October 2007


Super Rodrigo

Baaaaaang !! Depuis samedi, ça n'arrête pas, tout le monde joue à Super Rodrigo. Super Rodrigo, c'est Elvis Paisley qui a inventé ce jeu. Il faut courir le plus vite possible et taper de toutes ses forces dans la balle, en criant "Gooooool". Au début, ça faisait sourire Monsieur Furlan, mais aujourd'hui, ça a commencé à l'agacer. Faut dire qu'il en a marre de devoir envoyer Alex Vencel repêcher les balles dans la rivière derrière les terrains d'entrainement. Et puis c'est dangereux ! Si on tire trop fort sans être chaud, on risque une rupture amoureuse à la cuisse, comme nous a expliqué le Doc. Mais ça ne suffit pas à calmer tout le monde. Surtout Edgare qui est drôlement fort, parce qu'il tire hyper fort ! Il nous a raconté que dans son ancien club, le Rage à Casablanca, il a cassé un poteau tellement il a tiré à 2000 km ! On était très impressionnés. Stéph' a répondu " Pauvre gardien de but, il a dû avoir peur !". Là Edgare a rougi... "Nan, en fait j'ai cassé un poteau de corner...". Et il a éclaté de rire et nous avec lui ! Il est sympa Edgare !

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/rodrigosuperma...

Le plus mauvais à Super Rodrigo, c'est Pagalou. Faut dire qu'il n'est pas bien costaud. Habib l'a chambré : " Tire pas trop fort, vu que t'es plus léger que la balle c'est toi qui risquerais de partir en pleine lucarne !". Pagalou a râlé et a grommelé que lui au moins il savait faire des tirs en finesse. Personne n'a trouvé quoique ce soit à redire à ça, alors Pagalou est retourné faire des passes avec James Fanchon, le sourire aux lèvres. Fanchon aussi il sourit, il est content d'avoir été titulaire contre Lille. Il nous a confié après le match qu'il s'était senti comme chez lui au Stadium de Neuve d'Ask, car c'est un stade aussi pourri qu'au Mans, ça lui rappelle de bons souvenirs. Là, Coco a ajouté : " Par contre, l'affluence m'a fait plutot penser au National, quand j'étais à Nîmes !". Le petit Kevin m'a demandé discrètement : " C'est quoi nïmes ?". J'ai répondu : " C'est une petite ville qui a perdu la Coupe de France contre Ausserre il y a au moins 10 ans !" Il a hoché la tête et est reparti jouer à Super Rodrigo.


A la fin de l'entrainement, les jeunes sont allés voir Monsieur Furlan. Y avait Quentin au thon, Morgan et Romain. Pour l'occasion, ils avaient refait leur crête avec une double ration de gel Vivel Dop invisible. Quentin au thon a pris la parole et a dit au coach qu'il fallait qu'ils jouent contre le PSG samedi prochain. Monsieur Furlan a rigolé et a répondu " Eh oh les pitchounes, je ne vais pas mettre les vainqueurs de Lille sur le banc ! ". Romain s'est frotté la crête et a répliqué : " Oui mais à Paris, Paul Legouène il fait jouer les jeunes, donc on pense que c'est une très bonne idée !". Là, le coach il a dit qu'il fallait arrêter de plaisanter et que de toute façon la méthode de Paul Legouène elle marchait pas ! Morgan était désespéré. Il a pris le petit Kevin à partie. " Eh Kevin, dis au coach que tu voudrais bien qu'on joue avec toi ! " . Kevin a haussé les épaules et a répondu qu'il préférait encore jouer avec Yassine ou Eric car eux au moins ils font des passes. Puis il est reparti jouer à Super Rodrigo. Monsieur Furlan a fait une tape sur les épaules des jeunes et leur a dit de continuer à bosser à l'entrainement, que leur heure viendrait. Ils ont bien compris et sont repartis, sauf Morgan qui disait, en pointant sa montre du doigt, que son heure était déjà là. C'est à se demander si le gel est mauvais pour le cerveau parfois...

