Chroniques d'un confiné alsacien, acte#3

24/03/2020 15:19
191 lectures
Rien de change.
Vous remarquez vraiment une différence, vous ? Moi, pas vraiment. Les journées restent les mêmes, rythmées par le travail, les tâches quotidiennes… Et les clous de girofle, donc.

Aujourd’hui, je me suis levé vers 04h45, puis je me suis douché. Bon, c’est peut-être un tout petit plus tôt que d’habitude… Le matin, je ne déjeune pas, mais j’ai fait une exception après mes deux cafés, et j’ai mangé un peu : J’ai abattu une tranche de mon parpaing de campagne à la scie à métaux, que j’ai tartiné de beurre, et recouvert du bon miel de fleurs Bio que m’a offert ma marraine du sud, quand j’y étais, l’été dernier.

5h30 : Bien rassasié, j’ai consulté brièvement les informations sur mon téléphone comme je fais habituellement : Google actualités, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, le site de la préfecture du Bas-Rhin, Info Trafic 67, Racing Stub, L’Equipe. Je regarde également du coin de l’œil le journal télévisé de BFM de 06h30, 7h00 et 7h30. En fond, je laisse tourner la radio France Info sur mon ordinateur portable, en buvant un grand café. Bon, peut-être que je suis un tout petit plus attentif à ce qu’il se passe dans le monde, mais cela relève vraiment du détail.

08h30, je démarre mon télétravail, avec mon bol de Corn Flakes et un Latte Macchiato Vanille. C’est du Muesli Bio, parce qu’il faut manger sainement, en cette période. Comme d’habitude, entre hier soir et ce matin, j’ai quelques mails professionnels qui sont tombés: Mon copain Bruneau me propose 15% de remise exceptionnelle sur les chaises de salle de réunion, je lui réponds que ce n’est pas forcément la bonne période et prends de ses nouvelles. Mon comité d’entreprises m’a aussi écrit, j’ai une offre exceptionnelle pour un séjour en Italie, à -50%. Je décline, trop de taf ! Enfin, j’ai un texto urgent d’un client dont je ne remets pas tout de suite l’activité et qui ne s’exprime franchement pas de manière terrible : « Urgent !!! Command Mask COVID -30 % aujourd’hui / valider panier / frais de livraison offert ». Le temps de vérifier s’il est bien en règle au niveau de nos contrats de support, je lui réponds que je m’occuperai rapidement de son bug, et je créé un ticket sur notre plateforme de suivi.

J’ai la particularité de ne jamais grignoter entre les repas (enfin seulement des clous de girofle), et comme je ne déjeune pas le matin, je mange copieusement le midi. Vers 10h30, je me fais donc une « flädele » de leberwurst avec moutarde et cornichons, et je finis la bouteille de Comté Tolosan bio 2016.

Ah si, maintenant je me rappelle : Le confinement a modifié quelque chose dans mon quotidien : Le bureau de coworking que je loue à l’année a fermé, je n’ai donc plus de compagnons de bureau. Je lance un Chat (rien à voir avec le félin, prononcez T’chat) qu’on a créé pour garder le lien. Je m’enquiers de nouvelles de Charles, créateur de sites web, qui a son bureau à côté du mien. Enfin d’habitude.
Moi : « Hello Charles, ça va ce matin ? »
Charles : « dzefafrrgaergagargag »
Moi : « Charles ? Tu tapes ton code informatique sur le t’chat maintenant ? »
Charles : « sefezlfêlfpalze^lfalezf^l »
Charles : « Salut ! C’est mon fils qui a les pieds sur le clavier. Comme sa sœur veut le scalper, il a grimpé sur mon bureau. Mais ça va, je gère ! »

12h30 : Pause-déjeuner. Avec le confinement, je fais des efforts pour ne pas prendre de poids. J’ai donc composé une salade du même nom, avec tout ce qui approche de la date limite de consommation : Un quart de plaque de Feta. J’ajoute aussi une boite de thon, une boîte de maïs et des tomates cerise. Bon, pour cette fois, je n’ai pas grand-chose qui approche de la date de péremption, je le reconnais. C’est l’avantage d’être à la maison, on mange mieux et on gère mieux les stocks. Je ne prends pas de dessert, faut pas abuser non plus, hein !

