrôlée par l'un des trois survivants, qui aurait de vagues liens de parenté avec. Ils retrouvent tous les slips, y mettent du gros sel et allument le tas. L'esprit est vaincu car le slip du meurtrier est brûlé. Ouf !

On se retrouve donc dans la salle du producteur à qui un scénariste resté perché sous acide annonce : « j'ai une idée béton. On ferait un flim sur des ados étudiants de 40 ans qui iraient dans une maison hantée se faire buter par un fantôme. La trame de l'histoire serait une chasse aux slips. A la fin, coup de théâtre, on fait un cover avec les héros de Supernatural qui viennent sauver tout le monde. »
Et le producteur : « génial, j'achète ! »

Bonne nuit les zenfants.

Le nanaconda

PS : Tout n'est pas exact dans cette fiche, car je me suis endormi à plusieurs reprises. Mais comme je pense être le seul en France à avoir regardé cette daube, j'ai décidé de vous mentir de manière éhontée.

Commentaires (10)

Flux RSS 10 messages · 196 lectures · Premier message par mostovoi · Dernier message par anaconda

Commenter