Fanchone victime

Samedi, on a enfin repris les matches, après la fin de la mini-grève. On a joué contre Bordo et contre l'arbitre aussi un peu. Au retour des vestiaires, Ducros était furieux, il a dit des choses pas très jolies sur M. Poulet. Pagalou qui passait par là, a dit qu'au lieu de critiquer, il ferait mieux de ne pas laisser des boulevards sur son côté droit et surtout sur les corners. "Et je peux savoir où t'étais sur le corner du but de Bordo ?" a répliqué Ducros. Pagalou, tout fier a rétorqué : "ah, moi j'étais au 1er poteau, à gauche, j'ai un alibi !". On a tous écarquillé les yeux, on avait jamais entendu Pagalou sortir un mot aussi compliqué. Stéph' est arrivé et a demandé à Pagalou et Ducros de se calmer.

C'est à ce moment que Monsieur Furlan a pris la parole pour un petit discours d'après match. Il avait à peine commencé à parler que la lumière s'est éteinte dans le vestiaire. Il faisait tout noir. Le petit Kevin et Romain ont commencé à hurler et à chahuter parce que c'est rigolo quand il fait noir. On ne voyait plus rien, à part le maillot orange de Stéph' qui brillait. "Oh, un Marseillais !! a crié Elvis". Tout le monde a rigolé. La lumière est revenue : en fait, c'était Eric qui s'était adossé sur l'interrupteur sans faire exprès, pour écouter Monsieur Furlan. Romain et le petit Kevin étaient en train d'essayer de baisser le short de Quentin au thon alors ils se sont arrêtés brusquement lorsque la lumière s'est rallumée. Monsieur Furlan a fait les gros yeux : "Oh les gamins ! Si vous vous comportez comme des pitchounes, je vous envoie jouer avec la CFA le week end prochain." Les gamins ont baissé les yeux et se sont rassis. Quentin a remis son short et enlevé le slip qu'il avait sur la tête. Moi, j'ai dit à Romain qu'il devait faire attention et que s'il faisait trop le comique le coach allait l'envoyer au coin. "Comme Emile et Abou ?" a répondu Romain, avec une tête peureuse. Il comprend vite le petit !

Ce qui était rigolo aussi samedi, c'est que Jacob a joué. Ca faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu en train de transpirer après un match. Du coup, il est allé à la douche avec nous. Là, on l'a entendu hurler. Tout le mondet a eu peur, Monsieur Furlan a posé son cahier dans lequel il écrivait ses observations speakologique et tactiques, le petit Kevin et Romain ont même posé leur Gel Vivelle Dop invisible pour aller voir ce qui se passait. Jacob était en train de taper sur le bouton de la douche, avec rage ! Il venait de se brûler avec de l'eau trop chaude. Elvis Paisley a dû lui expliquer comment marchait la douche vu qu'il n'en avait jamais eu besoin.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/fanchone-44293.jpg


Pendant ce temps, James Fanchon, il faisait grise mine. Faut dire qu'il ne joue plus beaucoup depuis qu'il s'est blessé. Il s'est fait une petite légion à la cuisse droite il y a 3 semaines et avant il a aussi eu des problèmes aux hisse qu'au Jambay. C'est le doc qui m'a dit ça, moi j'y connais rien ! Mais du coup, Pagalou lui a piqué sa place. Il est sympa Pagalou, à chaque fois qu'un milieu de terrain se blesse, il va souvent le voir pour lui dire de bien prendre son temps pour guérir. Là, il a dit à Fanchon : " Fais pas la même erreur que Yassine qui reviens un peu trop vite, je m'inquiète pour sa santé !" en voyant ça, j'ai pris Stéph' à partie : "c'est un chic type ce Pagalou quand même !". Stéph' a haussé les épaules et il a souri, sans rien répondre. Il est bizarre parfois Stéph' !

