Personnel


Racing Club Football Amateur

17/12/2009 11:00
4.796 lectures
Nous sommes en 2009 après Jésus-Christ. Le Racing est 5ème du championnat, tous les supporters se sont résignés, le Racing ne remontera pas en L1... Tous ? Oui car il s'agit de la dernière journée du championnat.

Cet article se veut une réponse fantaisiste et outrageusement pessimiste au précédent et optimiste « Pourquoi le Racing va remonter en L1 ».

C'était à prévoir...


Après un énième match nul à Montpellier, les supporteurs du Racing s'étant déplacés malgré l'interdiction de Jean-Marc Furlan, assistent impuissants à la remontée du Montpellier Hérault Sport Club dans une Mosson en liesse.
« Nos supporteurs risquent de nous perturber dans ce match décisif, il vaut mieux qu'ils restent devant leur TV » avait déclaré une semaine plutôt celui qui est immédiatement désavoué par son président. Ferhat Khirat est nommé le lendemain, il sera assisté par François Keller pour s'atteler au grand chantier de la remontée en 2011.

Les supporteurs se mettent à rêver ouvertement de noms ronflants pour remplacer celui qui sera désormais plus connu sous le nom de Jean-Marc la loose. Ce dernier s'épanche d'ailleurs dans la presse sur les raisons de son échec. Alors que Rudy Carlier et Ali Mathlouthi avaient plombé le vestiaires au début de saison, c'est le public et Guillaume Lacour qui sont responsables de cette déconvenue inattendue. Le Racing avait pourtant toutes les cartes en main, se maintenant en embuscade à 2 points du podium jusqu'à l'ultime journée.
JMF loue néanmoins les qualités du groupe et sa réaction en seconde mi-temps pour revenir à la marque face à l'équipe de Roland Courbis.
C'est officiel pour la première fois depuis la saison 86-87 le Racing n'est pas dans les prétendants à la montée.

Le Racing fait la une !


Alors que les DNA annoncent la venue de Guy Lacombe dans leur édition de lundi, l'Alsace rend officielle le retrait d'Hammerson du projet Eurostadium.
Dans l'édition du mardi c'est au tour des dernières nouvelles de consacrer un article choc à Gregory Paisley « mon calvaire à Starsbourg » ou le défenseur vedette nous apprend qu'il signe à Valenciennes qui vient juste de se maintenir « avec le coeur de son public cht'is ».

Mercredi l'Equipe grille la politesse aux régionaux et annonce le retrait de l'actionnaire principal du RCS Philippe Ginestet. Le président explique qu'il préfère laissé la main à un investisseur capable de remettre le club à flot et de mener à bien le projet de grand stade.
Après plusieurs semaines de flottements et de scoops plus ou moins réchauffés : le tandem Wenger – Villeneuve, la retour d'outre tombe de Gilbert Gress avec des capitaux suisses, la dîner impromptu de Zidane en compagnie d'Alain Afflelou dans une Winstub du centre ville ; le 16 Juin la commission spéciale de la DNCG annonce le dépôt de bilan du Racing club de Strasbourg Football fondé en 1906.

La nuit est agitée à Strasbourg et en particulier du coté de la Meinau ou des centaines de fans se retrouvent à l'appel d'un stubiste célèbre. Des portraits de Furlan sont brulés ainsi que le drapeau de la Transinistrie ou ce dernier aurait trouvé refuge.
Des cantiques de noël sont chantés et les plus désespérés se promènent avec les maillots de Johansen et Abdessaki les renégats sanctifiés pour avoir tenus tête au bourreau du Racing.

RCF Amateur.


Malgré une ultime réunion au siège de la FFF pour sauver le club, Carlo Molinari annonce la fin du football professionnel à la Meinau. Les 800 supporteurs ayant fait le déplacement mettent littéralement à sac le bâtiment officiel pendant que Molinari, réfugié au siège de TF1, officialise la sélection de Saint-Symphorien pour accueillir l'euro 2016.

Strasbourg est rétrogradé en Division d'honneur ou il redémarre au niveau amateur sous le nom Racing Club Football Amateur. L'ensemble de l'effectif est licencié et l'équipe reconstruite avec les jeunes du centre désireux de continuer l'aventure. Stéphane Cassard et Guillaume Lacour déclarent ne pas savoir ou aller et intègrent l'effectif de façon bénévole.
Le premier match oppose donc le RCF à Obernai au stade de la Meinau et ce devant 3000 spectateurs massés dans la tribune nord.
De nombreuses banderoles viennent ponctués cette « grande première ». Elles s'adressent notamment à Furlan et à la fédération pour réclamer les matchs de DH le samedi. Le RCS l'emporte 3-1 avant de se déplacer au stade communal de Bartenheim.

A la fin de la saison, le RCF monte en CFA II devant 6 000 spectateurs soutenant une équipe et les valeurs qu'elle véhicule : Travail, Passion et Humilité.

Cet article fictif est librement inspiré de l'histoire des clubs de Toulouse, Toulon, Valence ...
  • 1 (current)

Archives

2011

2010

2009

2008

2007

2006