Gargorov


Messins, messins, nous enculent !

Bon bah, on l'a prise notre raclée. Cette semaine à l'entrainement, c'est profil bas. Le petit Kevin vient sans sa crête et Wason ne fait plus de Ric-Rac. Les claquettes d'Elvis Paisley sont oubliées depuis belle l'urêtre. Apparemment, il s'est mis à la capoiera. Il a même essayé d'en faire avec des supporters en colère après le match mais c'était pas pour du rire et les gros monsieurs sécurité en veste orange lui ont tiré les oreilles pour le calmer. Yac' et son papa Cheikh Yacine se sont fâchés tout rouge et ont essayé de faire une démonstration de karaté et bizarrement ça n'a pas plus aux supporters. Ils sont compliqués ces pauvres ! Y en a même qui criaient "Mercedes ! ", un truc comme ça. Elvis a rétorqué qu'il roulait en BMW. Stéph' nous a expliqué plus tard que les pauvres parlaient de "mercenaires" en fait. " C'est des mecs qui se battent pour l'argent dans n'importe quelle armée " qu'il nous a expliqué. Elvis, il a pas trop compris. Il a répondu : " L'argent, je sais ce que c'est.... Mais c'est quoi se battre ?!"

Heureusement, Habib a calmé le jeu, toujours zen. Comme pendant le match. D'ailleurs, Monsieur Furlan lui a dit après le match, devant toute l'équipe : " Il ne te manquait plus que le verre de Ricard avé les olives pour être aussi peinard que mon Tonton de Bègles, le 15 aout après les boules ". Les boules, c'est Habib qui les avait et personne n'a bougé. Pas même Stéph' qui tirait la tronche, mais personne n'a osé lui reprocher de pas avoir été décisif ce soir.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/ricard-76a25.jpg

Voilà, c'est pas la fête, et Edgare n'est plus là pour nous faire rigoler. Edgare, on ne sait même pas où il est parti. Pourtant on a cherché partout : Amoxis, Fun Factory, Era, Komplex, Seven, l'Addict, etc... Toujours la même réponse au téléphone : " Un joueur du Racing ? Ah oui, ça, on en voit souvent... Mais non, le père Edgare, on ne l'a pas vu depuis belle l'urêtre. La profession est la première à en souffrir... Prévenez nous s'il revient ! Merci !"

Le kiné et le doc eux non plus, ils ont pas la pêche. C'est depuis que "Monsieur 10 000 Voltarène" est parti. C'est comme ça qu'ils appelaient Emile, ça les faisait rigoler, même si, nous, on comprenait pas trop... Du coup, ils disent qu'ils sont presque au "chômage tactique" ou un truc comme ça. Mais depuis que Pagalou a balancé que Monsieur Furlan, c'est la tactique du chômage, les toubibs ne blaguent même plus là dessus. Je me demande si c'est pas l'équipe qui aurait besoin d'un toubib maintenant...

Fanchone victime

Samedi, on a enfin repris les matches, après la fin de la mini-grève. On a joué contre Bordo et contre l'arbitre aussi un peu. Au retour des vestiaires, Ducros était furieux, il a dit des choses pas très jolies sur M. Poulet. Pagalou qui passait par là, a dit qu'au lieu de critiquer, il ferait mieux de ne pas laisser des boulevards sur son côté droit et surtout sur les corners. "Et je peux savoir où t'étais sur le corner du but de Bordo ?" a répliqué Ducros. Pagalou, tout fier a rétorqué : "ah, moi j'étais au 1er poteau, à gauche, j'ai un alibi !". On a tous écarquillé les yeux, on avait jamais entendu Pagalou sortir un mot aussi compliqué. Stéph' est arrivé et a demandé à Pagalou et Ducros de se calmer.

C'est à ce moment que Monsieur Furlan a pris la parole pour un petit discours d'après match. Il avait à peine commencé à parler que la lumière s'est éteinte dans le vestiaire. Il faisait tout noir. Le petit Kevin et Romain ont commencé à hurler et à chahuter parce que c'est rigolo quand il fait noir. On ne voyait plus rien, à part le maillot orange de Stéph' qui brillait. "Oh, un Marseillais !! a crié Elvis". Tout le monde a rigolé. La lumière est revenue : en fait, c'était Eric qui s'était adossé sur l'interrupteur sans faire exprès, pour écouter Monsieur Furlan. Romain et le petit Kevin étaient en train d'essayer de baisser le short de Quentin au thon alors ils se sont arrêtés brusquement lorsque la lumière s'est rallumée. Monsieur Furlan a fait les gros yeux : "Oh les gamins ! Si vous vous comportez comme des pitchounes, je vous envoie jouer avec la CFA le week end prochain." Les gamins ont baissé les yeux et se sont rassis. Quentin a remis son short et enlevé le slip qu'il avait sur la tête. Moi, j'ai dit à Romain qu'il devait faire attention et que s'il faisait trop le comique le coach allait l'envoyer au coin. "Comme Emile et Abou ?" a répondu Romain, avec une tête peureuse. Il comprend vite le petit !