On a battu les All Grenats

08/10/2007 23:52
1.118 lectures
Samedi dernier, on est allé à Mess pour jouer le derbidelest. Un derbidelest, c'est quand le match il est pas loin. Du coup, on y va en bus. Le petit Kevin a râlé car il préfère prendre l'avion, parce que dans l'avion on peut avoir un verre de Coca gratuit et que ça bouge de façon rigolote lorsqu'on se pose sur la piste. Monsieur Furlan lui a dit que s'il était sage dans le bus, il le ferait peut-être rentrer. Du coup le petit Kevin s'est calmé et on est parti dans le calme.

Le stade de la Meinau de Mess, c'est Zinzin fout rien. Lorsqu'on est arrivé sur la pelouse pour s'échauffer, Quentin Au thon a crié : " Waou le stade rigolo !! Qui c'est qui a volé les 1/4 de virage ?!". Je lui ai expliqué que les petits clubs avaient souvent des stades avec des trous partout et qu'il fallait pas qu'il s'inquiète pour ça ! L'autre truc rigolo à Mess, c'est qu'il y a tellement de supporters strasbourgeois qu'on se croirait chez nous voire à Chochaux ! C'est à cause de la rive alitée entre les deux régions, c'est ce que Philippe m'a expliqué l'autre jour.

Pendant la causette d'avant match, Monsieur Furlan a dit qu'il fallait qu'on soit remontés comme des rugbymen avant d'affronter les Blacks. Là on a tous pensé à Edgare... Il a aussi expliqué qu'il ne trainerait pas sur la pelouse à la fin du match car il voulait voir le match de la France à la télé. Quentin au thon m'a glissé à l'oreille : " pourquoi en rugby ils ont une balle tordue ?". J'ai répondu que les petits sports avaient souvent des balles tordues et qu'il fallait pas qu'il s'inquiète pour ça. Les attaquants se sont réunis ensemble quelques secondes avant d'entrer sur le terrain pour mettre en commun leur énergie positive. Wason a crié "Putaaaa" très fort et on est rentrés sur le terrain.

Pendant le match, il s'est passé des trucs assez rigolos. Déjà, on a marqué deux fois. Et puis le public messois a voulu venir jouer avec nous. Sauf que c'est interdit ! Alors du coup ils se sont disputés avec les faux policiers déguisés avec comme des maillots de Marseille orange fluos. Monsieur Furlan m'a dit " Mais que font les CRS ?!". Y parait qu'ils étaient occupés à comparer la taille de leur matraque, c'est pour ça qu'ils sont arrivés en retard pour la bagarre. Les Messois ont même lancé des trucs sur Stéph'. Comme il est pas méchant, il a tendu l'autre joue. Comme l'arbitre tardait à faire repartir le match, Stéph' est allé le voir pour lui dire que c'était pas tout mais qu'on avait un match de rugby à voir et qu'il fallait un peu se dépêcher. Monsieur Furlan faisait des grands gestes dans ce sens ! Le match a repris et Stéph' a laissé entrer un but pour calmer un peu les Messois.

Le petit Kevin est rentré, Monsieur Furlan a tenu sa parole. Sur le coup, Kevin a un peu râlé : il était occupé à regarder les CRS, faut dire qu'il adore les playmobiles. Le coach a fait les gros yeux : " On a déjà perdu assez de temps comme ça, on va rater le match si ça continue !". Kevin a baissé les yeux et est allé rejoindre Grovaro Santos sur le terrain.

Le match a été tendu jusqu'au bout. Monsieur Furlan regardait sans cesse la montre. Au coup de sifflet final, on a tous levé les bras au ciel. Le coach s'est tourné vers moi : " Quelle délivrance, j'ai vraiment cru qu'on allait rater le Haka !" Puis il a filé aux vestiaires. Pagalou, qui pour une fois souriait, a gueulé : "Y sont vraiment bizarres les gars du Sud parfois !" Pour fêter la défaite, les supporters messins ont fait un joli feu d'artifice. "Y a pas que les gars du Sud qui sont bizarres" a murmuré Elvis Paisley en passant.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/michal-joh-2cc...

Ohé, ohé, entraîneur abandonné !