14h00 : Mon téléphone sonne pendant que je mange ma compote à la rhubarbe. Je reçois entre 20 et 30 appels par jour, mais aujourd’hui, c’est assez calme. Je traite immédiatement ce premier appel du jour, parce que la réactivité, c’est important dans mon activité. C’est ma chérie, qui vient de se lever. Elle est artisan coiffeur, et donc elle a un peu de mal à télé-travailler. Par contre, elle a intérêt à se reposer, parce qu’avec la gueule qu’on va se taper dans un mois, elle devra troquer son ciseau pour un taille-haies.

15h00 : En dégustant un chocolat chaud, je regarde par la fenêtre de ma cuisine, qui donne sur un bras de l’Ill. C’est très joli, l’eau est claire, les arbres en bordure reprennent leurs couleurs. Le printemps est de retour. J’ai l’impression que le canard qui flotte au milieu vient de me faire un fuck.

17h30 : « Gardez votre argent pour relancer le commerce de proximité en fin de crise ». J’ai lu ça récemment sur les réseaux sociaux, et je suis complètement d’accord. Du coup, par solidarité, je n’ai pas validé mon panier sur Wish. J’ai juste commandé mes dosettes Tassimo (48 capsules de Chai-Latte, 296 capsules d’expresso et 144 capsules de rallongé). D’après les prévisions du site, je les aurais au mois d’août, mais ils ne peuvent pas s’engager fermement. J’ai aussi pris quelques caleçons chez Celio, 2 mangas chez Amazon, un épluche-légumes en promotion chez Marmiton. Mais hors de question d’abuser, je dois préparer les vacances d’été de fin de novembre au bord de la mer et faire des économies.
Je fais un aparté pour vous communiquer les nouveaux horaires de La Poste. Avant J.C., c’était ouvert tous les jours ouvrés de la semaine de 9h00 à 11h00 sauf le lundi, mercredi, jeudi et vendredi. Maintenant, ça sera ouvert quand ce ne sera pas fermé. Bref, encore un truc qui n’a pas changé.

18h30 : J’ai mal au crâne, et aux dents. Et bordel, j’ai faim. Je vais manger des fruits, c’est bon pour la santé : Je me découpe une pomme en quartier, je pèle une banane qui noircit, et je scinde en deux un kiwi. En comptant la salade de choux rouge de 15h30, j’ai atteint mon quota de fruits et légumes de la journée. C’est ma petite fierté du jour, je mange sainement.

19h30 : J’ai récupéré ma fille, parce que j’ai le droit. Et en cette période, on les compte sur les droits de la main, les doigts. Enfin vous m’avez compris. Je lance mon 4ème lave-vaisselle de la journée, et démarre la préparation du repas, avec un p’tit apéro : Je termine la bouteille de Savagnin que j’ai ouvert en fin d’après-midi, pour boire avec mes fruits. Franchement, on a bien le droit de manger un peu gras ce soir, donc je fais des frites, et des poissons panés. Et pour le plat principal, on finira les restes.
20h00 : C’est l’heure du journal télévisé. Je joue à deviner combien il y a de cas dans chaque pays (à 50 près) avant que le présentateur ne le dise. Encore gagné.
20h10 : C’est l’heure de la séquence « Tu avais le droit hier, mais plus demain ». On pourra encore sortir la poubelle, mais uniquement à l’intérieur. On peut utiliser son véhicule pour les déplacements, mais seulement si on ne mets pas le moteur en marche. Je les soupçonne quand même fortement de vouloir nous faire rester chez nous, au gouvernement.

En fin de journal, le présentateur évoque les changements dans la vie quotidienne des français confinés. Je sirote la fin de mon rhum. C’est pour la digestion, je me sentais un peu ballonné. Et j’me dis qu’ils racontent vraiment n’importe quoi, à la télé : Rien n’a changé.

Commentaires (0)

Commentaire

Ne sera pas affiché, mais uniquement utilisé pour afficher votre éventuel gravatar.

Enregistre dans un cookie vos informations pour ne plus avoir à les resaisir la prochaine fois.

Annuler
Flux RSS Le stublog de daikaran : billets, souvenirs...

daikaran

  • 43 ans
  • Inscrit(e) le 03/10/2015
  • Erstein

Voir son profil complet

Archives

2020

2019