Ce qui était rigolo aussi samedi, c'est que Jacob a joué. Ca faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu en train de transpirer après un match. Du coup, il est allé à la douche avec nous. Là, on l'a entendu hurler. Tout le mondet a eu peur, Monsieur Furlan a posé son cahier dans lequel il écrivait ses observations speakologique et tactiques, le petit Kevin et Romain ont même posé leur Gel Vivelle Dop invisible pour aller voir ce qui se passait. Jacob était en train de taper sur le bouton de la douche, avec rage ! Il venait de se brûler avec de l'eau trop chaude. Elvis Paisley a dû lui expliquer comment marchait la douche vu qu'il n'en avait jamais eu besoin.

http://bavard.racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/fanchone-44293.jpg


Pendant ce temps, James Fanchon, il faisait grise mine. Faut dire qu'il ne joue plus beaucoup depuis qu'il s'est blessé. Il s'est fait une petite légion à la cuisse droite il y a 3 semaines et avant il a aussi eu des problèmes aux hisse qu'au Jambay. C'est le doc qui m'a dit ça, moi j'y connais rien ! Mais du coup, Pagalou lui a piqué sa place. Il est sympa Pagalou, à chaque fois qu'un milieu de terrain se blesse, il va souvent le voir pour lui dire de bien prendre son temps pour guérir. Là, il a dit à Fanchon : " Fais pas la même erreur que Yassine qui reviens un peu trop vite, je m'inquiète pour sa santé !" en voyant ça, j'ai pris Stéph' à partie : "c'est un chic type ce Pagalou quand même !". Stéph' a haussé les épaules et il a souri, sans rien répondre. Il est bizarre parfois Stéph' !

Ohé, ohé, entraîneur abandonné !

Ce matin, quand on a vu Monsieur Furlan débarquer sur le terrain d'entraînement, on a tout de suite compris que quelque chose n'allait pas. D'habitude, même quand ça ne va pas, il a toujours le sourire, Monsieur Furlan, surtout quand il y a une caméra ou un micro à proximité. Cette fois, il ne souriait pas du tout, il avait même l'air un peu crispé, un peu comme quand on a mal au ventre et qu'on a l'eau courante. Même Edgare qui, d'habitude, n'arrête pas de chambrer, il a senti qu'il devait se tenir sur le carreau. Nous, on s'est demandé pourquoi il faisait la gueule comme ça, puisque, même quand on était mauvais, il était toujours tout gentil avec nous.

https://racingstub.com/ressources/photos/009/_min700/pict0774.jpg

Là, il nous a à peine dit "bonjour" qu'il nous a envoyés fissa en séance vidéo. Il nous a repassé la cassette du match contre Amiens et il faut avouer que c'était pas beau à voir. On a tous manqué s'endormir, sauf Monsieur Furlan qui s'est mis à gesticuler dans tous les Sence, en faisant de grands signes avec les mains, et en arrêtant pas de dire qu'on avait été nuls, mais nuls. C'est quand on est arrivé au moment où Abou se fait expulser qu'on s'est rendu compte qu'il n'était pas venu ce matin. Alors, Romain, qui a toujours un portable sur lui, même quand il dort, il l'a appelé pour savoir ce qu'il foutait, parce que, là, on était à l'entraînement et que Monsieur Furlan, il était pas super content après lui. Abou lui a répondu qu'il n'était pas venu, vu qu'il s'était pris un rouge contre Amiens, et qu'il était persuadé qu'il était suspendu automatiquement pour les séances d'entraînement qui suivaient. Là, Monsieur Furlan a étouffé un sanglot et Steph' a levé les yeux en disant : "il faut donc tout lui expliquer à celui-là !". Alors, on a expliqué à Abou que ce n'était pas parce qu'on ne jouait pas au match suivant qu'il ne fallait pas s'entraîner et qu'Edgare, lui, au moins, il venait à l'entraînement, alors qu'on savait qu'il ne jouerait pas le match d'après. Edgare, il était tout surpris d'être montré en exemple, parce qu'il n'avait pas l'habitude.

Monsieur Furlan, il nous a envoyés sur le terrain en nous demandant d'être "sérieux et appliqués". A ce moment-là, Pagalou s'est fâché tout rouge, parce qu'il l'a pris pour lui. Il a même quitté le terrain, en râlant et en disant que c'était pas juste, que personne l'aimait, et qu'il voulait jouer contre les messois, parce que c'était à ces moments-là qu'il était le meilleur. Le problème, c'est quand il a shooté dans un plot : le plot a fini sa course sur Emile qui n'était pas loin. Emile, il s'est effondré subitement, parce que ça avait réveillé une vieille douleur. Alors, Edgare l'a pris sous son bras et l'a conduit à l'infirmerie. Nous, on s'est demandé si c'était pas une manière pour Pagalou d'éliminer la concurrence à son poste. Mais Coco nous a rassurés en disant que, de toute façon, personne ne savait quel était le vrai poste à Johansen. Même pas Monsieur Furlan.