Ce matin, quand on a vu Monsieur Furlan débarquer sur le terrain d'entraînement, on a tout de suite compris que quelque chose n'allait pas. D'habitude, même quand ça ne va pas, il a toujours le sourire, Monsieur Furlan, surtout quand il y a une caméra ou un micro à proximité. Cette fois, il ne souriait pas du tout, il avait même l'air un peu crispé, un peu comme quand on a mal au ventre et qu'on a l'eau courante. Même Edgare qui, d'habitude, n'arrête pas de chambrer, il a senti qu'il devait se tenir sur le carreau. Nous, on s'est demandé pourquoi il faisait la gueule comme ça, puisque, même quand on était mauvais, il était toujours tout gentil avec nous.

https://racingstub.com/ressources/photos/009/_min700/pict0774.jpg

Là, il nous a à peine dit "bonjour" qu'il nous a envoyés fissa en séance vidéo. Il nous a repassé la cassette du match contre Amiens et il faut avouer que c'était pas beau à voir. On a tous manqué s'endormir, sauf Monsieur Furlan qui s'est mis à gesticuler dans tous les Sence, en faisant de grands signes avec les mains, et en arrêtant pas de dire qu'on avait été nuls, mais nuls. C'est quand on est arrivé au moment où Abou se fait expulser qu'on s'est rendu compte qu'il n'était pas venu ce matin. Alors, Romain, qui a toujours un portable sur lui, même quand il dort, il l'a appelé pour savoir ce qu'il foutait, parce que, là, on était à l'entraînement et que Monsieur Furlan, il était pas super content après lui. Abou lui a répondu qu'il n'était pas venu, vu qu'il s'était pris un rouge contre Amiens, et qu'il était persuadé qu'il était suspendu automatiquement pour les séances d'entraînement qui suivaient. Là, Monsieur Furlan a étouffé un sanglot et Steph' a levé les yeux en disant : "il faut donc tout lui expliquer à celui-là !". Alors, on a expliqué à Abou que ce n'était pas parce qu'on ne jouait pas au match suivant qu'il ne fallait pas s'entraîner et qu'Edgare, lui, au moins, il venait à l'entraînement, alors qu'on savait qu'il ne jouerait pas le match d'après. Edgare, il était tout surpris d'être montré en exemple, parce qu'il n'avait pas l'habitude.

Monsieur Furlan, il nous a envoyés sur le terrain en nous demandant d'être "sérieux et appliqués". A ce moment-là, Pagalou s'est fâché tout rouge, parce qu'il l'a pris pour lui. Il a même quitté le terrain, en râlant et en disant que c'était pas juste, que personne l'aimait, et qu'il voulait jouer contre les messois, parce que c'était à ces moments-là qu'il était le meilleur. Le problème, c'est quand il a shooté dans un plot : le plot a fini sa course sur Emile qui n'était pas loin. Emile, il s'est effondré subitement, parce que ça avait réveillé une vieille douleur. Alors, Edgare l'a pris sous son bras et l'a conduit à l'infirmerie. Nous, on s'est demandé si c'était pas une manière pour Pagalou d'éliminer la concurrence à son poste. Mais Coco nous a rassurés en disant que, de toute façon, personne ne savait quel était le vrai poste à Johansen. Même pas Monsieur Furlan.

D'ailleurs, celui-ci avait l'air très embêté : il nous a mis en rang et nous a comptés afin de savoir qui pouvait jouer contre Metz. Quand il est arrivé devant Grovaro, il a poussé un gros soupir et a murmuré : "Ce vieux fourbe de Plessis nous a bien eus sur ce coup-là". On a même cru sur le moment qu'il allait se mettre à pleurer. A la fin du petit match d'entraînement, il était tellement désespéré par Eric et par Wason qu'il leur a dit : "Non, mais vous vous croyez au rugby pour balancer la balle au-dessus du but comme ça ?". Alors, pour détendre l'atmosphère, je lui ai demandé s'il n'aurait pas préféré faire entraîneur de rugby, d'autant qu'il avait l'accent qui allait avec. Là, il m'a regardé d'un air bizarre et il m'a dit : "Tiens, bonne idée, j'ai bien envie de me rendre à Cardiff samedi soir !". On l'aime bien, Monsieur Furlan, mais, quand il est fatigué, il commence à faire des phrases et nous, on comprend plus très bien ce qu'il veut dire.

Disputes mais pas de buts

Depuis quelques temps, on ne marque plus de buts. Nous, on sait que c'est pas bien. Mais Monsieur Furlan, avec ses techniques psychologiques, il nous répète que c'est pas grave. A tous les entrainements, il répète : " Il ne faut pas jeter la bière aux attaquants sinon ils vont ganverger !" Pour faire simple (et c'est ce que j'ai expliqué à Abou qui ne comprenait rien), les attaquants sont nuls en ce moment, mais faut pas le dire pour pas être méchants. Du coup, l'ambiance est moins détendue pendant les séances. Le petit Kevin est de plus en plus obsédé par le but. Il fait des heures sup', il travaille plus pour marquer plus ! Enfin, y parait, parce que nous on est déjà sous la douche en général. C'est Alex Vencel qui nous a raconté qu'il l'a surpris un soir sur le "si 'tit stade" à côté du terrain d'entrainement, en train de courir en répétant " Marque ! Marque ! Marque !", la bave aux lèvres, les yeux à gare ! Il commence à nous faire un peu peur le petit Kevin...

Quant à Wason, il est plus tendu. Il passe son temps à hurler "Putaaaaaa" après chaque frappe ratée. Stéph' a beau lui faire des ptites tapes pour lui donner un peu de son Energie, La Ric-Rac est aux abonnées absentes. Les abonnés étaient aussi absents mercredi soir, pour la Coupe de la ligue. On a joué contre Amiens et on a perdu, le stade était presque complètement vide. Manu Dos Santos, ça lui a rappelé Monaco, mais il a pas joué de toute façon. Nous, ça nous a rappelé la L2. Alors on a vite retrouvé les automatismes comme avec JPP, interdit de faire du beau jeu ! Sauf qu'avec JPP on gagnait. A la place de Dos Santos, Monsieur Furlan a été obligé de faire jouer Abou. Depuis l'an dernier, il a appris à choisir les bons crampons, mais il n'a toujours pas compris la règle du carton rouge.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/dispute2-76f63.jpg

Pourtant on a bien essayé de lui expliquer le truc dans le bus, en allant au stade après la mise au vert pour préparer Amiens. Avec Habib et Elvis, on a même fait des mimes pour faire des exemples, mais dans un couloir de bus, c'est pas facile. Et puis on a été interrompus parce qu'il y avait une dispute à l'avant du bus. C'était Grovaro et Pagalou. Grovaro Santos s'était assis devant parce que Grovaro, il est nouveau. Alors il a pas encore d'amis, donc Monsieur Furlan a demandé à Pagalou de le prendre sous sa croupe. On a réussi à les séparer au moment où ils commençaient à se tirer les cheveux. "Eh oh on se calme !!" a crié Monsieur Furlan. Pagalou et Grovaro ont parlé tous les deux en même temps pour expliquer la dispute, du coup on a rien compris. Monsieur Furlan a fait les gros yeux et tout le monde s'est calmé. "C'est pas moi ! C'est Grovaro qui n'arrête pas de dépasser la limite avec mon siège, il a pas le droit !" C'est vrai que Grovaro est un peu large et qu'il ne tient pas sur un siège. Du coup Monsieur Furlan lui a trouvé une place tout seul. " Pagalou a regardé Grovaro et lui a dit : "Et toc !". Monsieur Furlan a tapé du poig sur la coudoire et il a dit qu'il fallait arrêter ces disputes pour des broutilles, que tout le monde devait tirer l'équipe vers le haut. Là j'ai tout de suite pensé à Coco, lors du match contre Le Mans où il avait vachement tiré vers le haut. Il est au taupe, Coco !
  • 1 (current)