D'ailleurs, celui-ci avait l'air très embêté : il nous a mis en rang et nous a comptés afin de savoir qui pouvait jouer contre Metz. Quand il est arrivé devant Grovaro, il a poussé un gros soupir et a murmuré : "Ce vieux fourbe de Plessis nous a bien eus sur ce coup-là". On a même cru sur le moment qu'il allait se mettre à pleurer. A la fin du petit match d'entraînement, il était tellement désespéré par Eric et par Wason qu'il leur a dit : "Non, mais vous vous croyez au rugby pour balancer la balle au-dessus du but comme ça ?". Alors, pour détendre l'atmosphère, je lui ai demandé s'il n'aurait pas préféré faire entraîneur de rugby, d'autant qu'il avait l'accent qui allait avec. Là, il m'a regardé d'un air bizarre et il m'a dit : "Tiens, bonne idée, j'ai bien envie de me rendre à Cardiff samedi soir !". On l'aime bien, Monsieur Furlan, mais, quand il est fatigué, il commence à faire des phrases et nous, on comprend plus très bien ce qu'il veut dire.

La pression monte!

04/08/2007 10:35
547 lectures
https://racingstub.com/blogs/b/bavard/photos/cisse02-ebea5_thumb.jpg

Aujourd'hui, c'est une journée super importante, parce qu'on joue le premier match de la saison à la maison, et en plus contre l'OM. C'est un match un peu spécial, on a tous senti ça dès hier, quand Monsieur Furlan nous a fait sa causette tactique. La tactique c'est moins son truc que la causerie au coach, en tout cas nous on a pas compris grand chose. D'après lui on doit évaluer un losange dans l'entrejeu qui peut se changer en plein de trucs sympas avec des codes secret 4-2-3-1-4-4-2. Ou un truc comme ça. Après on doit courir dans le sens des flèches, ça veut dire dans tous les sens. On a pas trop compris la différence entre les grandes flèches et les petites, parce qu'à ce moment là, le coach semblait tellement agité que personne a osé lui demandé. Il a l'air un peu fatigué le coach.

En tout cas à Marseille, y'a des joueurs dangereux. Le coach il nous l'a dit, il faut faire vachement gaffe à ceux avec le numéro entouré sur le tableau.Et là il a commencé a entourer tous les numéros. Quand il a entouré le numéro de Salim, on a quand même bien rigolé, même les nouveaux. Même Abou, il a compris la vanne tout de suite. Mais Monsieur Furlan il rigolait pas, il disait qu'il fallait faire très attention à Cissé. Cissé, tu peux pas le rater, c'est le grand avec les tatouages. Il tire très fort, alors il faudra faire gaffe de pas se prendre un ballon et se blesser, surtout que des fois on pourrait dévier le ballon vers le but! Sinon ils ont un hollandais qui est très dangereux, parce qu'il jouait dans l'ancien club de Cissé à Liverpoule et ça lui manquait tellement qu'il a signé volontaire pour remettre ça. Il était même pas obligé! Alors on s'est dit qu'il devait être un peu fada et qu'il faudrait le surveiller.

Philippe est passé pour nous faire un discours, il nous a dit que c'était important ce match, parce que c'était le premier et que le stade serait plein de gens, et que comme on jouait avant tout le monde, tout le monde regarderait, et il avait pas envie qu'on se fiche de nous d'entrée. En plus il regarderait le match avec Mouss Diouf le président de Marseille et Monsieur Tirié le président de tout le monde, alors fallait pas déconner, parce que déjà comme ça pour lui c'était pas marrant. Puis il est parti, en nous souhaitant bonne chance, puis il a dit un truc avec la bonne mère en rigolant, mais moi j'ai rien compris, puis j'aime pas qu'on me parle de ma mère.

Après, Monsieur Furlan il nous a dit qu'il avait son équipe dans la tête mais qu'il nous dirait juste avant le match qui c'est qui jouerait, pour pas nous stresser. Pagalou il a marmonné "ouais c'est ça il sait même pas en fait". Lui ça a pas l'air de marcher comme technique parce que dès que tu lui parles de l'OM, il fait la gueule. En tout cas, le seul truc sûr c'est qu'Emile il va pas jouer. On a trouvé ça bizarre quand même, parce que ça fait deux semaines de suite qu'il a mal nulle part. Mais bon, du coup ce serait dommage de l'abîmer...
  • 1 (current)